Go to main content
 
 

Changement climatique : une menace majeure pour les plus vulnérables

Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population
International

Depuis 15 ans, Handicap International œuvre dans le monde entier pour aider les populations à se préparer aux catastrophes naturelles. Nos équipes ont pu constater par elles-mêmes l’impact de l’augmentation des événements météorologiques extrêmes liés au changement climatique sur les plus vulnérables, en particulier les personnes handicapées.

Des bénévoles portent une femme handicapée lors d’un exercice de simulation de catastrophe naturelle en Haïti / Handicap International

Des bénévoles portent une femme handicapée lors d’un exercice de simulation de catastrophe naturelle en Haïti | © Jéthro-Claudel Pierre Jeanty / HI

Une menace grandissante

Handicap International intervient dans un nombre croissant de catastrophes naturelles extrêmes et d’urgences climatiques chroniques. 60 catastrophes climatiques supplémentaires se sont produites en moyenne par an dans le monde entre 2007 et 2017 par rapport à la décennie précédente.

Selon l'association, les événements météorologiques extrêmes en lien avec le changement climatique constituent une menace grandissante importante pour le bien-être des bénéficiaires de nos actions et plus généralement des populations vulnérables de la planète.

En plus de l’impact immédiat des situations d’urgence subites telles que les cyclones, de nombreuses études montrent que le changement climatique a des conséquences certes indirectes, mais pourtant graves, sur les groupes vulnérables, comme la violence armée, l’insécurité alimentaire, la rareté de l’eau, les migrations de masse et la perte de moyens de subsistance. 

Un impact disproportionné

Bien que l’augmentation de ces risques affecte toutes les populations, les conditions climatiques extrêmes ont un impact nettement plus important sur les groupes vulnérables, en particulier sur les personnes handicapées.

Ces dernières sont davantage touchées car elles sont plus susceptibles de vivre dans des zones à risque où la pauvreté est importante, et sont fréquemment exclues des plans de préparation aux situations d’urgence.

Les données du Bureau des Nations Unies pour la réduction des risques de catastrophe (UNDRR) montrent à quel point ces personnes sont isolées et en danger en cas de catastrophe. Dans le monde, seule 1 personne en situation de handicap sur 5 est capable de suivre des mesures d’évacuation sans problème en cas de catastrophe ; seuls 17 % connaissent les mesures de gestion des catastrophes de leur communauté, et à la suite d’une catastrophe, 75 % des personnes handicapées ont le sentiment d'être exclues de la réponse humanitaire.

Un bénévole aide une personne âgée lors d’un exercice de simulation de catastrophe naturelle à Haïti / Handicap International

Un bénévole aide une personne âgée lors d’un exercice de simulation de catastrophe naturelle à Haïti © Jéthro-Claudel Pierre Jeanty / HI

Préparer pour sauver des vies

Dans une commune isolée du Nord-ouest d’Haïti, des bénévoles en gilet orange portent une femme sur une civière pour descendre une colline rocailleuse. Lors de cet exercice de simulation, les bénévoles évaluent si les mesures de préparation aux situations d’urgence qu’ils ont mises en place suffisent à permettre à leur communauté de se mettre à l’abri en cas de catastrophe naturelle. Cet exercice d'évacuation concerne toute la municipalité.

Grâce à un projet collaboratif conduit par Handicap International et les services de protection civile, les participants savent comment fournir les informations et l’assistance nécessaires aux personnes handicapées, aux enfants et aux personnes âgées. Des refuges, accessibles à tous, ont été préparés à l’avance. Dans une région pauvre et isolée d’un pays à fort risque de catastrophe naturelle, ces préparatifs sont la meilleure chance de survie.


L’action de Handicap International en réduction des risques de catastrophes (Disaster Risk Reduction - DDR)

  • L'association mène des initiatives de DRR et d’adaptation au changement climatique depuis 15 ans.
  • Nos équipes conduisent actuellement 20 projets de DRR dans 16 pays différents.
  • Handicap International aide les autres acteurs de DRR à inclure les personnes présentant des besoins spécifiques telles que les personnes âgées, handicapées, etc.
Publié le : 6 janvier 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump
© Basile Barbey / HI
Mines et autres armes

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump

Victime d’une mine, Gniep Smoeun est l’une des premières personnes appareillées par Handicap International au début des années 80. Face au Palais des Nations à Genève le 13 février, elle a porté la voix des victimes face à la décision de l’administration Trump de réintroduire les mines antipersonnel dans l’arsenal américain, et demande aux États d’user de toute leur influence pour que les États-Unis reviennent sur cette décision révoltante.

Civils bombardés : la déclaration politique devra être ambitieuse
© ISNA Agency / HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Civils bombardés : la déclaration politique devra être ambitieuse

Plus de 70 États se sont réunis le 10 février à Genève lors du deuxième cycle de négociations, destiné à aboutir le 26 mai prochain à Dublin à la Déclaration politique contre l’usage des armes explosives en zones urbaines.

Handicap International révoltée par la décision de l’Administration Trump de relancer l’utilisation des mines
© M. Ashraf / HI
Mines et autres armes

Handicap International révoltée par la décision de l’Administration Trump de relancer l’utilisation des mines

Co-prix Nobel de la paix pour son combat contre les mines et fer de lance du déminage humanitaire, Handicap International est révoltée par le retour des mines antipersonnel dans l’arsenal américain. Plus de 20 ans après la signature du Traité d’Ottawa, la décision du Président Trump constitue un changement de politique assassin.