Go to main content
 
 

Aider les communautés oubliées des bidonvilles de Beira

Urgence
Mozambique

Des milliers d’habitants de Beira vivent dans la pauvreté au sein de bidonvilles surpeuplés. Leurs abris de fortune n’ont pas résisté à la force du cyclone Idai. Handicap International coordonne les efforts de déblayage et de reconstruction pour ces communautés très durement touchées.

Lucia devant les restes de sa maison détruite par le cyclone Idai au Mozambique

Lucia devant les restes de sa maison détruite par le cyclone Idai | © C. Briade / HI

Les bidonvilles en grande partie détruits

Claude Briade, de Handicap International, s’est rendu dans certains des quartiers les plus pauvres de Beira juste après le passage du cyclone :

« Logements délabrés, mauvaise hygiène, infrastructures de santé inadaptées, pauvreté... En temps "normal", la vie est extrêmement rude dans ces ruelles tortueuses. Ce qui avait réussi à émerger malgré toute cette pauvreté a été complètement ravagé par le cyclone Idai. »

Faites un don d'urgence, aidez les victimes en soutenant Handicap International

Pas d'abri et menace de maladie

Pour Lucia, une mère célibataire de 38 ans qui élève 5 enfants, les conséquences du cyclone ont été désastreuses. Elle qui pose devant son habitation sur la photo ci-dessus, avait réussi à sauver quelques possessions des décombres : des vêtements, une bâche, un seau... Mais son problème était désormais de garder les enfants à l'abri dans une maison sans toit et de les protéger des maladies. Depuis, le choléra est apparu dans des quartiers comme celui de Lucia, avec près de 5 000 cas confirmés.

Déblaiement des débris

C’est pourquoi le travail de déblayage et de reconstruction soutenu par Handicap International est essentiel. L'association fournit des camions et du matériel pour déblayer 10 bidonvilles de Beira. Les habitants sont mis à contribution pour ramasser les débris et nettoyer les rues, ce qui réduit le risque de propagation des maladies et permet l’accès des travailleurs humanitaires.

Les habitants enlèvent les débris à Beira au Mozambique © P. Pillon / HI

Les habitants enlèvent les débris à Beira avec l'aide de HI © P. Pillon / HI

HI reconstruit des maisons

Handicap International va également distribuer 2 500 kits de réparation d'abri dans ces quartiers pour aider les gens à reconstruire leurs habitations détruites.

« Handicap International s’engage à venir en aide aux victimes les plus vulnérables du cyclone : orphelins, enfants souffrant de maladie chronique, personnes handicapées, personnes âgées isolées... Beaucoup de ces personnes extrêmement vulnérables se retrouvent dans les bidonvilles oubliés de Beira. »

Claude Briade, de Handicap International

Faites un don d'urgence, aidez les victimes en soutenant Handicap International

 

Bouton lien pour accéder à toutes les actualités de Handicap International concernant le Mozambique

Publié le : 23 avril 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

HI aide plus de 85 000 réfugiés rohingyas au Bangladesh
© Abir Abdullah / HI
Réadaptation Urgence

HI aide plus de 85 000 réfugiés rohingyas au Bangladesh

Deux ans après l’arrivée massive des réfugiés rohingyas au Bangladesh, Handicap International mène toujours des activités d’urgence dans le pays, tant les besoins restent énormes. Point de situation en chiffres.

L'aide humanitaire : une histoire de compassion
© Gilles Lordet / HI
Réadaptation Urgence

L'aide humanitaire : une histoire de compassion

Tichaona Mashodo dirige l'équipe mobile de Handicap International au Soudan du Sud. Il revient sur ses dix années d'engagement humanitaire.

Mossoul Ouest, ville fantôme
© Fanny Mraz / HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Mossoul Ouest, ville fantôme

Entre octobre 2016 et juillet 2017, Mossoul a été le théâtre de violents combats. L’utilisation intensive d’armes explosives – bombardements, pose de mines artisanales, etc. – a anéanti principalement la partie Ouest de la ville. Plus de 500 000 personnes sont toujours déplacées dans des camps de la province de la Ninive.