Go to main content

Vidéo : les enfants sensibilisés aux dangers des restes explosifs avec une chanson !

Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre
Laos

Bounmai Phaikalang fait partie de l’équipe de Handicap International d’éducation aux risques des restes explosifs de guerre. Nous l’avons rencontré à Kenluang, un petit village du Laos où se déroule une séance de sensibilisation.

Bounmai Phaikalang, de l’équipe de Handicap International d’éducation aux risques des restes explosifs de guerre au Laos, sensibilise les enfants avec une chanson.

© D. Kremer / Handicap International

Que se passe-t-il ici aujourd’hui ?
Notre équipe est à Kenluang pour sensibiliser les villageois aux dangers des restes explosifs de guerre. Nous sommes ici à Savannakhet, l’une des provinces les plus touchées du Laos. Pour notre malheur, notre pays est le plus bombardé au monde, frappé de 1964 à 1973 lors d’un conflit auquel il ne prenait pas part (NDLR : la guerre du Vietnam). 

Quel est votre rôle ?
Je travaille depuis un an comme agent de sensibilisation pour Handicap International. Avec des panneaux et des chansons, mes collèges et moi transmettons des messages essentiels pour que les habitants des villages évitent les comportements à risques. Tout le village est présent, soit quelque 200 personnes réparties en plusieurs groupes pour rendre les sessions interactives. 

Votre action peut-elle faire la différence ?
Je crois vraiment que mon rôle est essentiel. La sensibilisation évite des accidents. Qu’il s’agisse de bombes, de sous-munitions, de roquettes… toutes ces armes causent des morts et des handicaps. Si je peux leur faire éviter le danger, je sauve des vies. Le message principal est donc « évitez de toucher ces armes », mais le but est aussi de faire remonter des informations utiles. Par exemple ici, notre présence a permis d’apprendre qu’une sous-munition a été trouvée à quelques dizaines de mètres du village. Nous avons été la voir pour marquer la zone et relever les coordonnées GPS. Ainsi, une de nos équipes de dépollution pourra venir rapidement pour détruire cette source de danger avant qu’un nettoyage systématique de la zone soit mis en place.

Avez-vous un public favori ?
J’adore travailler avec les enfants. Ils sont particulièrement réactifs aux messages, ils répondent eux-mêmes aux questions, ils applaudissent… et puis j’adore finir en chantant des chansons avec eux !

Paroles de la chanson dans la vidéo :
« Il y a plein de bombes dans notre village
On les trouve dans nos forêts
Elles se trouvent dans les rizières
Observe autour de toi et sois prudent
Les "bombies" sont jaunes
Elles sont terrifiantes
Elles peuvent exploser à tout moment
Si tu en touches une, elle peut exploser
BOUM ! »

Publié le : 26 octobre 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques
© Benoit Almeras / HI
Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques

De nombreux restes explosifs de guerre, hérités de dizaines d'années de conflits armés, polluent encore la région du Lac Tchad. Handicap International protège la population de ces restes explosifs grâce au marquage des zones dangereuses et à des séances d’éducation aux risques.

Nos actions en 2017 Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre Secourir les déplacés et/ou les réfugiés Secourir les victimes

Nos actions en 2017

Restes explosifs : les enfants handicapés doivent avoir accès à la prévention
© HI
Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre

Restes explosifs : les enfants handicapés doivent avoir accès à la prévention

Près de 10 000 engins non explosés – roquettes, têtes de missiles, bombes... – ont été laissés par les bombardements qui ont a frappé la Bande de Gaza à l’été 2014. Entre décembre 2016 et septembre 2017, Handicap International a formé 93 enseignants pour qu’ils mènent des sessions de sensibilisation aux risques liés à la présence de ces restes explosifs de guerre. 15 000 élèves ont pu être sensibilisés.