Go to main content

La parole à Maureen, en Service civique

Pourquoi Handicap International ? Comment en es-tu arrivée là ? 

A la suite de ma double licence, je cherchais à me professionnaliser. Le problème de l’université dans mon cas a été une absence totale de stage. Le service civique à ce moment de ma vie était pour moi une opportunité parfaite: j’étais en dehors du système universitaire (ayant fini mon cursus) et je cherchais à me faire une vraie première expérience professionnelle. Mon but était de travailler dans la gestion de bénévoles. J’ai trouvé une annonce sur le site du service civique qui proposait une mission chez Handicap International : « animation du réseau de bénévoles en France ». J’ai postulé, passé l’étape de recrutement, et ai obtenu un service civique de 9 mois. 

Quelles étaient tes missions en service civique ?

Pendant ma mission, j’ai réalisé le suivi d’actions de mobilisation en France. Il fallait accompagner les bénévoles qui avaient décidé de soutenir HI. Leur soutien prenait des formes différentes : défis sportifs et solidaires, sensibilisation scolaire, collecte de fonds,… En parallèle, je traitais le flux entrant de demandes de bénévolat. J’ai aussi été amené à faire un peu de communication interne (production de documents, newsletters). 

Etre jeune et en service civique chez Handicap International, ça ressemble à quoi ? 

J’ai trouvé cela très gratifiant. On m’a donné la possibilité de grandir et d’évoluer au sein de cette structure. Je ne connaissais pas du tout le milieu associatif humanitaire, et ce fut une belle découverte. J’ai rencontré beaucoup de salariés, ai pu échanger avec eux sur leur parcours, écouté leurs conseils pour la suite. Il y avait une vraie bienveillance à mon égard. En parallèle de ma mission, j’ai eu l’opportunité d’en apprendre plus sur l’association, notamment en participant à de nombreuses réunions en interne. Elles traitaient de sujets variés : des focus pays, des rencontres avec des intervenants extérieurs, des réflexions sur des questions éthiques, des découvertes d’innovation, etc…

Et maintenant ? 

J’ai vraiment apprécié cette expérience professionnelle, et lors de mon départ, j’avais fait part de mon désir de continuer à découvrir la structure. Aujourd’hui je suis embauchée pour un CDD d’un an dans le service dans lequel j’ai fait mon service civique. Je suis en charge des Pyramides de chaussures en régions. Je remercie vraiment Handicap International de l’opportunité qu’elle m’a offerte, et de la possibilité qu’elle me donne aujourd’hui de continuer à apprendre à ses côtés.


Retour à "Nos équipes"