Go to main content

Mines et autres armes

Les mines antipersonnel font encore une victime toutes les deux heures dans le monde ! Handicap International accompagne les victimes, démine les terres et prévient les accidents. L’association se mobilise également contre les restes explosifs de guerre (dont les bombes à sous-munitions) et leur usage en zones peuplées, et contre les armes légères.

Déploiement des équipes de déminage de Handicap International au Liban vers Tula, au nord du pays

© G. Dubourthoumieu / Handicap International

Le décompte des victimes d’une guerre ne s’arrête pas à la fin d’un conflit

Depuis près de 35 ans, Handicap International ne cesse de le souligner : le décompte des victimes d’une guerre ne s’arrête malheureusement pas à la fin d’un conflit. Au Cambodge depuis déjà trois décennies, et maintenant aussi en Irak, en Libye et en Syrie, les armes dispersées, les mines enfouies dans le sol, les sous-munitions et autres restes explosifs de guerre utilisés notamment en zones peuplées, continueront encore longtemps de faire des victimes, civiles pour la plupart.


Réduire les risques, prévenir les accidents

De son expérience de la lutte contre les mines antipersonnel et les bombes à sous-munitions (BASM), Handicap International a décliné son savoir-faire de réduction des risques et de prévention des accidents que génèrent les armes conventionnelles : mines, restes explosifs de guerre, armes légères (portatives et utilisées par une seule personne) et de petits calibres (conçues pour une utilisation de deux ou trois personnes travaillant en équipe).

Handicap International intervient auprès des populations civiles vulnérables, réfugiées ou déplacées qui sont menacées par la présence de ces armes en contexte d’urgence, de reconstruction et de développement afin de les protéger en créant des communautés plus sûres. Pour ce faire, elle diffuse des messages de prévention auprès des communautés exposées ; leur apprend à gérer les risques ; identifie, cartographie et marque les zones dangereuses ; et s’assure de la destruction des mines, restes explosifs de guerre et des armes légères et de petit calibre obsolètes en respectant les normes internationales. Par ailleurs, elle sécurise les dépôts d’armes et de munitions présentant des risques d’explosion et accompagne les partenaires dans leur gestion de ceux-ci. L’association vise à rétablir le dialogue entre des communautés affectées par la violence armée.

Les quatre secteurs d'activité de la réduction des risques liés aux armes conventionnelles :

  • Gestion et échange de l’information (enquêtes sur la nature et la localisation de la menace explosive; l’impact humain – socio-économique des armes ; connaissances/ attitudes/ comportements ; perception de la sécurité ; etc.)
  • Sécurité et protection communautaire (sensibilisation et gestion des risques liés aux armes ; campagnes d’information publique ; plaidoyer ; transformation de conflit)

  • Destruction des armes conventionnelles (déminage ; dépollution des routes et des champs de bataille ; destruction des armes conventionnelles)

  • Sécurisation et gestion des stocks d’armes et de munitions (sécurisation/réhabilitation des infrastructures ; marquage des armes et munitions, etc.


Handicap International et la mobilisation internationale

Mines antipersonnel

En 1992, Handicap International crée avec cinq autres ONG la Campagne internationale pour interdire les mines antipersonnel (ICBL). À force de mobilisation de la société civile – plus de deux millions de signatures récoltées depuis 1992 – et de lobbying auprès des États, le Traité d’interdiction des mines est signé à Ottawa en décembre 1997 sur l’initiative du Canada. Il entre en vigueur le 1er mars 1999. Pour les États qui y accèdent par ratification nationale, il est désormais interdit d’utiliser, de stocker, de produire et de transférer des mines antipersonnel. Ils doivent également détruire leurs stocks. Pour ce combat acharné contre les mines qui a abouti au Traité d’Ottawa, Handicap International et les autres membres d’ICBL reçoivent conjointement le prix Nobel de la paix en 1997. Le travail incessant de plaidoyer international se poursuit pour que tous les pays de la planète rejoignent enfin le Traité d’Ottawa, y compris les plus gros producteurs que sont les États-Unis, la Russie et la Chine.

