Go to main content
 
 

Une aide psychologique indispensable aux déplacés

Améliorer la santé mentale Secourir les victimes
Irak

Les conflits en Irak ont conduit plus de 900 000 personnes, dont de nombreuses victimes de violences physiques et psychologiques, à se déplacer vers le Kurdistan irakien. Olivia Nevissas, responsable Soutien psychosocial aux déplacés irakiens pour Handicap International, explique comment ils vont être aidés à surmonter leurs traumatismes.

Une cinquantaine de déplacés irakiens logent en étroite promiscuité dans une salle de classe à Erbil au Kurdistan irakien.

© Camille Borie / Handicap International

Quels sont les besoins en soutien psychosocial au Kurdistan irakien ? 

Pour les personnes arrivées de la province du Sinjar au nord-ouest de l’Irak, où les combats contre les groupes armés ont eu lieu jusqu’à il y a peu, nous avons constaté des cas de grande détresse. Les femmes ont été exposées à de terribles violences physiques et psychologiques, et beaucoup de déplacés ont assisté à la mort de membres de leur famille.

À cela s’ajoutent des conditions de vie difficiles dans les camps et les abris collectifs, où se côtoient des personnes de confessions et de communautés différentes, un climat extrême (pics de chaleur en été, neiges et gelées en hiver) et l’absence de perspectives d’avenir. Tous ces éléments constituent le terreau de possibles tensions et de comportements à risque envers les plus vulnérables, comme les femmes. 

Comment aidez-vous ces personnes ? 

Nos travailleurs psychosociaux, qui seront bientôt huit, présents dans les gouvernorats de Dohuk et d’Erbil ont pour mission d’aider les déplacés à faire face aux traumatismes qu’ils ont vécus et à retisser des liens avec leur entourage. Pour ce faire, ils mènent notamment des activités de médiation familiale, des sessions de groupe et des entretiens individuels. 

Ainsi par exemple, dans un camp près de Zakho au nord-ouest du gouvernorat de Dohuk, nous allons ouvrir un centre dédié en partie au soutien psychosocial. Nous y organiserons des sessions de groupe dont les thématiques seront identifiées sur la base des besoins des bénéficiaires. Notre objectif est d’offrir un cadre sécurisant pour sortir les déplacés de l’isolement et créer du dialogue entre eux. 
En parallèle, nos équipes pourront aussi aider les familles par de la médiation à domicile et des sessions individuelles. 

Quelles difficultés rencontrez-vous ? 

Nous devons faire face à deux difficultés principales. La première est liée à l’itinérance des personnes au sein même du Kurdistan irakien : il est difficile d’identifier les déplacés ayant besoin de soutien et de mettre en place des activités sur plusieurs semaines. 
La deuxième difficulté réside dans la lassitude de ces déplacés brisés à se confier : de nombreuses organisations humanitaires s’entretiennent avec eux pour évaluer leurs besoins, parfois longuement et sans apporter d’aide concrète. C’est pourquoi l’écoute apportée par nos équipes, formées aux techniques d’entretiens de réduction des risques traumatiques, a été primordiale.

 

Publié le : 23 mars 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

25 ans après, le Rwanda se souvient
© HI
Améliorer la santé mentale

25 ans après, le Rwanda se souvient

Un quart de siècle après le génocide au Rwanda, Handicap International aide toujours les victimes à surmonter leurs traumatismes, notamment à travers des groupes de partage et d'entraide.

Les populations sensibilisées aux dangers des engins explosifs
© Oriane van den Broeck / HI
Mines et autres armes Prévention

Les populations sensibilisées aux dangers des engins explosifs

Handicap International mène en Irak des campagnes d’éducation aux risques que représentent les engins explosifs, menace constante pour les populations.

L'héritage meurtrier des guerres en Irak
© Oriane van den Broeck / HI
Mines et autres armes

L'héritage meurtrier des guerres en Irak

Handicap International démine en Irak des zones contaminées par le récent conflit avec le groupe État islamique, mais aussi les terres polluées lors de la guerre Iran-Irak dans les années 80.