Go to main content

Un hôpital soutenu par Handicap International touché par un bombardement

Urgence
Syrie

Un hôpital soutenu par Handicap International dans le Gouvernorat de Deraa dans le Sud de la Syrie a été indirectement touché par un bombardement dans la soirée du 13 février 2017. Plusieurs membres du personnel ont été blessés et le bâtiment est partiellement détruit.

© Handicap International

Parmi les personnels blessés se trouvent trois membres de l’équipe médicale et un employé administratif, selon le partenaire de Handicap International. Ils sont actuellement pris en charge dans un autre établissement. L’entrepôt de l’hôpital, ainsi que les unités de chirurgie et le secteur administratif sont partiellement détruits ou hors d’état de fonctionner. L’intensité des combats, les tirs aériens et les bombardements ont contraint plus de 12 000 personnes à fuir cette zone au cours des quatre derniers jours.

Depuis le début du conflit en Syrie, plus de 450 structures de santé ont subi des attaques et plus de 750 personnels médicaux ont été tués1. Pour la seule année 2016, environ 200 attaques sur des centres de santé ont été recensées dans le pays2. Les hôpitaux sont régulièrement ciblés, directement ou indirectement, causant à chaque fois des morts, des blessés et des destructions. 

Portrait de Jean-Pierre Delomier, Directeur des opérations d'urgence à Handicap International © J-J. Bernard / Handicap International« Il est inacceptable que les structures de santé soient endommagées ou détruites par des attaques, privant ainsi les personnes les plus touchées par le conflit de soins essentiels. La communauté internationale doit condamner avec davantage de force ces attaques et peser de tout son poids pour les faire cesser. Les différentes parties au conflit doivent respecter leurs obligations et cesser d’utiliser les armes explosives dans les zones peuplées. »

Jean-Pierre Delomier, directeur des opérations d’urgence à Handicap International

Handicap International a lancé une campagne internationale et une pétition pour demander l’arrêt de l’usage d’armes explosives en zones densément peuplées. L’association appelle tous les États à travailler à une déclaration commune pour mette fin à cette pratique et reconnaître son impact direct sur la vie des civils.


1 Données fournies par l’UOSSM (Union des organisations de secours et soins médicaux)
2 www.who.int/emergencies/attacks-on-health-care/en

Publié le : 14 février 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

En vidéo, notre expatrié parle de nos actions au Yémen
© Elisa Fourt / HI

En vidéo, notre expatrié parle de nos actions au Yémen

En vidéo, François Olive-Keravec, directeur du programme Yémen de Handicap International, fait le point sur la situation et les besoins urgents de la population yéménite, dans ce pays qui connaît l’une des plus graves crises humanitaires de la planète. Malgré des conditions de travail compliquées, Handicap International apporte son aide à un maximum de personnes.

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.