Accès direct au contenu
 
 

Nishan : « J’adore le badminton et j’aimerais découvrir la Chine ! »

Réadaptation
Népal

Jeune Népalais de 14 ans, Nishan a été amputé de la jambe gauche à 5 ans suite à un accident avec un camion. Grâce au soutien de Handicap International, aujourd’hui il remarche, va à l’école, joue au badminton et rêve de voyages.

Aujourd'hui, Nishan est féru de badminton. Le jeune Népalais de 14 ans est suivi par Handicap International depuis sa première prothèse en 2012.

Nishan est un adolescent féru de badminton | © Prasiit Sthapit / HI

Sonu et Nishan sont serrés l’un contre l’autre, leurs visages collés contre l’écran de téléphone, en pleine discussion avec leur père qui travaille au Qatar. Ils ne l’ont plus vu depuis un an. À côté, Nira, leur mère, s’affaire dans la petite cuisine qui sert aussi de chambre. Elle lave les légumes et prépare un dhal (préparation à base de lentilles). Dehors, l’orage secoue les arbres, les éclairs déchirent le ciel.

« Nishan avait 5 ans, il rentrait de l’école avec ses amis. Sur la route, ils croisent un camion, c’est l’excitation. Les enfants se ruent sur le camion et montent dedans. Nishan tombe, le véhicule continue de rouler, c’est la catastrophe. Il perd connaissance, écrasé par la douleur. Emmené d’urgence à l’hôpital, je le retrouve le lendemain, la jambe déchirée. La souffrance est insoutenable. »

Nira Rai, la mère de Nishan

Une prothèse adaptée à sa croissance

Pendant trois jours, les médecins font tout pour sauver sa jambe. Finalement, il est amputé. « Quand Nishan a réalisé qu’il avait perdu sa jambe gauche, il a beaucoup pleuré, il avait très mal. Il me demandait s’il allait remarcher un jour. Pour le rassurer, je lui ai promis que lui. Mais j’en doutais tellement », ajoute sa mère.

En 2012, Nira Rai rencontre un travailleur social du centre de réadaptation de Biratnagar (Est du Népal) soutenu par Handicap International. Nishan suit ses premières séances de réadaptation.

« Nishan a reçu une prothèse et réappris à marcher. Nous avons aussi formé ses parents afin qu’ils puissent mener des séances de réadaptation à domicile. Chaque année, sa prothèse est rallongée afin d’être adaptée à sa croissance. En 2017, nous avons dû interrompre le suivi en raison d’importantes inondations qui ont affecté tout le district : le centre de réadaptation était sous l’eau. Nous avons ensuite repris les activités. En 2018, Nishan a reçu une seconde prothèse », explique Bharati Dev, kinésithérapeute du centre de réadaptation soutenu par Handicap International.

Elle ajoute : « Nishan se rend au centre tous les trois mois environ, nous devons le suivre de près : sa prothèse le blesse parfois suite au mauvais état du moignon qui peut s’infecter rapidement ».

Anglais, mots-croisés et informatique

« Depuis qu’il a une prothèse, Nishan est plus autonome. Après son accident, ses amis se moquaient de lui, il était déprimé et renfermé sur lui-même. Aujourd’hui, Nishan exprime ce qu’il ressent et il est très actif. Il joue beaucoup avec ses amis et avec sa sœur. Et il adore le badminton ! », confie sa maman en souriant.

Nishan, 14 ans aujourd’hui, se rend à l’Himalaya Secondary School de Damak, à cinq minutes de chez lui. Il aime apprendre l’anglais, les mots-croisés et l’informatique. Il est très entouré par ses amis et aide sa maman dans la cuisine. Son plus grand rêve : « Aller en Chine. C’est un grand pays. J’en entends beaucoup parler et j’aimerais le découvrir. Et puis, je voudrais revoir mon père ».

Prochaine étape : une visite est prévue au centre de réadaptation en novembre 2019 afin de vérifier l’ajustement de la prothèse.

Reportage photo : © Prasiit Sthapit / HI

Aujourd'hui, Nishan est féru de badminton. Le jeune Népalais de 14 ans est suivi par Handicap International depuis sa première prothèse en 2012.

Aujourd'hui, Nishan est féru de badminton. Le jeune Népalais de 14 ans est suivi par Handicap International depuis sa première prothèse en 2012.

Aujourd'hui, Nishan est féru de badminton. Le jeune Népalais de 14 ans est suivi par Handicap International depuis sa première prothèse en 2012.

Aujourd'hui, Nishan est féru de badminton. Le jeune Népalais de 14 ans est suivi par Handicap International depuis sa première prothèse en 2012.

Aujourd'hui, Nishan est féru de badminton. Le jeune Népalais de 14 ans est suivi par Handicap International depuis sa première prothèse en 2012.

Aujourd'hui, Nishan est féru de badminton. Le jeune Népalais de 14 ans est suivi par Handicap International depuis sa première prothèse en 2012.

Publié le : 13 septembre 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Handicap International primée deux fois par l’Union européenne pour ses projets innovants
© HI
Innovation Mines et autres armes Réadaptation

Handicap International primée deux fois par l’Union européenne pour ses projets innovants

L’Union européenne a distingué à deux reprises le 24 septembre Handicap International, par la remise du Prix Horizon du Conseil européen de l'Innovation pour "une aide humanitaire high-tech et durable". Ces récompenses consacrent la volonté de l’association de proposer des solutions concrètes, efficaces et innovantes afin d’améliorer la prise en charge des personnes vulnérables.

Recyclage : les prothèses aussi y ont droit !
© Lumahee / HI
Réadaptation

Recyclage : les prothèses aussi y ont droit !

Dans un atelier de Lyon, des orthopédistes bénévoles de Handicap International viennent en aide à de nombreuses personnes à travers le monde en reconditionnant de précieux composants prothétiques qui leur ont été donnés par des personnes amputées. La jeune Elinah à Madagascar est l'une de ces bénéficiaires.

Des familles n’ont plus les moyens d’acheter un ticket de bus pour se rendre au centre de santé
© HI
Mines et autres armes Réadaptation

Des familles n’ont plus les moyens d’acheter un ticket de bus pour se rendre au centre de santé

Kinésithérapeute pour Handicap International, Rana Abdel Al explique son travail auprès des personnes handicapées. Nombre d’entre elles, désormais réfugiées au Liban, ont été blessées pendant la guerre en Syrie.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris