Go to main content

Unir les forces pour favoriser le développement du Tchad

Déminer les terres Protéger les populations vulnérables
Tchad

Handicap International lance au Tchad un vaste programme de développement visant à déminer des terres contaminées, à mettre en place un système de protection sociale et à stimuler l’activité économique dans les régions du Nord (Borkou, Ennedi, Tibesti) et celle du Lac Tchad. En consortium avec trois autres ONG internationales, ce projet sur 4 ans représente le plus gros budget humanitaire – 23 millions d’euros –  jamais géré par l’association. Thomas Hugonnier, responsable de l’action contre les mines, nous en donne les clés.

Séance d’éducation aux risques auprès des réfugiés dans la région du Lac Tchad

Séance d’éducation aux risques auprès des réfugiés dans la région du Lac Tchad | © B. Almeras / Handicap International

En quoi consiste ce projet ?

Portrait de Thomas Hugonnier, responsable de l'action anti-mines à Handicap InternationalThomas Hugonnier : Il s’agit d’un vaste projet de développement au Tchad. Il suit trois axes : déminer les terres contaminées pendant le conflit avec la Libye dans les années 1980 (et son corollaire : protéger les populations en les éduquant aux dangers des restes explosifs de guerre), mettre en place un système de protection sociale et développer des opportunités économiques pour les plus vulnérables, en particulier les jeunes.

75 000 Tchadiens bénéficiaires
4 ans d'activités
3 000 000 m² de terres nettoyées à terme
4 partenaires en collaboration avec les autorités
1 consortium dirigé par Handicap International

Où allez-vous déminer ?

Nous allons déminer les axes routiers pollués par les mines et les restes explosifs de guerre dans trois régions du Nord : Borkou, Ennedi et Tibesti. Cela permettra d’y développer les échanges commerciaux. La contamination actuelle au Tchad est importante. Elle est estimée à plus de 100 km², soit la superficie de la ville de Paris ! Dans les zones de Borkou, Ennedi et Tibesti, plus de 250 km de routes sont contaminés. C’est un véritable obstacle au développement. Pour ce travail, nous utiliserons un véhicule de déminage qui permet de s'occuper de vastes surfaces. Compte tenu des préparatifs lourds pour cette intervention, les opérations devraient commencer mi-2018.

En quoi consiste le volet social ?

Dans les communautés villageoises, les services sociaux sont quasi inexistants. Nous allons les structurer, en constituant un réseau d’acteurs locaux et en créant un fonds social garantissant l’accès des plus vulnérables, dont les personnes handicapées, aux services de base (santé, logement, nutrition). Nous voulons impliquer les communautés : des comités seront créés pour définir les critères de vulnérabilité des usagers et définir un système d’identification, d’orientation et d’accompagnement social. Notre objectif est d’assurer l’accès équitable de tous aux services.

Ce projet a également une visée économique ?

Oui, nous cherchons à développer la petite épargne des familles pauvres et à définir des mécanismes d’aide financière. Le projet prévoit de renforcer l’apprentissage et de développer des petites entreprises. Nous financerons des chantiers collectifs, comme un chantier d’irrigation d’une palmeraie, par exemple, après que celle-ci aura été déminée par nos équipes, pour lancer la culture de dattes. Les trois composantes du projet sont complémentaires : déminer les axes routiers pour favoriser le transport et le commerce, stimuler le travail et l’économie locale et assurer un véritable système de protection sociale... Nous nous attaquons au problème de la pauvreté dans la région par tous les fronts.

Quels sont vos partenaires dans ce projet au budget conséquent ?

C’est un projet effectivement important, sur 4 ans, impliquant beaucoup de personnes, d’institutions, de villages, sur une zone très vaste. Nous ne sommes pas seuls. Pour sa mise en œuvre, nous allons diriger un consortium d’ONG internationales qui rassemblera le Mine Advisory Group (MAG), la Fédération suisse de déminage (FSD) et le Secours catholique et développement (Secadev, une ONG tchadienne). Avec Handicap International, ces grandes organisations internationales unissent leurs forces pour favoriser le développement dans une région pauvre et minée par les crises chroniques, comme celle liée à Boko Haram récemment, par exemple.*


* Près de 500 000 personnes ont trouvé refuge dans la Région du Lac Tchad pour fuir les violences du groupe Boko Haram.

Publié le : 27 octobre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Yémen : lettre à Emmanuel Macron sur une guerre ignorée
© Camille Gillardeau / HI
Protéger les populations vulnérables Urgence

Yémen : lettre à Emmanuel Macron sur une guerre ignorée

16 ONG dont Handicap International ont écrit à Emmanuel Macron sur la situation au Yémen. Alors que le pays est le théâtre depuis trois ans et demi de l’une des pires crises humanitaires de la planète, les organisations exhortent le Président français à condamner toutes les attaques contre les civils et à suspendre les ventes d'armes aux pays qui alimentent le conflit.

Le risque d’une catastrophe humanitaire à Idlib
© Brice Blondel / HI
Protéger les populations vulnérables Urgence

Le risque d’une catastrophe humanitaire à Idlib

Alors qu'une offensive militaire majeure est peut-être en préparation dans la région d'Idlib en Syrie, Handicap International appelle les parties au conflit à protéger les civils et à permettre un accès humanitaire total et sans entraves.

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques
© Benoit Almeras / HI
Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre

Restes explosifs : la protection de la population passe par l’éducation aux risques

De nombreux restes explosifs de guerre, hérités de dizaines d'années de conflits armés, polluent encore la région du Lac Tchad. Handicap International protège la population de ces restes explosifs grâce au marquage des zones dangereuses et à des séances d’éducation aux risques.