Go to main content
 
 

L'Amérique latine dit STOP aux bombardements des civils

Mines et autres armes
International

Organisée par Handicap International, la conférence régionale contre les bombardements de civils s'est achevée le 6 décembre au Chili. 23 États ont adopté le Communiqué de Santiago, exprimant leur inquiétude sur les effets dévastateurs pour les civils de l’utilisation d’armes explosives en zones peuplées.

Conférence de Santiago au Chili, les 5-6 décembre 2018, organisée par Handicap International pour sensibiliser les États d'Amérique latine à l'utilisation d'armes explosives en zones peuplées et à l'impact sur les civils

© HI

Le Communiqué de Santiago

23 États ont adopté le 6 décembre 2018 le Communiqué de Santiago, exprimant leur « inquiétude sur le fait que les armes explosives utilisées en zones peuplées causent des morts, des blessés et des traumatismes parmi les civils, endommagent et détruisent des infrastructures et des services essentiels, provoquent des déplacements forcés, laissent des restes explosifs de guerre qui constituent une menace à long terme, perturbent la vie sociale et les activités économiques, et compromettent la sécurité des individus ».

Le communiqué affirme également la nécessité « d’atténuer les dommages humanitaires résultant des effets des armes explosives en zones peuplées ».

La conférence

Conférence de Santiago au Chili, les 5-6 décembre 2018, organisée par Handicap International pour sensibiliser les États d'Amérique latine à l'utilisation d'armes explosives en zones peuplées et à l'impact sur les civilsLe communiqué a été publié à l'issue de deux jours de conférence visant à sensibiliser les États d'Amérique latine aux bombardements des civils. Elle était organisée par Handicap International.

Cette rencontre a permis d’approfondir leurs connaissances sur l'utilisation des armes explosives en zones peuplées, de les sensibiliser aux impacts humanitaires sur les civils, de les informer sur les différents types d'armes et de défendre l’idée que la réponse politique à apporter repose sur des normes plus strictes pour protéger les civils.

Les participants

38 délégués ont participé à la conférence, représentant 26 États : Antigua-et-Barbuda, Argentine, Barbade, Belize, Brésil, Chili, Colombie, Costa Rica, Équateur, Guatemala, Guyana, Haïti, Honduras, Jamaïque, Mexique, Panama, Paraguay, Pérou, République dominicaine, Saint-Kitts-et-Nevis, Saint-Vincent-et-les Grenadines, Salvador, Uruguay. Avec également la représentation de l'Irlande, du Mozambique et de la Norvège, déjà engagés dans la lutte contre les bombardements des civils.

Trois représentants des Nations Unies et du Comité international de la Croix-Rouge, des survivants de mines en Colombie, au Salvador et au Chili, ainsi que des militants de la société civile ont également participé à cette conférence qui a réuni 75 personnes au total.

Conférence de Santiago au Chili, les 5-6 décembre 2018, organisée par Handicap International pour sensibiliser les États d'Amérique latine à l'utilisation d'armes explosives en zones peuplées et à l'impact sur les civils

Publié le : 7 décembre 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Avant une catastrophe naturelle, HI aide les plus vulnérables à mieux se préparer
© CARE - photo d'archive
Insertion Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population

Avant une catastrophe naturelle, HI aide les plus vulnérables à mieux se préparer

À l’occasion de la Journée internationale pour la réduction des risques de catastrophes, le 13 octobre, les experts de Handicap International expliquent la démarche d’inclusion de l'association dans des initiatives de renforcement de la résilience.

Bombardements de civils : les États reconnaissent enfin l'urgence d'agir
© HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Bombardements de civils : les États reconnaissent enfin l'urgence d'agir

133 États se sont réunis les 1er et 2 octobre lors de la Conférence de Vienne sur la protection des civils dans les guerres urbaines. Une majorité est prête à travailler sur une déclaration politique visant à mettre fin aux souffrances humaines causées par l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées. Les discussions qui se tiendront durant les prochains mois seront décisives.

Civils bombardés : à Vienne, les États doivent prendre leurs responsabilités
© A. Al Osta / HI
Mines et autres armes Protéger les populations vulnérables

Civils bombardés : à Vienne, les États doivent prendre leurs responsabilités

Plus de 90 États participent à la Conférence de Vienne qui a lieu les 1er et 2 octobre. Cette rencontre cruciale marque le début des discussions sur la déclaration politique internationale visant à mettre fin à l'utilisation des armes explosives dans les zones peuplées. Alma Taslidžan Al-Osta, responsable du plaidoyer à Handicap International, explique les derniers préparatifs.