Go to main content
 
 

Un film sur l'école et le handicap

Scolariser les enfants handicapés
Burkina Faso Libéria Mali Niger Sénégal Togo

En Afrique de l'Ouest, seulement 5 % des enfants handicapés sont scolarisés. Marguerite Abouet, l'auteur à succès de la BD Aya de Yopougon, une bande dessinée frondeuse et généreuse, s'associe à Handicap International pour lutter contre l'exclusion scolaire des enfants handicapés. Le fruit d'un projet de longue haleine voit le jour : un film d'animation accessible à tous. Il sera largement diffusé, notamment en juillet 2014, à la Conférence des ministres de l'Education des Etats et gouvernements de la Francophonie.

© Federico Saracini / Handicap International

« Comme femme, comme mère, on ne peut pas être insensible à la question du handicap. J'ai été choquée de voir à Abidjan, en Côte d'Ivoire et surtout à Dakar, au Sénégal, des enfants paralysés qui mendiaient dans la rue. Puis, grâce à Handicap International, j'ai vraiment pris conscience de l'ampleur du problème : seulement 5% des enfants handicapés sont scolarisés en Afrique de l'Ouest ! constate Marguerite Abouet, l'auteur d'Aya de Yopougon.
« Lorsque l'association m'a contactée pour être jurée d'un concours de scénario de film d'animation sur ce thème, j'ai tout de suite dit oui. »

Depuis 2012, Handicap International lutte contre l'exclusion scolaire des enfants handicapés en Afrique de l'Ouest. Son projet « Agir pour la pleine participation des enfants handicapés par l'éducation » vise à promouvoir des systèmes d'inclusion scolaire efficients au Sénégal, Togo, Burkina Faso, Libéria, Niger et Mali. Pour renforcer la prise de conscience, l'association décide d'organiser un concours de scénario en février 2014. L'objectif est de réaliser un film d'animation : « J'ai 6 ans, je suis handicapé(e) et je vais l'école. Ça vous étonne ? ».

Le jury désigne le meilleur scénario de pays participant, puis les gagnants du concours s'attellent à la réalisation du film. Ils se réunissent à Dakar, lors d'un atelier organisé par Handicap International, animé par Marguerite Abouet. L'auteure partage avec eux son expérience avec eux pour les aider à finaliser le scénario.

« Le dessin permet de s'identifier tout en créant de la distance. On peut traiter avec légèreté des sujets dramatiques, ce que je fais souvent dans Aya de Yopougon. En Côte d'Ivoire, on se moque de tout, même de ce qui n'est pas drôle ! Un abord ludique est la meilleure façon de sensibiliser les jeunes, de changer le regard et les comportements. » explique-t-elle.

C'est l'option retenue pour le film, à travers l'histoire de deux personnages, Issa et Sido, enfants de 7 ans.

Le film d'animation est prêt à être projeté pour la conférence de la Conférence des ministres de l'Education des Etats et gouvernements de la Francophonie. Gageons qu'il saura convaincre qu'il est temps d'agir contre l'exclusion scolaire des enfants handicapés en Afrique de l'Ouest..., et partout où cette discrimination existe encore!

Publié le : 4 juillet 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

15 personnes tuées et une trentaine de blessés par l’explosion d’une mine artisanale au Mali Mines et autres armes

15 personnes tuées et une trentaine de blessés par l’explosion d’une mine artisanale au Mali

L’explosion d’une mine artisanale au passage d’un bus, le 3 septembre dans le centre du Mali, a fait 15 morts et plus de trente blessés.

Une éducation sur mesure pour les enfants handicapés
© Oriane van den Broeck / HI
Scolariser les enfants handicapés

Une éducation sur mesure pour les enfants handicapés

Seham enseigne dans une école spécialisée soutenue par Handicap International par des formations et la fourniture d’outils pédagogiques à Gaza dans les Territoires palestiniens.

Les démineurs de Handicap International de retour en Casamance
© HI
Déminer les terres

Les démineurs de Handicap International de retour en Casamance

De nombreux restes explosifs continuent de menacer les populations qui vivent dans cette région du Sud du Sénégal. L’association relance ses activités de déminage avec l’objectif de dépolluer 70 000 m² de terres d’ici juillet. Focus à l'occasion de la Journée internationale contre les mines le 4 avril.