Go to main content

Une journée de déminage en Casamance

Le soleil vient de se lever. Juste après que l’équipe a chargé le matériel, Aziz, le chef des opérations mines de Handicap International, motive ses troupes et rappelle les objectifs de la journée : le  déminage du village de Diagnon, situé à une cinquantaine de kilomètres de Ziguinchor.

© J-J. Bernard / Handicap International

Arrivés sur les lieux à 8 heures, Aziz et son bras droit, Charles, font l’état des lieux : configuration de la zone à déminer et de ses alentours, difficultés à prévoir, choix du mode opératoire…

 

En parallèle, les démineurs s’occupe du déchargement et de l’inspection du matériel.

 

Comme chaque matin, Charles organise un briefing opérationnel etrappelle les consignes de sécurité.

 

Chaque démineur prend son équipement et se prépare.

 

Chacun se concentre avant de passer  à l’action

 

Il est 9 heures. Les démineurs sont prêts à passer à l’action.

 

Avant toute intervention, il faut débroussailler les zones à déminer.

 

Jonathan, le maître-chien, passe du temps avec ses deux chiens détecteurs d’explosifs. Il s’assure qu’ils sont en bonne condition avant de les mener sur le terrain à déminer.

 

Aujourd’hui, Katja va travailler avec son maître par phases de 45 minutes, entrecoupées de pauses.  

 

Quand les chiens ne peuvent pas travailler, le démineur intervient avec un détecteur de métal. Il est parfois chaussé de chaussures à coussin d’air très légères, renforcent sa sécurité.

 

Aziz, le chef des opérations de déminage, va saluer les autorités du village. Il est important d’entretenir de bonnes relations avec elles et de bien les informer sur les opérations de Handicap International.

 

Il est 15 heures et il faut rentrer avant que les barrages de l’armée ne se mettent place pour la nuit dans cette région instable. Chacun va rentrer chez lui avec la satisfaction du devoir accompli : bel esprit d’équipe !

 

 

Publié le : 1 avril 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

De nombreuses victimes du tsunami restent inaccessibles
© AFP photo / Adek Berry
Urgence

De nombreuses victimes du tsunami restent inaccessibles

Les conséquences du séisme et du tsunami qui ont frappé l’Indonésie continuent de se faire sentir. Les phénomènes de liquéfaction*, notamment, entraînent l’engloutissement de villages entiers, portant à plus de 10 000 le nombre de blessés et à 800 celui des personnes portées disparues.

90 députés interpellent la France sur ses engagements contre les bombardements des civils
© D.R.
Mines et autres armes

90 députés interpellent la France sur ses engagements contre les bombardements des civils

À l’approche du Forum de Paris sur la Paix (11 au 13 novembre 2018), 90 députés interpellent la France sur sa responsabilité contre les bombardements en zones peuplées. Alors que 12 États* travaillent à l’élaboration d’une déclaration politique contre cette pratique, les parlementaires appellent la France à rejoindre ce processus en soutien à la campagne de Handicap International.

Tsunami : plus de 190 000 personnes ont besoin d’aide
© CIS-Timor / HI
Urgence

Tsunami : plus de 190 000 personnes ont besoin d’aide

Un séisme puis un tsunami ont violemment frappé le centre de l’archipel d’Indonésie le 28 septembre, causant plus de 1 400 décès et 2 500 blessés graves. Handicap International a envoyé une équipe d’experts urgentistes en renfort et coordonne sa réponse avec les organisations locales.