BASM (bombes à sous-munitions)

Depuis 2003, Handicap International se mobilise pour que les bombes à sous-munitions, qui violent par nature le droit international humanitaire, soient définitivement bannies. L'association est l'un des membres fondateurs de la Coalition contre les sous-munitions qui regroupait en 2008 près de 300 ONG, afin de porter une parole forte auprès des États et de faire pression pour l'interdiction des BASM.

Le 3 décembre 2008, l’aboutissement de ce combat est de taille : 96 pays signent le Traité d'interdiction des BASM à Oslo. Il entre en vigueur le 1er août 2010. Le traité d’Oslo interdit définitivement l'utilisation, la fabrication, le commerce et le stockage des bombes à sous-munitions.

Sur le terrain, beaucoup reste à faire pour que les populations civiles reprennent le cours d'une vie normale, notamment en termes de dépollution des terres et d'assistance aux victimes.

Armes explosives en zones peuplées

L’utilisation d'armes explosives – mines, bombes à sous-munitions, missiles, roquettes, obus, bombes aériennes… – en zone peuplée fait chaque année des dizaines de milliers de nouvelles victimes parmi les civils.

Ces armes provoquent des souffrances et des blessures graves allant jusqu’à l’amputation, causent des handicaps lourds et des traumatismes psychologiques profonds. Elles détruisent les habitations, les écoles, les hôpitaux... Après le conflit, les armes qui n’ont pas explosé à l’impact constituent non seulement un danger pour la sécurité des populations mais aussi un obstacle à la reconstruction du pays. Elles plongent ainsi les populations dans la plus grande pauvreté.

Handicap International invite les citoyens de toute la France à dire NON aux mines antipersonnel et aux bombes à sous-munitions, et à se mobiliser ensemble contre l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, autre exemple d’injustice et de non-respect des règles de conflit.

> Pour que votre voix compte, signez la pétition en ligne.


Les mines et les BASM font une victime dans le monde toutes les 2 heures environ
  • 5 % à 40 % des sous-munitions n'explosent pas à l'impact, se transformant, de fait, en mines antipersonnel.
  • 94 % des victimes des BASM recensées sont des civils.
  • Sur les 875 millions d’armes légères et de petits calibres en circulation dans le monde – revolvers, fusils, pistolets… – 74 % sont aux mains des civils.*
* Gun Violence : The Global Crisis, IANSA, 2007.

389 354 signatures

Objectif 1 000 000

Stop bombing logo

Pour aller plus loin

L’utilisation d’armes interdites a atteint un niveau record depuis 2010
© Jaweed Tanveer / Handicap International
Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre

L’utilisation d’armes interdites a atteint un niveau record depuis 2010

Syrie, Yémen, Afghanistan, Colombie, Myanmar… L’emploi d’armes explosives interdites a significativement augmenté entre 2014 et 2015 dans l’indifférence quasi générale. À l’occasion de la Journée mondiale contre les mines et les sous-munitions le 4 avril, Handicap International appelle à ce que ces pratiques cessent immédiatement et soient dénoncées avec force par la communauté internationale.

Chien + homme, un tandem choc pour déminer les terres
© J-J. Bernard / Handicap International
Déminer les terres

Chien + homme, un tandem choc pour déminer les terres

Jonathan, 33 ans, maître-chien démineur et Katja, 9 ans, femelle berger malinois détecteur d’explosifs, forment un duo terriblement efficace. Leur mission : contribuer à déminer les terres autour de villages en Casamance, une région du Sénégal fortement contaminée par les restes explosifs de guerre. Portraits croisés.

Ukraine : les enfants mieux protégés des restes explosifs de guerre
© Handicap International
Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre

Ukraine : les enfants mieux protégés des restes explosifs de guerre

Avec le soutien de L’Unicef, Handicap International a mené entre octobre 2015 et février 2016 une vaste campagne de sensibilisation aux risques liés aux mines et aux restes explosifs de guerre dans les écoles, près de la ligne de front. Plus de 5 600 enfants de 6 à 18 ans ont été éduqués.