Go to main content
 
 

Fymée danse à nouveau!

Lors du terrible tremblement de terre de janvier 2010 en Haïti, Fymée perd sa jambe gauche. Elle a 4 ans. Appareillée et accompagnée par les équipes de Handicap International, la fillette a aujourd’hui retrouvé son autonomie et son sourire.

Ce 12 janvier 2010, un violent séisme frappe Haïti. Comme dans le plus terrible des cauchemars, la maison de trois étages des parents de Fymée s’effondre d’un seul coup, les murs se rabattent les uns sur les autres et le toit est projeté au loin.

La vision d’horreur, les hurlements, les corps ensanglantés, de la poussière partout dans l’air empêchant de voir quoi que ce soit... Ils ont cru vivre la fin du monde : leur petite fille de 4 ans est restée à l’intérieur de la maison. 

Pendant près de deux jours, son père la cherche sans jamais perdre espoir. « Ma fille est vivante, je le sais. », répète-t-il obstinément. Lorsqu’il la trouve enfin, Fymée respire à peine. Elle a perdu son pied et une partie de la jambe gauche.

Les équipes de Handicap International présentes sur place ont agit dès les premières heures pour porter secours aux blessés comme la petite Fymée. Elles lui ont fabriqué une prothèse sur mesure et l’ont accompagnée pas à pas sur le difficile chemin de sa reconstruction psychologique et physique. Fymée a fait preuve d’un courage hors du commun pour son jeune âge.

Son « faux pied » complètement apprivoisé, Fymée a recouvré l’insouciance de l’enfance et rêve d’être danseuse !

© S. Sommella / Handicap International

> Lire aussi : "J'ai grandi, je suis très heureuse de ma nouvelle prothèse"

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Nord-est de la Syrie : Il est urgent d’assurer la protection des civils et des travailleurs humanitaires
© Google Maps
Protéger les populations vulnérables

Nord-est de la Syrie : Il est urgent d’assurer la protection des civils et des travailleurs humanitaires

Après presque une décennie de guerre civile, l'incursion turque dans le Nord-est de la Syrie relance le cycle de violence, d’angoisse et d'incertitude pour les habitants de cette région. Handicap International est extrêmement préoccupée par l’escalade militaire et la menace que celle-ci fait peser sur la population civile. L'association appelle toutes les parties au conflit à protéger les civils, en particulier dans les zones peuplées ciblées par les frappes aériennes et les tirs d’artillerie.

« De nombreux Vénézuéliens réfugiés en Colombie sont très fragilisés émotionnellement et psychologiquement »
© Juan Manuel Vargas / HI
Urgence

« De nombreux Vénézuéliens réfugiés en Colombie sont très fragilisés émotionnellement et psychologiquement »

Directeur de Handicap International en Colombie, Gregory Le Blanc témoigne de la situation des Vénézuéliens réfugiés en Colombie et décrit l’intervention d’urgence menée par l'association.

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes »
© Gilles Lordet / HI
Réadaptation Santé

« Avec la guerre, les gens se sont renfermés sur eux-mêmes »

Suad Al-Qadri est conseillère en soutien psychosocial pour Handicap International à Sana’a au Yémen. Elle témoigne de la condition mentale des patients aidés par l'association et des conséquences des bombardements sur la santé psychologique des habitants de la ville.