Go to main content
 
 

Le Mozambique est officiellement libre de mines

Déminer les terres
Mozambique

Le Mozambique s’est déclaré libre de mines le 17 septembre 2015. Handicap International, qui a été l’un des principaux acteurs du déminage dans le pays, se réjouit pour la population, libérée d’un danger qui a fait des milliers de victimes et interdisait toute perspective de développement.

Les démineurs de Handicap International au Mozambique, dont Benvida, peuvent être fiers du travail accompli, qui a contribué à libérer le pays du fléau des mines.

© J-J. Bernard / Handicap International

Handicap International a été un acteur clé de l’action contre les mines au Mozambique depuis ses premières opérations de déminage en 1998. En 17 ans d’activités, l’organisation a déminé plus de 16 millions de mètres carrés de terres, a neutralisé 6 000 mines antipersonnel et 5 000 restes explosifs de guerre grâce à un dispositif de déminage associant hommes, chiens et machines.

« C’est une victoire pour toute la population du Mozambique. Maintenant, un enfant peut aller jouer dehors, un paysan peut cultiver son champ, un village peut envisager des projets de développement sans craindre l’explosion d’une mine », explique Grégory Le Blanc, chef de mission de Handicap International au Mozambique. « Le pays devra cependant continuer à aider les victimes, car "libre de mines" ne veut pas dire que les victimes de ces armes barbares ont disparu. » Comme le stipule le Traité d’Ottawa, le Mozambique doit continuer à aider les milliers de survivants des mines. Les activités de réadaptation, de suivi orthopédique, d’insertion sociale et professionnelle… resteront nécessaires pendant de nombreuses années. 

« La communauté internationale doit également rester mobilisée dans son combat contre les mines », ajoute Grégory Le Blanc. « Même s’il est en passe d’être gagné, le financement du déminage, de l’aide aux victimes, de l’éducation aux risques reste grandement nécessaire. L’exemple du Mozambique, son engagement pendant des dizaines d’années, montre que la victoire contre les mines antipersonnel est possible. C’est un signe d’espoir envoyé à tous les pays qui doivent faire face à ce fléau. »

Il aura fallu plus de 20 ans de travail acharné de l’ensemble des acteurs du déminage pour éradiquer la présence des mines au Mozambique. Ravagé par 25 ans de guerre d’indépendance (1965-1975) et de guerre civile (1977-1992), le pays figurait parmi les plus minés au monde avec l’Angola, l’Afghanistan et le Cambodge.

Publié le : 17 septembre 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Déminage au Laos : les équipes ne lâchent rien
© N. Lozano Juez / HI
Déminer les terres

Déminage au Laos : les équipes ne lâchent rien

Handicap International continue d’éliminer la menace et de réduire les risques que les restes explosifs de guerre font aujourd’hui encore peser sur les Laotiens. Plus de 40 ans après la fin de la guerre du Vietnam, le Laos reste le pays plus pollué au monde par ces armes non explosées. Enfouies dans les forêts et les champs, elles représentent une menace directe pour la population et un frein au développement économique.

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos, pays martyr des bombes
© HI
Déminer les terres

50 ans après la guerre du Vietnam, le Laos, pays martyr des bombes

Au moins 2 millions de tonnes de bombes ont été larguées sur le Laos par les États-Unis pendant la guerre du Vietnam. Plus de 50 ans après, le pays demeure le plus pollué au monde par les restes explosifs de guerre. Handicap International agit depuis plus de 20 ans aux côtés des Laotiens dans la lutte contre ces bombes à retardement. Découvrez un reportage du journal La Croix réalisé à l’occasion du partenariat entre le journal et notre association.

Déminer grâce aux drones : une innovation humanitaire majeure
© John Fardoulis / HI
Déminer les terres

Déminer grâce aux drones : une innovation humanitaire majeure

Handicap International et Mobility Robotics présentent pour la première fois une solution pour localiser les mines à l’aide de drones équipés de caméras infrarouges. Expérimentée au Tchad, cette technologie devrait permettre à terme de réduire considérablement la durée des opérations et de sécuriser davantage le travail des démineurs.