Go to main content

Un objet brillant attire son attention

Déminer les terres
Libye

Mohamed a 13 ans. Victime d'une sous-munition, triste héritage du conflit en Libye, il est pris en charge par les équipes de Handicap International. 

© Giovanni Diffidenti / Handicap International

Benghazi, le 21 mars 2011. Mohamed, 13 ans, est en pleine partie de football avec ses amis devant son immeuble. Soudain, un objet brillant près d'un arbre attire son attention. Curieux, Mohamed s'en empare pour le ramener chez lui et commence à jouer avec. Il le projette contre un mur, l'objet bizarre explose violemment. C'est une sous-munition. Des fragments sont projetés sur plusieurs mètres blessant violemment l'enfant. Touché à la main et au visage, Mohamed perd plusieurs doigts dans l'accident. Cette sous-munition est un effroyable héritage du conflit entre les forces de Mouammar Kadhafi et ses opposants.

Aujourd'hui, l'enfant suit des séances de kinésithérapie pour rééduquer sa main et bénéficie d'un soutien psychologique car il est profondément affecté par ce drame. Comme son frère et ses trois sœurs, Mohamed ne connaissait pas le danger que représentent de telles armes. Comme beaucoup d'autres enfants en Libye, il a voulu jouer avec un objet qui lui semblait inoffensif.

Depuis mars 2011, Handicap International est présente en Libye pour sensibiliser la population, et notamment les enfants, aux risques des restes explosifs de guerre. Les équipes de l'association interviennent dans les écoles et diffusent des documents pédagogiques pour expliquer les gestes simples qui peuvent sauver une vie. Des jeux permettent de sensibiliser les enfants de façon ludique. Une chanson a été également réalisée pour eux. Des campagnes de prévention sont également diffusés massivement à la radio et par le biais d'affichage.

Aujourd'hui, Handicap International intervient à Misrata. Ses équipes forment des professeurs, le personnel soignant des hôpitaux, des imams et des chefs d'entreprises à l'éducation aux risques des restes explosifs de guerre et des armes légères*. Ces personnes influentes relayent ensuite les messages de prévention au sein de leurs communautés.

En Libye, plus de 110 000 personnes, dont une majorité d'enfants, ont été sensibilisées par Handicap International et ses porte-paroles.

* Une arme légère est conçue pour être utilisé par un seul individu ou par deux ou trois personnes travaillant en équipe. Les armes légères expulsent ou lancent une balle ou un projectile par l'action d'un explosif (roquettes, fusils à grenades...)

Publié le 17 février 2014.

Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les premiers pas de Yasmin, 4 ans, avant le retour à l’école
© Handicap International
Réadaptation Santé

Les premiers pas de Yasmin, 4 ans, avant le retour à l’école

Yasmin est une petite fille de 4 ans qui vit dans la région de Tripoli en Libye. Elle est atteinte d’une légère paralysie cérébrale depuis sa naissance. Grâce à Handicap International, elle apprend à marcher et peut retourner à l'école.

Unir les forces pour favoriser le développement du Tchad
© B. Almeras / Handicap International
Déminer les terres Protéger les populations vulnérables

Unir les forces pour favoriser le développement du Tchad

Handicap International lance au Tchad un vaste programme de développement visant à déminer des terres contaminées, à mettre en place un système de protection sociale et à stimuler l’activité économique dans les régions du Nord (Borkou, Ennedi, Tibesti) et celle du Lac Tchad. En consortium avec trois autres ONG internationales, ce projet sur 4 ans représente le plus gros budget humanitaire – 23 millions d’euros –  jamais géré par l’association. Thomas Hugonnier, responsable de l’action contre les mines, nous en donne les clés.

Améliorer le quotidien des familles déplacées
© Handicap International
Réadaptation Santé

Améliorer le quotidien des familles déplacées

Salem et sa famille ont dû fuir les violences qui frappaient leur région en Libye en 2011. Trois de ses enfants souffrent de différents handicaps et nécessitent des soins particuliers, difficiles à trouver dans le pays. Une des équipes mobiles de Handicap International qui les a rencontrés en mai 2017 leur a fourni des équipements adaptés ainsi que des soins de réadaptation et un soutien psychologique.