Go to main content

Un modèle de détermination

Réadaptation
Syrie

Eisa vit dans le nord de la Syrie. En 2013, il a été blessé lors d’un accident de la route. Un an plus tard, il a dû fuir son village en Syrie et s’est réfugié dans le nord du pays. Là-bas, une équipe de Handicap International l’assiste à travers des sessions de kinésithérapie et lui a fait don de matériel pouvant l’aider à se déplacer.

Eisa et son fils, devant chez eux.

Eisa et son fils, devant chez eux. | © Handicap International

Lorsque l’équipe de Handicap International frappe à la porte de chez lui, Eisa vient l’accueillir avec sa petite fille dans les bras et invite les professionnels à s’installer dans son salon. Il y a quelques années, ce père de deux enfants aurait été dans l’incapacité d’effectuer ce geste simple, de marcher ou même de respirer correctement. Difficile de l’imaginer dans une telle condition lorsqu’on le voit aujourd’hui… Eisa semble en forme et presque rétabli de cette accident qui, il y a trois ans, a changé le cours de sa vie.

Alors qu’il s’installe auprès des de l’association, il se remémore le jour où tout a basculé. « J’étais au Liban à l’époque, les frontières étaient encore ouvertes… Ce jour-là, j’étais sur mon vélo lorsque j’ai été renversé. Je me suis réveillé à l’hôpital, les vertèbres fracturées, totalement paralysé et avec une grande difficulté à respirer. » Les médecins opèrent Eisa plusieurs fois mais les frais de santé au Liban sont tels que le Syrien doit quitter le pays, huit jours seulement après son accident. Il décide alors de rentrer en Syrie Il est alors hospitalisé à nouveau mais lorsqu’il rentre finalement dans sa maison, Eisa est loin d’être rétabli.

La convalescence sera longue et il en est conscient. Il lui faudra 6 semaines pour respirer correctement, 5 mois pour pouvoir de nouveau se tenir debout… Mais Eisa ne désespère pas : il est déterminé à retrouver toutes ses capacités. Peu à peu, il se rétablit et devient père d’une petite fille, qui vient agrandir la taille de sa famille.

En 2014, les choses se compliquent à nouveau pour Eisa et ses proches. Le conflit qui ravage la Syrie amène la famille à se déplacer dans un autre village du pays. Mais dans la tragédie de son déplacement, Ali est amené à faire connaissance de l’association.

Eisa rencontre les équipes Handicap International. L’association lui propose directement des sessions de kinésithérapie, qui l’aideront dans ses déplacements quotidiens.

Eisa, très motivé, accepte immédiatement cette proposition. « Ce qui me frappe chez lui c’est sa patience et sa motivation », explique Abu Zyad, kinésithérapeute. « Lors de nos premières sessions, Eisa souhaitait vraiment progresser : il refusait même parfois les béquilles, qui auraient pu faciliter ses mouvements, déterminé à marcher de façon totalement indépendante. »

Aujourd’hui, grâce à ses efforts, Eisa est capable de s’occuper de ses enfants lorsque sa femme part travailler et il peut conduire sa voiture. Bientôt, il aimerait être en mesure de porter des objets lourds de lui-même et pouvoir travailler à nouveau. Handicap International l’aide dans cette démarche, en continuant ses soins de réadaptation. Depuis le début du conflit en Syrie, près de 10 000 personnes ont pu bénéficier des séances de kinésithérapie dispensées par Handicap International au sein du pays.

Publié le : 24 octobre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !
© Elise Cartuyvels / HI

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »
© Elise Cartuyvels / HI

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »

Sudan Rimal, 29 ans, est kinésithérapeute pour Handicap International au Népal. Après le séisme qui a frappé le pays le 25 avril 2015, il a aidé des centaines de victimes en menant des séances de réadaptation et en leur apprenant à remarcher. Témoignage d’un professionnel qui a beaucoup appris de cette catastrophe.

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes
© Elise Cartuyvels / HI

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes

Le 25 avril 2015, la terre tremblait au Népal. Plus de 8 000 personnes perdaient la vie et plus de 22 000 autres étaient blessées. Handicap International est immédiatement intervenue auprès des personnes affectées. L’association a aidé plus de 15 000 personnes dont Ramesh, Nirmala et Khendo.