Go to main content

Urgence humanitaire dans le Sud de la Syrie

Secourir les déplacés/réfugiés Urgence
Jordanie Syrie

Le nombre de Syriens ayant fui le conflit dans le Sud de la Syrie a été multiplié par quatre ces derniers jours, passant d’environ 60 000 à 272 000 civils. D’après le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (BCAH), la plupart se dirigent vers le plateau du Golan qui borde Israël. Quelque 60 000 civils rejoignent la frontière sud avec la Jordanie.

Naayem, Syrienne de 35 ans, est réfugiée en Jordanie où elle reçoit des soins de réadaptation avec HI.

Naayem, Syrienne de 35 ans, est réfugiée en Jordanie où elle reçoit des soins de réadaptation avec HI. | © Elisa Fourt / HI

Les civils tentent d’échapper à de lourdes frappes aériennes et sont abandonnés à leur sort aux frontières dans des conditions difficiles, sans aide humanitaire adéquate. Beaucoup dorment dans des tentes, dans des abris de fortune surpeuplés ou en plein air à proximité des frontières, sans accès à un soutien médical, à l’eau potable ni aux infrastructures d’hygiène.

Portrait de Jean-Pierre Delomier de Handicap International« L’afflux massif de civils vers les frontières israélienne et jordanienne soulève de graves inquiétudes en matière de protection. Ils ne peuvent pas pénétrer de manière sécurisée sur le territoire israélien ou jordanien. Nous exhortons les parties belligérantes à arrêter de bombarder les populations civiles et à autoriser les acteurs humanitaires à accéder à l’ensemble des populations qui en ont besoin, conformément au Droit humanitaire international. »

Jean-Pierre Delomier, directeur de l’action d’urgence à HI

450 000 personnes ont besoin d’aide

« Le niveau élevé de destruction et la présence importante d’engins non explosés dans les zones résidentielles, les écoles, les hôpitaux et autres infrastructures publiques représentent un risque supplémentaire pour les populations civiles. La priorité doit être donnée à l’action contre les mines, notamment à l’éducation aux risques, et à l’aide immédiate aux blessés », ajoute Jean-Pierre Delomier.

Le Bureau de la coordination des affaires humanitaires des Nations Unies (OCHA) estime que plus de 450 000 civils ont besoin d’aide humanitaire d’urgence dans les gouvernorats du Sud, et qu’ils sont pour la plupart pris au piège

Maintenir l’aide transfrontalière

L’aide humanitaire aux frontières n’est pas suffisante pour répondre aux besoins des familles déplacées. L’offensive en cours a encore limité l’accès de l’aide humanitaire, que ce soit au sein du pays ou depuis l’étranger. Handicap International (HI) appelle à maintenir l’aide transfrontalière existante, qui est absolument cruciale, et à élaborer des solutions alternatives afin d’accroître l’aide aux frontières, en relation avec les autorités locales. Cette crise aux frontières souligne le manque de solutions durables proposées aux Syriens. La communauté internationale doit mieux assumer le partage des responsabilités et apporter le soutien nécessaire à la Jordanie, qui accueille plus de 666 000 réfugiés syriens.

Publié le : 4 juillet 2018
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"La mine m’a projetée en l’air et m’a arraché la jambe"
© Ayman / HI
Réadaptation Urgence

"La mine m’a projetée en l’air et m’a arraché la jambe"

Raja, 13 ans, a eu la jambe arrachée par une mine alors qu’elle gardait des moutons. Accompagnée par Handicap International dans sa rééducation, cette rencontre a suscité chez elle une nouvelle vocation…

« Ma passion : travailler avec les enfants »
© Oriane van den Broeck / HI
Réadaptation Santé

« Ma passion : travailler avec les enfants »

Sina est ergothérapeute dans le centre de rééducation de l’hôpital Princesse Basma en Jordanie. Depuis que Handicap International y a créé un département pédiatrique spécialisé dans les troubles neurologiques, elle s’occupe d’enfants souffrant de paralysie cérébrale.

Esra, kinésithérapeute : "Un changement positif pour l'enfant et sa famille"
© Oriane van den Broeck / HI
Réadaptation

Esra, kinésithérapeute : "Un changement positif pour l'enfant et sa famille"

Esra est kinésithérapeute au centre de rééducation de l’hôpital de la Princesse Basma, à Irbid en Jordanie. En collaboration avec Handicap International, un département pédiatrique spécialisé dans la prise en charge des maladies neurologiques a été créé.