Go to main content

Yémen : les Nations unies doivent lancer un processus de paix

Secourir les victimes
Yémen

Handicap International et dix autres organisations appellent le Conseil de sécurité des Nations unies, dans une lettre conjointe adressée le 19 octobre, à mettre en place immédiatement un cessez-le-feu et à ouvrir des pourparlers entre les belligérants afin de mettre fin à sept mois de guerre au Yémen. Les organisations humanitaires demandent également la création d’une commission internationale pour enquêter sur de possibles crimes de guerre.

Alors que la situation humanitaire s’est fortement détériorée ces derniers mois au Yémen, cette lettre conjointe demande également au Conseil de sécurité de faire pression sur les parties prenantes au conflit pour permettre un accès sûr et inconditionnel des populations à l’aide humanitaire. Depuis mars 2015, les combats ont fait plus de 2 500 morts parmi les civils, dont 500 enfants. Plus de 2,3 millions de personnes sont déplacées. 

Handicap International mène des opérations au Yémen depuis 2015 pour venir en aide aux personnes blessées. L’association a récemment formé une équipe de sept spécialistes qui interviennent dans les principales structures de santé de la capitale, Sanaa.

Nos équipes sont présentes dans deux hôpitaux et un centre de réadaptation en appui au personnel médical, paramédical et aux techniciens de kinésithérapie afin de renforcer la prise en charge des personnes les plus vulnérables affectées par sept mois de conflit. Handicap International prévoit ainsi d’apporter un soutien direct à plus de 840 personnes affectées par la crise et 100 membres du personnel des structures de santé d’ici la fin 2015. Indirectement, ce sont plus de 4 000 personnes qui bénéficieront de cette aide.

Parallèlement, l’association prévoit de mener des activités de sensibilisation auprès des acteurs humanitaires pour une meilleure prise en compte des besoins des personnes les plus vulnérables dans la réponse d’urgence.

> Téléchargez la lettre ouverte au Conseil de sécurité des Nations unies (PDF)

Publié le 20 octobre 2015.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Yémen : les ONG appellent à une cessation immédiate des hostilités et à un accès humanitaire total
© Google Maps
Mines et autres armes Urgence

Yémen : les ONG appellent à une cessation immédiate des hostilités et à un accès humanitaire total

Les organisations signataires présentes sur le terrain, dont Handicap International, appellent à la cessation immédiate des hostilités au Yémen, y compris à Sanaa. Elles demandent également aux parties au conflit de permettre un accès humanitaire total et sans entraves aux personnes dans le besoin afin de faciliter l'acheminement du fret humanitaire.

Au Yémen, une catastrophe humanitaire qui ne cesse d’empirer
© Camille Gillardeau / HI
Urgence

Au Yémen, une catastrophe humanitaire qui ne cesse d’empirer

La guerre au Yémen qui dure depuis près de trois ans a tué plus de 5 000 civils et blessé 9 000 autres. Alors que plus de 70 % de la population – soit 21 millions de personnes – a besoin d’une aide d’urgence, la fermeture des frontières imposée depuis le 6 novembre 2017 aggrave une situation humanitaire déjà catastrophique. Denrées alimentaires, produits médicaux et aide humanitaire restent bloqués aux frontières. 7 millions de personnes sont au bord de la famine. Arnaud Pont, responsable de programme Urgence à Handicap International, explique l’extrême gravité de cette crise.

Sanaa : s’il est maintenu, les effets du blocus se feront rapidement sentir
© Camille Gillardeau / HI
Urgence

Sanaa : s’il est maintenu, les effets du blocus se feront rapidement sentir

Handicap International intervient dans 5 centres de santé et hôpitaux à Sanaa, capitale du Yémen, pour apporter notamment des soins de réadaptation et distribuer des aides à la mobilité (béquilles, fauteuils roulants…). Les effets du blocus imposé le 6 novembre 2017 risquent de rapidement se faire sentir sur la population et les opérations humanitaires. Témoignage de François Olive-Keravec, directeur des programmes de Handicap International au Yémen, qui se trouve dans la capitale.