Go to main content

Un soutien qui fait la différence

Appareiller et rééduquer Secourir les victimes
Jordanie Liban Syrie

Présente en Jordanie et au Liban aux côtés des populations affectées par le conflit syrien, Handicap International intervient également dans le nord de la Syrie. Dans un contexte où l'aide humanitaire fait cruellement défaut, l'association soutient les personnes qui ont vécu un traumatisme invalidant. A ce jour, 120 d'entre elles ont reçu un appareillage et près de 2 000 ont bénéficié de séances de réadaptation ou de soutien psychologique.

© B. Blondel / Handicap International

Dès janvier 2013, Handicap International s'est portée au secours des populations les plus fragiles au Nord de la Syrie, dans la province d'Idlib à l'ouest d'Alep.

« Depuis un an, notre équipe prodigue des soins de réadaptation fonctionnelle », explique Henri Bonnin, ergothérapeute à Handicap International. Nous assurons des permanences au sein de quatre hôpitaux et nos équipes mobiles interviennent directement au sein des communautés. Cet accompagnement rapproché concerne cinq villages et une dizaine de camps. Au total, plus de 40 personnes sont mobilisées pour conduire ces actions. »

Handicap International a également pu appareiller sur place 120 syriens, soigner 2 000 patients et distribuer plus d'un millier d'aides techniques (béquilles, fauteuils roulants, déambulateurs, aides à la toilette...).

« Dans ce contexte très dégradé, quand les personnes fragilisées sont confinées sans pouvoir bouger dans la maison d'une famille d'accueil ou dans une tente, le fait de recevoir un fauteuil roulant pour pouvoir se déplacer, ça fait toute la différence ! », souligne Sylvia Sommella, chargée de communication de Handicap International pour la crise syrienne. Le travail de rééducation permet d'éviter les complications médicales, d'augmenter le niveau de confort des patients, et, pour nombre de cas, de retrouver un certain niveau de mobilité ».

L'évaluation des besoins du patient permet la mise en place d'un processus de réadaptation adapté, qui intègre la participation de la famille afin que les soins puissent être assurés à par ses proches dès le retour à la maison. L'association accompagne également les personnels de santé dans ce même objectif.

Un travail d'identification des personnes les plus vulnérables, en particulier les personnes handicapées et les blessés, est conduit afin de déterminer l'ensemble de leurs besoins et de favoriser leur accès aux services (santé, hébergement...) et infrastructures de base. Des séances de soutien psychosocial, individuelles ou en groupe, sont également proposées. En séance individuelle, ce soutien permet d'aider le patient à mieux accepter son handicap et de l'encourager à participer activement à la rééducation ; il contribue également à réduire le stress et à prévenir les complications psychologiques.

A travers la formation de personnel médical et la donation d'aides à la marche et de matériel adapté, Handicap International apporte également son appui à d'autres organisations de solidarité dans l'objectif de renforcer la prise en charge spécifique des personnes handicapées au nord de la Syrie.

Publié le : 9 octobre 2013
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI
© France 3 - mars 2018

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI

Gniep Smoeun avait 10 ans lorsqu'elle a eu la jambe arrachée par une mine antipersonnel au Cambodge en plein conflit khmer rouge. Aujourd'hui infirmière à Rennes, elle a voulu retourner sur place avec sa fille et le médecin qui l'a sauvée, un certain Jean-Baptiste Richardier, cofondateur de Handicap International. Découvrez le reportage diffusé sur France 3 fin mars.

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.