Aller au contenu principal
 
 

HI aide plus de 85 000 réfugiés rohingyas au Bangladesh

Réadaptation Urgence
Bangladesh

Deux ans après l’arrivée massive des réfugiés rohingyas au Bangladesh, Handicap International mène toujours des activités d’urgence dans le pays, tant les besoins restent énormes. Point de situation en chiffres.

Dans les camps de réfugiés, le jeu est une activité essentielle pour le développement des enfants. Handicap International Bangladesh

Dans les camps de réfugiés, le jeu est une activité essentielle pour le développement des enfants. | © Abir Abdullah / HI

Plus de 910 000 Rohingyas ont fui la répression militaire qui sévit au Myanmar pour se réfugier dans le district de Cox's Bazaar, au Bangladesh. En comptant les communautés hôtes devenues également vulnérables, plus de 1,3 million de personnes ont aujourd’hui besoin d’aide humanitaire. Handicap International, qui travaille dans les camps de réfugiés rohingyas depuis 2007, a été l'une des cinq ONG présente à répondre à l’arrivée massive des réfugiés en août 2017. Depuis, l’association est venue en aide à plus de 85 000 personnes dans 19 camps de réfugiés, dont ceux de Kutupalong, Balukhali, Unchiprang et Nayapara.

Activités d’urgence

Depuis 2017, Handicap International a mené des séances de réadaptation auprès de plus de 13 000 personnes blessées, à mobilité réduite ou handicapées, distribué 1 800 béquilles, déambulateurs, etc., et apporté un soutien psychologique à plus de 9 100 personnes blessées, handicapées ou fragilisées. L'association a également organisé des activités ludiques pour les enfants dans les camps. De plus, elle a distribué 1 000 kits d’hygiène à des familles, contenant des ustensiles de cuisine, des couvertures, et des rations alimentaires. Enfin, deux plateformes logistiques ont été mises en place, soutenues par une flotte de 15 camions, afin de permettre le stockage et l’acheminement du matériel humanitaire.

> En vidéo, la réadaptation dans les camps de réfugiés avec Mohammad :

Des besoins toujours énormes

Deux ans plus tard, les réfugiés rohingyas restent toujours très dépendants de l’aide humanitaire, et leur avenir est incertain.

« De nombreux réfugiés ont un handicap ou sont dans une situation médicale critique. Ces personnes particulièrement fragiles ont une mobilité réduite, vivent dans un environnement qui n’est pas adapté (pas de rampes, notamment), et sont isolés socialement, ce qui les exposent encore davantage aux risques de violences, d’abus et d’exploitation. Notre priorité est de permettre à tous d’avoir accès aux services de base et spécifiques (soins de santé, réadaptation, soutien psychologique, etc.). »

Jean-Loup Gouot, directeur de Handicap International au Bangladesh

Publié le : 28 août 2019
Nos actions
pays
par pays

Icône casque microUne question ? Une remarque ? Nous sommes à votre écoute !

Relation Donateurs
Contactez notre équipe du lundi au vendredi de 9h à 18h au 04 78 69 67 00 ou à
donateurs@france.hi.org
Au plaisir d’échanger !
Voir aussi la FAQ

Équipe Mobilisation
Vous souhaitez
devenir bénévole ou partager des idées d’actions solidaires ? Contactez-nous par mail agissez@france.hi.org

Relations Presse
Journalistes, médias : notre attachée de presse est joignable au 06 98 65 63 94 ou par mail
c.amati@hi.org 
Voir l'espace Presse

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Ukraine : comment se préparer à un conflit ouvert
© Till Mayer / HI
Mines et autres armes Urgence

Ukraine : comment se préparer à un conflit ouvert

Handicap International va intervenir auprès des communautés en Ukraine pour les aider à se préparer aux conflits par l’adoption de comportements à appliquer avant, pendant et après une attaque armée.

Les Ukrainiens de retour chez eux vivent sous la menace des engins explosifs
© Till Mayer / HI
Mines et autres armes Urgence

Les Ukrainiens de retour chez eux vivent sous la menace des engins explosifs

En Ukraine, certaines personnes commencent à rentrer chez elles dans des villes contaminées par les engins explosifs. Handicap International les prépare à identifier les dangers et à adopter des comportements sûrs.

Ukraine : « Si ce n'est pas moi, alors qui ? »
© HI
Réadaptation Urgence

Ukraine : « Si ce n'est pas moi, alors qui ? »

Rostyk, assistant en kinésithérapie pour Handicap International, participe à l'amélioration des soins de réadaptation en Ukraine.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris