Accès direct au contenu
 
 

Bombardements de zones habitées : des conséquences effroyables pour les civils

Mines et autres armes

Les bombardements en zones peuplées sont devenus courants dans les conflits contemporains. En plus de tuer et mutiler les civils, ils détruisent des quartiers résidentiels entiers. Départs forcés, appauvrissement des familles, contamination des zones touchées... les bombardements des habitations ont des conséquences terribles pour les civils.

Infographie de Handicap International montrant les conséquences de l'utilisation des armes explosives en zones peuplées

© Handicap International

Maisons, appartements, etc. sont partiellement ou totalement détruits par les bombardements indiscriminés, réduisant en miettes meubles, affaires personnelles, équipements ménagers. Dans la ville irakienne de Mossoul qui a subi d’intenses bombardements entre octobre 2016 et juillet 2017, on estime que plus de 80 % des bâtiments touchés étaient des logements.

Même une famille dont la maison n’a pas été touchée n’a pas d’autre choix que de fuir, car toute vie sociale et économique dans le quartier qu’elle habite a été anéantie. Dans la plupart des cas, elle fuit dans un dénuement total. Quand elle a investi toutes ses économies pour construire une maison ou acheter un appartement, elle a alors tout perdu. Cette fuite est toujours chaotique et hasardeuse. En Syrie, les habitants sont contraints de se déplacer jusqu’à 25 fois avant de trouver un refuge sûr, fuyant les attaques successives. Ces déplacements répétés engendrent une grave détresse psychologique et accentuent la grande précarité des déplacés.

Les bons réflexes face au danger

Après un bombardement, les habitations contiennent souvent des restes explosifs : il s’agit de bombes défectueuses qui n’ont pas explosé à l’impact, mais encore actives et dangereuses, ou des morceaux de bombes qui contiennent des restes de matière explosive. Leur présence empêche le retour des populations dans des conditions sûres. L’intervention de démineurs est alors nécessaire.  

La population est particulièrement exposée à la menace des restes explosifs car elle peut être impatiente de rentrer chez elle et entreprendre elle-même de déblayer les gravats. L’informer et la sensibiliser au danger est donc primordial. Handicap International mène dans 13 pays des programmes de sensibilisation aux risques destinés à rappeler les bons gestes, les bons réflexes quand on découvre un objet suspect : ne pas s’approcher, ne pas toucher, appeler les autorités compétentes. L’association mène également des opérations de déminage dans 5 pays, dont l’Irak et la Colombie.

Témoignages de victimes de bombardements :


Handicap International contre les bombardements des civils

Handicap International mène depuis plusieurs mois une campagne pour dénoncer et interdire l’utilisation des armes explosives en zones peuplées, une pratique effroyable, courante dans les conflits actuels, en Syrie, en Afghanistan, au Yémen, en Ukraine, etc. Les victimes de cette pratique barbare sont à 92 % des civils. Utilisées dans les zones peuplées, les armes explosives tuent, provoquent des souffrances et blessures graves (brûlures, plaies ouvertes, fractures, etc.). Elles sont la cause de handicaps et de traumatismes psychologiques. Cet usage provoque le déplacement forcé des populations, détruit des infrastructures essentielles comme les habitations, les écoles et les hôpitaux. Lors d’une attaque, un pourcentage variable de ces armes n’explose pas à l’impact, générant une menace permanente pour les populations civiles longtemps après les combats. La présence de restes explosifs de guerre rend périlleux le retour des populations dans leurs quartiers une fois l’attaque passée ou le conflit terminé.

Publié le : 14 septembre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le 4 avril, n'oublions pas les victimes de mines et de restes explosifs de guerre
© Jaweed Tanveer / HI
Mines et autres armes

Le 4 avril, n'oublions pas les victimes de mines et de restes explosifs de guerre

À l’occasion de la Journée mondiale d’action contre les mines, le 4 avril, Handicap International rend hommage aux victimes de mines et de restes explosifs de guerre, et rappelle la nécessité encore plus forte de les aider en contexte de coronavirus.

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire
© Bahia Z. / HI
Mines et autres armes Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire

Alors que près d'un million de personnes – principalement des femmes et des enfants – ont fui les combats et les bombardements à Idlib en Syrie, Handicap International appelle les États à s'engager pleinement dans le processus diplomatique international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. La situation actuelle constitue l’une des pires crises humanitaires depuis le début du conflit en 2011.

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump
© Basile Barbey / HI
Mines et autres armes

Une victime de mine lance un appel international pour faire reculer l’administration Trump

Victime d’une mine, Gniep Smoeun est l’une des premières personnes appareillées par Handicap International au début des années 80. Face au Palais des Nations à Genève le 13 février, elle a porté la voix des victimes face à la décision de l’administration Trump de réintroduire les mines antipersonnel dans l’arsenal américain, et demande aux États d’user de toute leur influence pour que les États-Unis reviennent sur cette décision révoltante.