Accès direct au contenu
 
 

Une main tendue aux réfugiés

Secourir les déplacés et/ou les réfugiés
Syrie

Les conflits dans le monde, et tout particulièrement la crise syrienne, poussent des milliers de civils à quitter leur pays. Des femmes, des enfants, des personnes handicapées se retrouvent dans le dénuement le plus complet, déracinés du pays qui les a vus naître, séparés de leur famille. À l’occasion de la journée internationale des migrants, Magali Deneufchâtel, Directrice générale de Handicap International France, signe une tribune. 

Handicap International, née dans les camps cambodgiens en Thaïlande, a toujours été particulièrement sensible au sort des réfugiés.

© S. Pierre / Handicap International

L’afflux de réfugiés et de migrants que connaît actuellement l’Europe touche chacun d’entre nous. La détresse des populations concernées, les conditions dramatiques de leur exode, l’exploitation dont elles font parfois l’objet, les marques d’hostilité voire de violence dirigées contre elles sont révoltantes. En 2015, près de la moitié de ces populations viennent de Syrie.

Une association comme Handicap International, née dans les camps cambodgiens en Thaïlande, a toujours été particulièrement sensible au sort des réfugiés. Concernant la crise syrienne, nos équipes ont déployé, depuis 2012 le plus important dispositif de notre histoire pour venir en aide aux populations civiles et en particulier dans les pays qui bordent la Syrie.

Nous intervenons depuis des mois à Kobané, ville en ruine, théâtre de violents combats et "piégée" par les restes explosifs de guerre.
Nous y avons lancé des actions de sensibilisation aux risques liés à ces armes qui font courir un danger mortel à ses habitants, et préparons le déminage de la ville.
Dans les pays voisins – Jordanie, Liban et Irak – où nous intervenons, la solidarité a atteint ses limites. Les réfugiés syriens représentent le quart de la population libanaise – comme si la France en accueillait 20 millions !

À l’heure où nous écrivons, rien ne semble annoncer un apaisement dans la crise syrienne.
Pour s’échapper d’un pays en guerre, où les civils sont pris pour cibles, il est prévisible que d’autres familles prendront tous les risques. La communauté internationale se doit de déployer davantage d’humanité, de soutien et de solidarité envers toutes les victimes de cette crise, qui fuient une région ravagée. En parallèle, notre rôle, sur place, reste indispensable : 30 % des réfugiés syriens au Liban et en Jordanie ont un handicap, une maladie chronique ou sont blessés. En trois ans, et grâce à vos dons, 360 000 personnes ont pu bénéficier de notre aide. Aidez-nous à continuer à les soutenir.

Merci.


Magali Deneufchâtel,
Directrice générale
Handicap International France

 

 

Publié le : 18 décembre 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Crise syrienne : pandémie, effondrement économique... et maintenant la famine
© Chris Huby / HI
Santé Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Crise syrienne : pandémie, effondrement économique... et maintenant la famine

Sept organisations humanitaires, dont Handicap International, demandent aux États participant à la Conférence des donateurs sur la crise syrienne (29-30 juin à Bruxelles) de trouver des réponses adéquates face à l’impact de la pandémie de Covid-19 sur la situation humanitaire en Syrie.

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire
© Bahia Z. / HI
Mines et autres armes Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

Syrie : neuf ans de violences, le chaos humanitaire

Alors que près d'un million de personnes – principalement des femmes et des enfants – ont fui les combats et les bombardements à Idlib en Syrie, Handicap International appelle les États à s'engager pleinement dans le processus diplomatique international visant à mieux protéger les civils contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées. La situation actuelle constitue l’une des pires crises humanitaires depuis le début du conflit en 2011.

Réfugié syrien, Osama vit en fauteuil roulant depuis huit ans
© HI
Inclusion Réadaptation

Réfugié syrien, Osama vit en fauteuil roulant depuis huit ans

Osama, 25 ans, vivait avec sa famille dans une charmante bourgade du Sud de la Syrie jusqu’à ce que son quartier soit bombardé en 2012. Son frère cadet âgé de 13 ans a été tué et sa famille a dû fuir. Un fragment de missile s’est logé dans l’une de ses vertèbres thoraciques, le paralysant à partir de la taille.