Accès direct au contenu
 
 

Plus de 10 000 réfugiés au Burundi : aidons les plus fragiles !

Secourir les déplacés et/ou les réfugiés
Burundi République démocratique du Congo

Suite aux affrontements récents dans l’Est de la République démocratique du Congo, plus de 10 000 personnes, majoritairement congolaises, se sont réfugiées dans le Sud et Sud-ouest du Burundi. Handicap International prépare une intervention d’urgence auprès des populations réfugiées.

Réfugiés congolais au Burundi

Réfugiés congolais au Burundi | © HI

Plus de 10 000 personnes ont fui le Sud-Kivu (territoire du Fizi) à l’est de la République démocratique du Congo et ont trouvé refuge dans les provinces de Rumonge et de Makamba (Nianza-Lac) dans le Sud et le Sud-ouest du Burundi, avant d’avoir été transférées dans plusieurs camps de transit dispersés dans le pays. Dès les premiers jours, Handicap International, qui intervient au Burundi depuis 25 ans, a évalué leurs besoins.

« Les besoins des populations réfugiées sont considérables. Ces camps de transit proposent un accueil temporaire. Leur capacité d’accueil est largement dépassée. L’accès aux services (soins de santé, etc.) et l’aide proposée restent très limités. De nombreuses personnes n’ont pas de logement et sont regroupées dans des hangars pour dormir. Il y a un manque d’accès à l’eau et aux infrastructures sanitaires (toilettes, notamment), ce qui entraîne un risque d’épidémie de choléra. Les personnes les plus fragiles – enfants, femmes, personnes âgées et handicapées – sont particulièrement vulnérables. Un nouvel afflux de réfugiés est à prévoir dans les prochaines semaines. »

Audrey Lecomte, coordinatrice humanitaire au Burundi

Et de poursuivre : « Handicap International a besoin de financements pour lancer son intervention d’urgence. Nous préparons des activités de protection destinées aux personnes les plus fragiles, notamment les enfants, qui représentent plus de 65 % des réfugiés. Nombre d’entre eux sont arrivés sans leurs parents, ils sont donc particulièrement exposés aux risques de violence, d’exploitation ou d’abandon. Nous voulons également assurer la protection des filles et des femmes en leur proposant un soutien psychologique et en les sensibilisant aux risques de violence. »

Publié le : 19 février 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Au Nord Kivu, plus de 1 600 victimes de conflit ont bénéficié de réadaptation d'urgence
© Patrick Meinhardt / HI
Réadaptation Urgence

Au Nord Kivu, plus de 1 600 victimes de conflit ont bénéficié de réadaptation d'urgence

Pendant deux ans, les kinés et psychologues de Handicap International se sont rendus dans des zones du Nord Kivu où l'insécurité est très élevée afin de venir en aide à plus de 1 600 victimes de conflit. À Rutshuru, l'association était la seule ONG à proposer des soins de réadaptation d’urgence. Bilan.

« Je fais de mon mieux, mais j'ai tellement peur »
© Patrick Meinhardt / HI
Réadaptation Urgence

« Je fais de mon mieux, mais j'ai tellement peur »

Jacquie, 32 ans, mère de sept enfants, raconte son histoire et celle de sa fille, qui a perdu une jambe dans des affrontements entre groupes rebelles au Nord Kivu en RDC.

« La réadaptation et le soutien psychosocial me font du bien »
© Patrick Meinhardt / HI
Réadaptation Urgence

« La réadaptation et le soutien psychosocial me font du bien »

Comme des milliers d’autres personnes au Nord Kivu en RDC, Kanyere Mwamini, 24 ans, a été victime des conflits qui déchirent la région. Fusillée chez elle, touchée à la jambe, à la poitrine et à la main, elle bénéficie de séances de rééducation de Handicap International et tente de surmonter l’immense tristesse qui l’accable avec le soutien d'un psychologue de l'association.