Go to main content

Une prothèse aujourd’hui, un avenir demain

Appareiller et rééduquer
Afghanistan

Hikmatullah a aujourd’hui 11 ans. Il y a deux ans, il a été victime d’un accident de mine à la suite duquel il a perdu une jambe. Du jour au lendemain, tout espoir de mener une vie normale s’est envolé. C’était sans compter sur le Centre de réadaptation physique de Handicap International à Kandahar.

Handicap International est présente en Afghanistan depuis de nombreuses années et fournit aux victimes de mines des prothèses et des séances de kinésithérapie.

© Véronique de Viguerie / Handicap International

Retour en 2013* : cette année-là, 39 civils en moyenne par mois sont morts ou ont été blessés par une mine, d’après le Programme de lutte anti-mines des Nations Unies pour l'Afghanistan.
Hikmatullah, alors âgé de 9 ans, fait partie des victimes. Il vit avec sa famille à Meyanshin, un district de la province de Kandahar. Une région particulièrement infestée de mines et autres engins explosifs.
Avant l’accident, son quotidien ressemblait à celui de nombreux enfants afghans : l'école, l’aide aux tâches quotidiennes – chercher de l’eau, nourrir les bêtes – et comme beaucoup de garçons de son âge, il a une passion : jouer au foot.

Un jour, alors qu’il va à la rencontre d’un parent, il marche sur une mine. Gravement blessé, ses proches l’emmènent à l'hôpital Mirwais de Kandahar, le seul grand centre chirurgical du Sud du pays.
Les médecins n’ont d’autre solution que de l’amputer de la jambe droite.

Après l'accident, il a besoin d’une personne pour chaque déplacement. Cette situation le rend très malheureux. Sa famille l’est aussi. Elle est inquiète de le voir ainsi.

Sa vie va prendre un nouveau départ le jour où il se rend au Centre de réadaptation physique de Handicap International à Kandahar. Là, il bénéficie de séances de kinésithérapie et d’une prothèse. Il apprend aussi à remarcher.
Ni sa famille ni lui ne pensait qu’il pourrait à nouveau marcher seul.

Hikmatullah et sa famille sont très reconnaissants et heureux des services du centre. Avant sa réadaptation, ses proches l’ont cru dépendant pour le restant de ses jours. Ils ne lui demandaient d’ailleurs plus aucune participation aux tâches familiales. Son copain, lui aussi, ne pensait plus le voir un jour rejouer au foot.
Tous se sont trompés car après son passage au Centre de réadaptation de Kandahar, la situation a complètement changé.

Aujourd’hui, ses proches ont confiance dans son avenir, ses amis aussi qui le voient d’ailleurs souvent jouer au ballon.

* Rien qu’en mai 2015, 7 personnes ont été blessées dans l’explosion d’une mine ou d’un engin explosif en Afghanistan.

© Handicap International

Publié le 16 novembre 2015.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Armes explosives en zones peuplées : Stop Bombing Civilians!
© Handicap International
Mines et autres armes

Armes explosives en zones peuplées : Stop Bombing Civilians!

Rendu public le 15 mai, un rapport sur l’utilisation des armes explosives dans le monde pointe les conséquences désastreuses pour les populations civiles. Handicap International poursuit son combat contre cette pratique barbare et invite le public à signer sa pétition en ligne.

+ 75 % de victimes : les bombardements de civils à l'origine d'une hausse historique
© L. Veuve / Handicap International
Mines et autres armes Urgence

+ 75 % de victimes : les bombardements de civils à l'origine d'une hausse historique

Handicap International appelle une nouvelle fois à ce que l’utilisation des armes explosives en zones peuplées cesse immédiatement et soit dénoncée par la communauté internationale. Si l’année 2015 a établi un record en termes de nombre de victimes de mines et de restes explosifs de guerre (REG), les bombardements en zones peuplées sont devenus massifs et systématiques dans les conflits récents ; ils tuent et blessent en majorité des civils. Focus à l'occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines, le 4 avril.

Khendo et Nirmala, les sourires du Népal qui se reconstruit
© Lucas Veuve / Handicap International
Appareiller et rééduquer

Khendo et Nirmala, les sourires du Népal qui se reconstruit

Khendo et Nirmala font partie des victimes du tremblement de terre qui a ravagé le Népal le 25 avril 2015. Aujourd'hui les deux fillettes sont toujours inséparables et continuent courageusement de se reconstruire avec l’aide de Handicap International. Une belle histoire d’amitié née d’une terrible épreuve.