Go to main content

Un nouvel usage de sous-munitions !

Déminer les terres
Soudan du Sud

Handicap International condamne l'utilisation d'armes à sous-munitions en République du Soudan du Sud. Le service de l'action antimines des Nations Unies a trouvé début février des restes de ces engins meurtriers sur la route qui relie Juba à Bor, au sud du pays. Le Secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-Moon, a également condamné l'utilisation de ces armes dans un communiqué et lors d'une déclaration.

Un camp de République du Soudan du Sud

© Camille Lepage / Handicap International

« Nous n'avons pas d'information sur l'identité des responsables de cette nouvelle utilisation, mais nous condamnons tout emploi de cette arme interdite », a déclaré Marion Libertucci, responsable du plaidoyer pour Handicap International. « Les sous-munitions causent des dommages inacceptables aux civils et ne doivent jamais être utilisées. »

La République du Soudan du Sud souffre déjà d'une contamination par ces armes due à des utilisations antérieures. Selon le rapport de l'Observatoire des armes à sous-munitions, leur présence a été identifiée dans les 10 États du pays. « Il est irresponsable de causer une propagation supplémentaire en République du Soudan du Sud étant donné le caractère aveugle de l'arme et le fardeau actuel que le pays a déjà du mal à éliminer. » a ajouté Marion Libertucci.

Une majorité des nations du monde a banni l'utilisation des armes à sous-munitions par la Convention d'Oslo, signée en 2008 et entrée en vigueur le 1er août 2010. Un total de 113 pays a signé cette Convention. Elle interdit la production, l'utilisation, le commerce et le stockage de ces armes et exige la dépollution des zones contaminées ainsi que l'assistance aux victimes. 84 États l'ont déjà ratifiée.

Handicap International appelle tous les États à adhérer à la Convention d'Oslo au plus vite.

Publié le : 14 février 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Les démineurs de Handicap International de retour en Casamance
© HI
Déminer les terres

Les démineurs de Handicap International de retour en Casamance

De nombreux restes explosifs continuent de menacer les populations qui vivent dans cette région du Sud du Sénégal. L’association relance ses activités de déminage avec l’objectif de dépolluer 70 000 m² de terres d’ici juillet. Focus à l'occasion de la Journée internationale contre les mines le 4 avril.

10 millions de Syriens sous la menace des restes explosifs de guerre
© Benoit Almeras / HI
Déminer les terres Réadaptation Santé Urgence

10 millions de Syriens sous la menace des restes explosifs de guerre

Après huit années de conflit, 70 % de la population syrienne a toujours besoin d’une aide humanitaire d’urgence. Alors que l’accès aux services de base reste une priorité absolue, la contamination des terres par les restes explosifs – sans précédent dans l’histoire du déminage – empêche le retour des civils et compliquera considérablement la reconstruction du pays.

Handicap International démine le Nord du Tchad
© HI
Déminer les terres

Handicap International démine le Nord du Tchad

Depuis novembre 2018, une quarantaine de démineurs de Handicap International sont en action dans le Nord du Tchad. 30 000 m² ont déjà été déminés, l’équivalent de plus de 4 terrains de football.