Go to main content

Les bombes à sous-munitions, c'est quoi ?

Mines et autres armes

Bien qu’interdites par la Convention d’Oslo depuis 2010, des bombes à sous-munitions ont été utilisées à de nombreuses reprises dans les conflits en Syrie, au Yémen, en Ukraine, en Libye et au Soudan ces deux dernières années. Elles ont fait des ravages parmi les populations civiles qui en sont les premières victimes. Mais que sont exactement les bombes à sous-munitions ? Explications.

Les démineurs de Handicap International recherchent des bombes à sous-munitions dans des plantations de riz au Laos

Les démineurs de Handicap International recherchent des bombes à sous-munitions dans des plantations de riz au Laos. | © S. Goldberg / Handicap International

La technique du saupoudrage

Une bombe à sous-munitions se présente comme un conteneur, rempli de mini-bombes explosives, appelées « sous-munitions ». Ce conteneur peut être un obus, une roquette, un missile… Largué par avion ou par voie terrestre, il s’ouvre en vol et libère les sous-munitions. Un véritable tapis de bombes tombe alors sans précision sur de larges surfaces.

Infographie montrant le fonctionnement des bombes à sous-munitions - © F. Escoffier / Handicap International

Les civils, premières victimes

Les bombes à sous-munitions tuent, blessent, mutilent et provoquent des traumatismes physiques et psychologiques lourds. Les civils représentent 97 % des victimes recensées, parmi lesquelles 36 % d'enfants.

Un danger à long terme

Jusqu’à 40 % des sous-munitions n’explosent pas quand elles touchent le sol : soit elles sont trop légères, soit le sol est trop meuble, soit un dysfonctionnement technique l’empêche d’exploser. Toujours actives, ces sous-munitions deviennent aussi dangereuses que des mines antipersonnel. Elles peuvent exploser à tout moment, dès la moindre manipulation. Des zones entières deviennent alors inhabitables, entravant la reprise de la vie sociale et économique, forçant les populations à se déplacer. Ces restes explosifs constituent une menace pour les civils parfois des dizaines d’années après un conflit.

Le Laos, pays le plus pollué au monde

Le Laos est un triste exemple de la menace à long terme que peut poser les sous-munitions. Alors que le pays a été bombardé il y a 40 ans, entre 1964 et 1973, les sous-munitions qui n’ont pas explosé lors de leur largage font encore des victimes aujourd’hui, très souvent des enfants !

Qui produit les bombes à sous-munitions ?

Au total, 16 pays dans le monde sont toujours considérés comme producteurs, comme la Chine, la Russie, Israël... Les États-Unis ne produisent plus de sous-munitions à ce jour mais ne s’interdisent pas d’en produire de nouveau. 59 pays en stockent plusieurs millions à travers le monde. Les États-Unis en détiendraient 3 millions. En revanche, l’Allemagne, la France, l’Italie et le Royaume-Uni, qui ont signé la Convention d’Oslo, ont récemment détruit la totalité de leurs stocks.

Que dit la Convention d’Oslo ?

Entrée en vigueur en août 2010, la Convention d’Oslo a été signée par 119 États en décembre 2008. Elle interdit l’utilisation, la fabrication, le commerce et le stockage des bombes à sous-munitions. Elle inclut également des obligations aux États parties comme l’aide aux victimes et le déminage des zones contaminées.


Lire aussi :

Publié le : 1 septembre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

+ 150 % de victimes de mines en trois ans : arrêtez le massacre !
© M. Ashraf / HI

+ 150 % de victimes de mines en trois ans : arrêtez le massacre !

Le rapport 2017 de l’Observatoire des mines rend compte de l’augmentation spectaculaire pour la troisième année consécutive du nombre annuel de nouvelles victimes de mines et restes explosifs de guerre. Entre 2013 et 2016, l’accroissement de 150 % du nombre de victimes s’explique par des bilans particulièrement lourds dans les zones de conflit en Afghanistan, en Libye, en Ukraine et au Yémen. Alors que la conférence des États parties au Traité d’Ottawa se tient du 18 au 22 décembre à Vienne en Autriche, Handicap International appelle les États à appliquer le Droit international humanitaire et à faire pression sur les belligérants pour arrêter d’utiliser ces armes barbares.

Yémen : les ONG appellent à une cessation immédiate des hostilités et à un accès humanitaire total
© Google Maps

Yémen : les ONG appellent à une cessation immédiate des hostilités et à un accès humanitaire total

Les organisations signataires présentes sur le terrain, dont Handicap International, appellent à la cessation immédiate des hostilités au Yémen, y compris à Sanaa. Elles demandent également aux parties au conflit de permettre un accès humanitaire total et sans entraves aux personnes dans le besoin afin de faciliter l'acheminement du fret humanitaire.