Go to main content

Yémen : lettre à Emmanuel Macron sur une guerre ignorée

Protéger les populations vulnérables Urgence
Yémen

16 ONG dont Handicap International ont écrit à Emmanuel Macron sur la situation au Yémen. Alors que le pays est le théâtre depuis trois ans et demi de l’une des pires crises humanitaires de la planète, les organisations exhortent le Président français à condamner toutes les attaques contre les civils et à suspendre les ventes d'armes aux pays qui alimentent le conflit.

Hôpital de Calp à Sana'a au Yémen (photo d'archive)

Hôpital de Calp à Sana'a au Yémen (photo d'archive) | © Camille Gillardeau / HI

Les civils n’ont pas d’échappatoire… Les violences au Yémen ont forcé plus de trois millions de personnes à se déplacer. Contrairement à la Syrie, les civils n’ont pas pu se réfugier dans les États voisins. Dans ce contexte les civils, pris au piège, sont extrêmement mobiles et vivent au jour le jour sans espoir d’un abri sécurisé. Comme le confiait une Yéménite au journal Libération, « Plus qu’une guerre oubliée, c’est une guerre ignorée ».

  • 22 millions de personnes nécessitent une assistance humanitaire, soit les 3/4 de la population yéménite.
  • Plus de 17 000 civils ont été victimes du conflit.
  • Plus de 50 % des infrastructures de santé sont aujourd’hui détruites.

Emmanuel Macron a le choix

Toutes les parties au conflit violent le Droit international humanitaire. Du côté de la communauté internationale, l’Espagne a donné l’exemple en stoppant ses transferts d’armes à l’Arabie Saoudite. La Suède, le Canada, la Finlande, la Norvège, la Belgique ou l’Allemagne avaient déjà arrêté leurs exportations d’armes à la coalition. Emmanuel Macron a le choix : vendre des armes ou protéger les civils.

>> Téléchargez la lettre des 16 ONG au président Macron (PDF)

>> Écoutez l'interview de Florence Daunis, directrice des opérations à Handicap International, dans le journal de 8h00 de France Culture du 6 septembre 2018 (à partir de 03:50) :

>> Découvrez le témoignage vidéo de François Olive-Keravec, directeur du programme de Handicap International au Yémen :

 

Publié le : 6 septembre 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Mangkhut : "Quand le typhon est arrivé, c’était la panique"
© HI
Urgence

Mangkhut : "Quand le typhon est arrivé, c’était la panique"

Le typhon Mangkhut, qui a frappé le Nord des Philippines, a fait perdre la vie à plus de soixante personnes, en a affecté près d’un million et a détruit de nombreuses cultures. Des experts urgentistes de Handicap International rencontrent des victimes afin d’identifier leurs besoins. Florabel, 37 ans, témoigne.

Typhon Mangkhut : "Nous avons perdu près de 50 % des récoltes"
© HI
Urgence

Typhon Mangkhut : "Nous avons perdu près de 50 % des récoltes"

Handicap International a dépêché plusieurs spécialistes de l'urgence dans le Nord des Philippines afin d'évaluer les besoins des victimes du typhon Mangkhut qui a frappé le pays le 15 septembre. Premiers témoignages de notre équipe arrivée sur place et d'une mère de famille touchée par cette catastrophe.

Typhon Mangkhut : des spécialistes de l’urgence de HI évaluent les besoins des victimes
© Randy Bandiola / HI
Urgence

Typhon Mangkhut : des spécialistes de l’urgence de HI évaluent les besoins des victimes

Plusieurs urgentistes de Handicap International sont arrivés dans le Nord des Philippines. Ils ont pour mission d'identifier les besoins des victimes du typhon Mangkhut, le plus violent de l’année, et de préparer une intervention d’urgence adaptée.