Go to main content

En Bolivie, plus de 2 800 personnes bénéficient de soins de réadaptation

Réadaptation
Bolivie et Pays andins

Handicap International accompagne la création de 7 centres de réadaptation en Bolivie et favorise l’accès des personnes handicapées à des soins de qualité. En deux ans, plus de 2 800 personnes ont bénéficié de services de réadaptation.

Projet de réadaptation de Handicap International en Bolivie

Projet de réadaptation de Handicap International en Bolivie | © J. Tusseau / Handicap International

« En Bolivie, il existe peu de personnel de réadaptation qualifié et d’opportunités de formation, en particulier en province. Renforcer les compétences des professionnels du secteur et permettre aux personnes handicapées d’être autonomes et intégrées dans leur communauté font partie de nos priorités. »

Narel Gomez, chef de projet Réadaptation à Handicap International

Grâce à l’appui de Handicap International, 7 centres de réadaptation ont été mis en place depuis janvier 2014 dans les départements de Potosí et d’Oruro, et plus de 2 800 personnes ont bénéficié de soins de réadaptation. L'association forme des professionnels de la santé – médecins, kinésithérapeutes, etc. – afin qu’ils puissent évaluer l’autonomie, la mobilité et le degré de douleur des personnes handicapées grâce à l’usage d’outils techniques. Handicap International renforce également leurs compétences en techniques de réadaptation et en gestion.

Les personnes handicapées participent

« Mise en place de rampes d’accès, d’élévateurs et mise à disposition d’équipements spécifiques : nous nous assurons que les centres sont accessibles à tous, notamment aux personnes handicapées. Le personnel de réadaptation doit également être formé afin d’établir une relation de confiance avec les personnes les plus fragiles. Nous accordons aussi une attention spécifique aux femmes et aux filles, qui doivent également avoir droit à ces services. Et nous accompagnons les mères d’enfants handicapés, afin qu’elles ne culpabilisent pas et qu’elles apprennent à accepter la situation », poursuit Narel Gomez.

De plus, dans chaque centre de réadaptation, Handicap International a également mis en place des comités qui réunissent des personnes handicapées, leur proposent un espace d’écoute et de participation. Comme Narel Gomez l’explique, « nous voulons que les personnes handicapées deviennent actrices et sensibilisent d’autres personnes au sujet du handicap ».

Et de conclure : « Pour nous, il est essentiel que le processus de réadaptation comprenne aussi une dimension sociale. Nous proposons notamment un soutien psychologique aux personnes handicapées, ce qui leur permet d’exprimer leur ressenti et de dépasser leurs traumatismes ».

Publié le : 16 novembre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"Je ne peux plus prendre mes enfants dans mes bras comme avant"
© Hardy Skills / HI
Réadaptation Urgence

"Je ne peux plus prendre mes enfants dans mes bras comme avant"

Handicap International vient en aide à des centaines de victimes de la violence à Gaza. Découvrez les défis quotidiens auxquels sont confrontées les personnes blessées et leurs familles, comme Mohammed qui a reçu une balle dans la jambe et a besoin de soins et de suivi.

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés
© HI
Réadaptation Urgence

Pluies torrentielles au Bangladesh : plus de 9 000 réfugiés rohingyas affectés

Plus de 9 000 réfugiés rohingyas sont affectés par des inondations et des glissements de terrain au Bangladesh depuis le mois de juin. Les équipes de Handicap International continuent de venir en aide aux populations affectées.

Le long parcours d’Alaa, blessé par balle
© Hardy Skills / HI
Réadaptation Urgence

Le long parcours d’Alaa, blessé par balle

Une blessure par balle conduit le patient dans un long parcours médical. Après une opération, la rééducation nécessaire pour retrouver de la mobilité peut prendre des mois, voire des années. Une longue convalescence qui engendre une invalidité temporaire et rend le patient inapte au travail. Alaa fait partie de ces centaines de blessés par balle à Gaza. Il a commencé sa rééducation avec Handicap International.