Go to main content

Sierra Leone

Face à la propagation du virus Ebola en Sierra Leone qui a commencé au printemps 2014, Handicap International a organisé le transport des malades vers les centres de dépistage et de soins. L’association s’est également préoccupée de l’accès des personnes les plus fragiles aux messages de sensibilisation.

Handicap International - Sierra Leone.

© Federico Saracini / Handicap International

Actions en cours

Lorsque l’épidémie de virus Ebola a frappé la Sierra Leone, Handicap International a fait le choix de maintenir sa présence dans le pays afin d’apporter son savoir-faire en matière d’intervention humanitaire d’urgence et de protection des personnes les plus fragiles.

Jusqu’à la fin de la crise, en mars 2016, l’association a assuré la gestion d’une plateforme d’ambulances couvrant l’ensemble de la région de Freetown (la capitale du pays). Au plus fort de l’épidémie, ce projet a mobilisé jusqu’à 200 personnes. Après l’épidémie, Handicap International a accompagné les survivants pour leur offrir des soins de réadaptationet traiter les douleurs chroniques résultant de la maladie.

Depuis, Handicap International a repris ses activités dans le domaine de l’éducation inclusive, avec une attention particulière pour les enfants affectés par l’épidémie.

L’association est présente en Sierra Leone depuis 1996. Nos premiers projets ont été lancés pour venir en aide aux victimes de l’une des guerres les plus brutales de l'histoire africaine récente, qui a laissé des milliers d'enfants-soldats traumatisés et environ 20 000 personnes mutilées suite aux exactions. Handicap International leur fournit alors des appareillages (prothèses de jambes et de bras) et leur apporte un soutien psychologique. 

Domaines d'intervention

Paroles du terrain

À Freetown, Handicap International vient en aide aux victimes des coulées de boue
© Handicap International
Urgence

À Freetown, Handicap International vient en aide aux victimes des coulées de boue

Au moins 500 personnes ont été tuées par les inondations et les glissements de terrain qui ont frappé le 14 août dernier Freetown, la capitale de la Sierra Leone. 800 autres sont portées disparues. Handicap International et ses partenaires dans la région ont mis en place une action d’urgence pour venir en aide aux personnes affectées.

Coulées de boues meurtrières à Freetown, Handicap International mobilisée
©Handicap International
Urgence

Coulées de boues meurtrières à Freetown, Handicap International mobilisée

Plus de 300 personnes ont été tuées, lundi 14 août, par des inondations et des glissements de terrain à Freetown, capitale de la Sierra Leone, suite aux pluies torrentielles qui se sont abattues sur le pays. 3 000 personnes se retrouvent sans abri. Handicap International se mobilise pour venir en aide aux plus vulnérables.

L’éducation inclusive, premier pas vers l’intégration des enfants handicapés en Afrique de l'Ouest
© Studio Cabrelli / Handicap International
Insertion

L’éducation inclusive, premier pas vers l’intégration des enfants handicapés en Afrique de l'Ouest

Depuis 2012, Handicap International mène le projet APPEHL (Agir pour la pleine participation des enfants handicapés par l’éducation) pour améliorer la scolarisation de 170 000 enfants handicapés dans 9 pays d’Afrique de l’Ouest. Sandra Boisseau, qui coordonne le projet pour l’association depuis Dakar (Sénégal), revient sur les actions menées afin de lever les barrières à l’éducation pour ces enfants.

Aidez-les
concrètement

Situation du pays

La propagation rapide du virus Ebola en Sierra Leone a engendré une crise humanitaire d’envergure majeure.

Au printemps 2014, la Sierra Léone fait partie des trois pays les plus touchés par l’épidémie de virus Ebola. Celui-ci a infecté plus de 14 000 Sierra Léonais et entraîné la mort d'environ 4 000 d’entre eux. Le pays a été déclaré libre d’Ebola au printemps 2016 (source : Organisation mondiale de la Santé).

En dépit d’importantes richesses naturelles et d’un énorme potentiel de croissance agricole, la Sierra Leone reste l'un des pays les plus pauvres au monde. Le pays tente de se reconstruire sur les ruines d’une guerre qui a duré de 1991 à 2000 et laissé des milliers de personnes mutilées après avoir perdu un bras ou une jambe. Les douleurs psychologiques résultant de telles exactions perdurent aujourd’hui encore de façon frappante.

Plus de la moitié des habitants est en situation d’extrême pauvreté, et l’épidémie de virus Ebola n’a fait qu’aggraver cette situation. 

Nos actions
pays
par pays

Pétition contre le bombardement des civils

389 354 signatures

Objectif 1 000 000

Stop bombing logo