Go to main content

Un traité contre la barbarie, mais toujours des victimes de mines

Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population Rendre accessibles les lieux publics Scolariser les enfants handicapés

Le 1er mars 1999, le Traité d’Ottawa qui interdit les mines antipersonnel entrait en vigueur. Pour la première fois dans l'histoire du désarmement, une arme conventionnelle était bannie. Une avancée historique du Droit international humanitaire pour laquelle Handicap International a joué un rôle décisif. Mais le combat contre ces armes qui tuent et blessent 80 % de civils doit continuer. 

Démineurs de Handicap International en Casamance, au Sénégal

© J-J. Bernard / Handicap International

Le succès et l’efficacité du Traité d’Ottawa, qui interdit l'emploi, le stockage, la production et le transfert des mines antipersonnel, sont indéniables. 162 États l’ont rejoint en vingt ans. Depuis le début des années 1990, le nombre de nouvelles victimes a été divisé par cinq, passant d’environ 20 000 à moins de 4 000 en 20141. Rien que sur les cinq dernières années, 1 000 kilomètres carrés de terres ont été déminés et près de 1,5 million de mines antipersonnel détruites.2

Mais la vigilance reste de mise. 35 États comme les États-Unis, la Chine et la Russie ne sont pas membres du traité. Dans le monde, 57 États et quatre territoires sont toujours contaminés par les mines antipersonnel3. Et phénomène récent inquiétant, des engins explosifs de fabrication artisanale sont de plus en plus utilisés comme mines par des groupes armés non étatiques dans les conflits en Syrie et en Irak. 

Éradiquer les mines

Se libérer du fléau des mines est possible, comme l’a montré récemment le Mozambique qui s’est déclaré libre de mines en septembre 2015. Handicap International a joué un rôle majeur dans le déminage de ce pays en dépolluant 16 millions de mètres carrés entre 1998 et 2015. 

28 États parties au Traité d’Ottawa se sont libérés de la menace des mines depuis 1999. L’assistance aux victimes sera une activité majeure de l’action contre les mines dans les années à venir. Car quand un pays se déclare libre de mines, les victimes continuent d’avoir besoin d’aide, comme recevoir des soins et des équipements adaptés.

Handicap International mène des activités de déminage, d’éducation aux risques, d’assistance aux victimes ou de plaidoyer dans 43 pays, notamment en Syrie, en Irak et en Ukraine. Entre 2010 et 2015, l’association a déminé 71 millions de mètres carrés de terres, soit deux fois la superficie de Bruxelles. Par des enquêtes visant à identifier et délimiter les zones dangereuses, Handicap International a également contribué à la dépollution de milliers d’autres mètres carrés.

1 3 678 victimes recensées en 2014 selon le Landmine Monitor 2015.
2 www.the-monitor.org/media/2152583/Landmine-Monitor-2015_finalpdf.pdf 
3 Même source.

Publié le : 1 mars 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Aicha, 10 ans : le bonheur simple de s’amuser avec ses copains
© Marta Moreiras / HI
Droit Scolariser les enfants handicapés

Aicha, 10 ans : le bonheur simple de s’amuser avec ses copains

Âgée de 10 ans, Aicha vit en Guinée-Bissau. Grâce à Handicap International, elle peut maintenant aller à l’école, un changement qui l’a transformée : cette petite fille très vivante fait désormais la joie de son village. Plus de 70 000 enfants vulnérables et handicapés bénéficient de l’aide de l’association pour faire valoir leur droit à l’éducation.

Reconstruire Gaza, des gravats aux immeubles accessibles
© E. Trabucco / Handicap International
Rendre accessibles les lieux publics

Reconstruire Gaza, des gravats aux immeubles accessibles

Erika Trabucco est spécialiste de la reconstruction et de la mise en accessibilité des bâtiments pour Handicap International. De mars 2015 à avril 2016, cette architecte a travaillé dans la bande de Gaza où elle a notamment contribué à la reconstruction d’un hôpital spécialisé dans la prise en charge des personnes handicapées. Rencontre.

Préparer les populations aux risques de catastrophes permet de sauver des vies Limiter l’impact des catastrophes naturelles sur la population

Préparer les populations aux risques de catastrophes permet de sauver des vies

Les catastrophes naturelles sont de plus en plus nombreuses dans le monde, comme en atteste le violent séisme qui a frappé l’Équateur le 16 avril 2016. Un an après le tremblement de terre, le Népal poursuit sa reconstruction mais devra probablement faire face à de nouvelles catastrophes dans les prochaines décennies. L’expérience a montré que les actions de préparation aux risques permettent de sauver des vies. Pour Handicap International, qui mène 16 projets de réduction de risques dans le monde, il est essentiel d’informer directement les populations locales. Explications de Véronique Walbaum, spécialiste de la gestion des risques de catastrophes.