Accès direct au contenu
 
 

Un père handicapé fabrique des masques pour sauver des vies

Insertion
Afghanistan

Blessé lors d'un conflit, Akhter participe à la lutte contre le Covid-19 en Afghanistan en cousant des masques à Kandahar, grâce au soutien de Handicap International.

Blessé lors d'un conflit, Akhter participe à la lutte contre le Covid-19 en Afghanistan en cousant des masques à Kandahar, grâce au soutien de Handicap International.

Akhter cousant des masques chez lui | © S.W Saddiqui / HI

Ahkter Mohammad a été blessé lors du conflit, le laissant avec un handicap permanent. L'année dernière, Handicap International lui avait fourni une formation en couture pour avoir une source de revenus stable. Avec la crise sanitaire, il coud désormais des masques pour pallier à la pénurie. « Cela aidera les gens à se protéger contre le coronavirus », explique Ahkter au milieu d'une pile de masques qu'il a cousus.

Akhter et sa femme ont trois enfants. Ils vivent dans une zone rurale du district de Dand, à Kandahar, en Afghanistan. Akhter a 28 ans, il est l'aîné de 15 frères et sœurs, et a la responsabilité de toute la famille, dont ses parents. Son village offre peu de possibilités de travail en dehors des récoltes qui ne fournissent pas un revenu suffisant pour subvenir aux besoins d'une famille aussi grande.

Une source de revenus stable

La vie d’Ahkter est devenue encore plus compliquée lorsqu'il a été blessé pendant des combats, le laissant avec un handicap permanent à la jambe. Sans accès aux services de réadaptation dans son village, il a souffert pendant plusieurs années et son genou s'est désaligné, ce qui a rendu tout mouvement avec la jambe encore plus difficile.

En 2019, les équipes de Handicap International lui ont proposé de se former à un travail stable : il a choisi la couture. L’association a également pris en charge le coût du trajet quotidien en bus (1h30) pour se rendre sur le lieu de sa formation à Kandahar.

Thérapie physique

Mais une nouvelle compétence, seule, n’était pas suffisante si Ahkter continuait à souffrir. Il a donc reçu des soins de réadaptation. Handicap International a également étudié les possibilités d'adaptation de sa maison pour faciliter sa vie quotidienne.

Avec un certificat de formation et un équipement complet pour la couture, en mars 2020 il était prêt à travailler. Ironie du destin, au même moment le coronavirus arrivait.

Contribuer à combler la pénurie de masques

Constatant une pénurie d'équipements de protection individuelle dans tout l'Afghanistan, Handicap International a contacté Ahkter et ses camarades de classe pour savoir s'ils voulaient apprendre à coudre des masques. Les cours de fabrication devaient se dérouler à distance, en raison du confinement. Les étudiants se sont montrés très intéressés.

Ahkter s'est mis au travail.

« C'est une façon de m’entraîner à la couture, ainsi qu'une source de revenus, explique-t-il. Je contribue à combler la pénurie de masques, en particulier ici, en zone rurale, où les gens ne peuvent plus se rendre en ville pour acheter des masques à cause de l’interdiction de se déplacer. »

Les premiers clients

Ses premiers clients sont ses voisins. Il leur montre comment utiliser correctement les masques et leur transmet les messages de prévention qu'il a appris avec Handicap Internarional. Les hôpitaux et les pharmacies ont également besoin de masques, de sorte que sa clientèle s’est vite élargie.

« Je traverse une bonne période. Je suis heureux de la réaction et des compliments des gens lorsqu'ils voient que des masques sont disponibles dans leur village. Ça leur rend service et ça me permet de nouer des relations. »

Il rêve d'ouvrir une boutique

Akhter est optimiste. Il fabrique également des vêtements pour ses enfants et d'autres membres de la famille. Il a récemment reçu des commandes de clients qui ont besoin de modèles et de tailles différents. Ce défi l'encourage à acquérir des compétences de couture encore plus approfondies.

Il rêve de devenir un tailleur et, après le confinement, il prévoit d'ouvrir une boutique, la première de son village. Son objectif : former le plus grand nombre possible de jeunes à devenir des tailleurs comme lui, pour transmettre son savoir-faire.

La réponse de HI au Covid-19

L'équipe de Handicap International en Afghanistan diffuse des messages de sensibilisation auprès de bénéficiaires comme Akhter. En plus de recevoir des informations du gouvernement, lui et sa famille reçoivent des conseils de notre équipe sur la manière la plus efficace de se prémunir du virus.

Publié le : 11 mai 2020
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Covid-19 : l’économie à l’arrêt laisse les petits commerçants sans revenus
© HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : l’économie à l’arrêt laisse les petits commerçants sans revenus

En Éthiopie, Meryam dépend de son commerce pour vivre. À cause du confinement, pas de ventes signifie pas de nourriture pour la famille. L'entraide est vitale pour cette mère de dix enfants soutenue par Handicap International.

Père de cinq enfants, Albert apprend à protéger sa famille du coronavirus
© HI
Insertion Prévention Santé

Père de cinq enfants, Albert apprend à protéger sa famille du coronavirus

Quand on vit dans l’un des pays les plus pauvres du monde, on n’a pas facilement accès à l’information. À l’heure où la pandémie de Covid-19 frappe le monde entier, à Madagascar, Handicap International apprend aux personnes vulnérables, dont les personnes handicapées, à se protéger du virus.

Covid-19 : HI adapte ses actions pour protéger les plus vulnérables
© Quinn Neely / HI
Insertion Santé Urgence

Covid-19 : HI adapte ses actions pour protéger les plus vulnérables

Sur le terrain, partout où c’est possible, les équipes de Handicap International adaptent leurs activités pour lutter contre la propagation du coronavirus. Les modalités d’intervention sont revues et de nouveaux projets sont créés. Mot d’ordre : protéger du virus et agir sur les effets de la crise, avec une attention particulière pour les personnes handicapées, âgées ou isolées, les enfants et les femmes.