Go to main content

Une journée de déminage en Casamance

Le soleil vient de se lever. Juste après que l’équipe a chargé le matériel, Aziz, le chef des opérations mines de Handicap International, motive ses troupes et rappelle les objectifs de la journée : le  déminage du village de Diagnon, situé à une cinquantaine de kilomètres de Ziguinchor.

© J-J. Bernard / Handicap International

Arrivés sur les lieux à 8 heures, Aziz et son bras droit, Charles, font l’état des lieux : configuration de la zone à déminer et de ses alentours, difficultés à prévoir, choix du mode opératoire…

 

En parallèle, les démineurs s’occupe du déchargement et de l’inspection du matériel.

 

Comme chaque matin, Charles organise un briefing opérationnel etrappelle les consignes de sécurité.

 

Chaque démineur prend son équipement et se prépare.

 

Chacun se concentre avant de passer  à l’action

 

Il est 9 heures. Les démineurs sont prêts à passer à l’action.

 

Avant toute intervention, il faut débroussailler les zones à déminer.

 

Jonathan, le maître-chien, passe du temps avec ses deux chiens détecteurs d’explosifs. Il s’assure qu’ils sont en bonne condition avant de les mener sur le terrain à déminer.

 

Aujourd’hui, Katja va travailler avec son maître par phases de 45 minutes, entrecoupées de pauses.  

 

Quand les chiens ne peuvent pas travailler, le démineur intervient avec un détecteur de métal. Il est parfois chaussé de chaussures à coussin d’air très légères, renforcent sa sécurité.

 

Aziz, le chef des opérations de déminage, va saluer les autorités du village. Il est important d’entretenir de bonnes relations avec elles et de bien les informer sur les opérations de Handicap International.

 

Il est 15 heures et il faut rentrer avant que les barrages de l’armée ne se mettent place pour la nuit dans cette région instable. Chacun va rentrer chez lui avec la satisfaction du devoir accompli : bel esprit d’équipe !

 

 

Publié le : 1 avril 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !
© Elise Cartuyvels / HI

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »
© Elise Cartuyvels / HI

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »

Sudan Rimal, 29 ans, est kinésithérapeute pour Handicap International au Népal. Après le séisme qui a frappé le pays le 25 avril 2015, il a aidé des centaines de victimes en menant des séances de réadaptation et en leur apprenant à remarcher. Témoignage d’un professionnel qui a beaucoup appris de cette catastrophe.

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes
© Elise Cartuyvels / HI

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes

Le 25 avril 2015, la terre tremblait au Népal. Plus de 8 000 personnes perdaient la vie et plus de 22 000 autres étaient blessées. Handicap International est immédiatement intervenue auprès des personnes affectées. L’association a aidé plus de 15 000 personnes dont Ramesh, Nirmala et Khendo.