Go to main content
 

Interpellez vos parlementaires

Handicap International invite les citoyens à interpeller leurs députés en Allemagne, en Belgique, au Canada, en France, au Luxembourg, au Royaume-Uni, en Suisse. En interpellant les députés, pesons de tout notre poids sur les gouvernements pour mettre fin aux bombardements des civils en zones peuplées. 100 députés (belges, français, suisses…) ont déjà exprimé leur soutien à notre campagne.

 

Le gouvernement français doit s’engager
contre les bombardements en zones peuplées

32 102

PERSONNES ONT ÉTÉ TUÉES OU BLESSÉES
par des armes explosives dans le monde en 2018*

90%

DES VICTIMES D’ARMES EXPLOSIVES
en zones peuplées sont des civils*

600

INFRASTRUCTURES CIVILES SONT DÉTRUITES
ou endommagées chaque mois au Yémen**

* Action on Armed Violence (AOAV) 2018  |  ** Humanitarian Needs Overview (HNO) 2019

J'INTERPELLE MES DÉPUTÉ.E.S

La société civile a une chance unique pour changer le cours des conflits modernes et mieux protéger les civils des bombardements : 

Les 1er et 2 octobre 2019 s’est tenue la conférence de Vienne « Protecting Civilians in Urban Warfare ». Suivront deux rounds de négociations diplomatiques à Genève pendant lesquels les Etats discuteront d’un engagement international contre l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. En mai 2020, à Dublin devrait être lancée une déclaration politique contre les bombardements en zones peuplées. 

Les bombardements dans les zones urbaines sont devenus systématiques dans les conflits actuels, en Syrie, en Irak, au Yémen... Selon le dernier rapport d’Action On Armed Violence (AOAV) publié en juin 2019, 32 100 personnes ont été tuées ou blessées par des armes explosives en 2016. 70 % de ces victimes étaient des civils, soit 22 000 personnes. Quand les armes explosives sont utilisées en zones peuplées, 90 % des victimes sont des civils

Chaque jour au moins 60 civils sont victimes de l’utilisation des armes explosives en zones peuplées. Cet usage est devenu la règle dans les conflits actuels comme si en situation de conflit, bombarder massivement les zones peuplées était considéré comme acceptable, voire normal. 

Les conséquences humanitaires des bombardements de civils sont effroyables : blessures graves et invalidantes, traumatismes psychologiques lourds, déplacements forcés et appauvrissement des populations, destruction d’infrastructures essentielles (hôpitaux, ports, ponts, etc.), contamination par des restes explosifs de guerre, anéantissement des tissus social et économique…

Ensemble, nous pouvons mettre fin aux bombardements des civils dans les villes.