Go to main content

Vidéo: 6 ans après le séisme, Maryse gère son petit commerce

Secourir les victimes
Haïti

Le 12 janvier 2010, un séisme dévaste Haïti, fait perdre la vie à plus de 230 000 personnes et en blesse plus de 300 000. Afin de venir en aide aux victimes, Handicap International déploie des moyens sans précédent. Aujourd’hui, l’association poursuit toujours son intervention auprès des Haïtiens.

Handicap International accompagne toujours les vicitimes du séisme de 2010.

© A. Richard / Handicap International

 

Maryse est une des bénéficiaires de Handicap International depuis le tremblement de terre de 2010. Aujourd'hui, elle gère une boutique dans son quartier de Port-au-Prince, qu'elle a pu ouvrir grâce au soutien de l'association.

> Handicap International est toujours présente auprès des Haïtiens

> Retrouver l'histoire de Moïse

> Retrouvez l'interview de Nathalie Derrien, directrice du programme Haït

© F. Berthaut / Handicap International

 

Publié le : 11 janvier 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

9 ans après le séisme, HI toujours auprès des plus vulnérables
© Nadia Todres / HI
Insertion Réadaptation

9 ans après le séisme, HI toujours auprès des plus vulnérables

Au chevet des victimes dès le lendemain du séisme dévastateur qui a frappé Haïti le 12 janvier 2010, Handicap International poursuit aujourd'hui ses actions dans le pays, notamment pour proposer des services de réadaptation de qualité.

Nos actions en 2017 Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre Secourir les déplacés et/ou les réfugiés Secourir les victimes

Nos actions en 2017

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre
© E. Fourt / HI
Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre Secourir les victimes

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre

Un an après la libération de Mossoul, HI publie un mini-rapport sur la pollution phénoménale de Mossoul par les restes explosifs de guerre, consécutive à plusieurs mois de combats. Particulièrement en cause : les bombardements massifs et quasi quotidiens pendant l’offensive militaire entre octobre 2016 et juillet 2017.