Go to main content

Zena, secouriste, touchée à l’œil par une balle

Réadaptation Santé Urgence
Palestine

Lors des récentes manifestations à Gaza, Zena était sur place pour secourir les blessés. Touchée par une balle, elle a perdu l’usage d’un œil. Elle est désormais aidée par Handicap International qui lui prodigue soins et suivi psychologique.

Zena avec un membre de l'équipe HI qui recueille ses besoins

Zena avec un membre de l'équipe HI qui recueille ses besoins | © HI

Zena habite au sud de la bande de Gaza, dans le gouvernorat de Rafah. Après avoir reçu une formation aux premiers secours, elle vient en aide aux blessés dès les premières manifestations en mars dernier. Le 18 mai, alors qu’elle secourait trois personnes, une balle la blesse au visage et lui fait perdre 70 % de ses capacités visuelles. Elle se fracture également le poignet droit en tombant.

« Je ne suis plus la même personne »

Femme au foyer et mère de huit enfants, sa blessure a de graves conséquences sur son quotidien et sa santé. Elle est devenue très sensible à la lumière et au bruit, à tel point qu’elle ne supporte même plus la télévision : « Je veux retrouver la vue. En tant que femme au foyer, ça me tue. Je ne devrais pas être exposée à la chaleur mais je dois cuisiner. Alors je suis facilement fatiguée ».

Zena, qui possède un diplôme d’études supérieures, se destinait à l’enseignement. En raison des violences à Gaza, ses ambitions ont été stoppées net : « Mon rêve était de devenir institutrice. À cause de ce que je suis devenue et de mon apparence, je n’ai maintenant aucune chance… L’apparence physique est très importante face à des enfants. »

Zena avec ses enfants © HI

Zena avec ses enfants © HI

Soutenue par Handicap International

Quelques jours après sa blessure, Zena a rencontré une équipe mobile de Handicap International qui a identifié ses besoins. Son œil a été nettoyé et sa fracture a nécessité huit jours d’hospitalisation. L’association lui a ensuite dispensé des séances de kinésithérapie pour qu’elle retrouve l’usage de son poignet, couplées à une aide psychologique. Pour retrouver la totalité de sa vue, elle aura besoin d’opérations chirurgicales.


L'action d’urgence de Handicap International à Gaza

  • Handicap International (HI) et ses partenaires locaux ont mis en place 12 équipes mobiles. Elles comprennent des professionnels de la réadaptation, des psychologues et des travailleurs sociaux. Elles assurent les visites à domicile des personnes blessées, car il n’y a pas assez de place dans les hôpitaux.
  • À la mi-août 2018, les équipes mobiles ont assuré l’évaluation et commencé à fournir des services (kinésithérapie, soins postopératoires, soutien psychosocial, aides techniques) à plus de 900 patients blessés. Elles espèrent venir en aide à des centaines de personnes supplémentaires dans les semaines à venir.
  • Les équipes mobiles ont été spécialement formées par HI au cours de 2017 afin de parer à ce type d’urgences.
  • HI a également préparé des stocks d’urgence dans chaque gouvernorat, notamment des aides à la mobilité (béquilles et fauteuils roulants), des kits d’urgence et de cuisine, ainsi que des informations destinées aux soignants, ce qui a permis de réduire les temps d’attente.
Publié le : 21 août 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

9 ans après le séisme, HI toujours auprès des plus vulnérables
© Nadia Todres / HI
Insertion Réadaptation

9 ans après le séisme, HI toujours auprès des plus vulnérables

Au chevet des victimes dès le lendemain du séisme dévastateur qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010, Handicap International poursuit aujourd'hui ses actions dans le pays, notamment pour proposer des services de réadaptation de qualité.

"La mine m’a projetée en l’air et m’a arraché la jambe"
© Ayman / HI
Réadaptation Urgence

"La mine m’a projetée en l’air et m’a arraché la jambe"

Raja, 13 ans, a eu la jambe arrachée par une mine alors qu’elle gardait des moutons. Accompagnée par Handicap International dans sa rééducation, cette rencontre a suscité chez elle une nouvelle vocation…

« Je n’ai pas d’autre ambition que d’être en bonne santé »
© Ayman / HI
Réadaptation

« Je n’ai pas d’autre ambition que d’être en bonne santé »

Ali a 30 ans. Un traumatisme crânien et une fracture du tibia lui ont presque fait perdre l’usage de ses jambes. Avec l'aide de Handicap International, il parvient de nouveau à se déplacer seul.