Accès direct au contenu
Handicap International Handicap International Handicap International Handicap International

Mines antipersonnel
L'administration américaine doit reculer

Donald Trump - Mines antipersonnel - Handicap International Donald Trump - Mines antipersonnel - Handicap International Donald Trump - Mines antipersonnel - Handicap International Donald Trump - Mines antipersonnel - Handicap International

Ne laissons pas aux forces américaines
le pouvoir de réutiliser les mines antipersonnel !

 

 

Signez la pétition
contre les mines
antipersonnel

Handicap International Handicap International Handicap International Handicap International
 

En cliquant sur « je signe », vous acceptez la politique de confidentialité.

 

UNE CONDAMNATION À MORT POUR DES MILLIERS DE CIVILS


Le 31 janvier, le Président Donald Trump est revenu sur la politique de l’administration Obama qui interdisait à l’armée américaine d'utiliser des mines dans les conflits du monde entier.

 

Plus de 20 ans après la signature par 164 pays (80% des nations) du Traité d’Ottawa contre les mines, la décision du Président Trump constitue un changement de politique assassin. Non signataire du Traité, les Etats-Unis s'abstenaient cependant d'utiliser ou de commercialiser des mines terrestres antipersonnel.

 

En 2018, 6 896 victimes ont été enregistrées

contre 30 000 dans les années 90 
 

Ces armes de lâches, activées par les victimes ne font pas la différence entre le pied d'un enfant et celui d'un soldat. 54 % des victimes civiles étaient des enfants.

 

L’ADMINISTRATION TRUMP DOIT RECULER !

 
Mine handicap international - trump Mine handicap international - trump Mine handicap international - trump Mine handicap international - trump

 

MINE ANTIPERSONNEL : UNE ARME DE LÂCHES

 

Les mines antipersonnel sont par nature des « armes de lâches ». Enfouies dans le sol ou cachées dans la végétation, elles sont déclenchées par pression directe ou par rupture d’un fil piège. Dites indiscriminées, ces armes ne font pas la distinction entre les cibles militaires et civiles, une règle pourtant imposée aux belligérants par le Droit international humanitaire.

 

MINES INTELLIGENTES, LA RÉVOLUTION ?

 

La politique du Pentagone stipule qu'une nouvelle mine antipersonnel, en cours de développement, se désactiverait au bout de 30 jours, pour la rendre plus sûre. L'idée que les mines terrestres dites « intelligentes » seront plus sûres que les anciennes est absurde. Qui expliquera à la mère d'une fille victime que 20 jours n'étaient pas suffisants avant de jouer au football dans une ferme vide ?

 

« La seule mine sûre est celle que l’on ne produit pas ! »
Anne Héry, directrice du plaidoyer chez Handicap International

 

HISTOIRE D'UN COMBAT


1982  Appareillage de réfugiés cambodgiens en Thaïlande et création officielle de Handicap International à Lyon en France 


1984  Ouverture d’un centre d’appareillage en Angola, premier programme africain de l’association 


1992  Création de la Campagne internationale pour interdire les mines antipersonnel (ICBL) par Handicap International et cinq autres ONG. Premières actions de déminage au Cambodge 


1997  Signature du Traité d’Ottawa interdisant les mines antipersonnel. À ce titre, Handicap International est co-lauréate du prix Nobel de la paix


2003  Début du combat contre les bombes à sous-munitions


2008  Signature du Traité d’Oslo interdisant les bombes à sous-munitions


2019  Lancement des négociations pour l’élaboration d’une déclaration politique internationale visant à mieux protéger les civils des bombardements


2020  Clôture du processus politique et ouverture à signature de la déclaration par les Etats lors de la Conférence de Dublin

 

*STOP AUX BOMBARDEMENTS DE CIVILS

Mentions légales - Contact - Presse

Les informations demandées sont enregistrées dans un fichier informatisé par Handicap International qui dispose d’un Délégué à la Protection des Données (DPD). Elles sont nécessaires pour répondre à vos demandes ou faire appel à votre générosité. Elles sont conservées pendant la durée strictement nécessaire à la réalisation des finalités précitées. Par notre intermédiaire, vous pouvez recevoir des propositions d’autres sociétés ou organismes du secteur caritatif. Si vous ne le souhaitez pas, vous pouvez vous adresser à notre DPD. Les données peuvent faire l’objet d’un transfert à des tiers au sein de l’Union Européenne. Dans le cadre d’un transfert vers un pays hors Union Européenne, des règles assurant la protection et la sécurité de ces données ont été mises en place. Conformément à la loi « informatique et libertés » et la réglementation européenne, en vous adressant à notre DPD, vous bénéficiez d’un droit d’accès, rectification, limitation, portabilité, effacement et opposition à l’utilisation de vos données à caractère personnel. En cas de difficulté, vous pouvez faire une réclamation auprès de la CNIL.  [Crédit : Mine by Natalia for Noun Project]