Go to main content

Un camp de déplacés bombardé, au moins 28 morts

Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre
Syrie

Un raid aérien contre un camp de déplacés syriens à Sarmada, près de la frontière avec la Turquie, a fait le 5 mai dernier au moins 28 morts et plus d’une cinquantaine de blessés. Handicap International condamne une nouvelle fois ce genre d’opérations militaires qui touchent les civils.

La ville de Kobané en Syrie, presque entièrement détruite par l'utilisation d'armes explosives en zones peuplées. Photo d'archive Handicap International

La ville de Kobané en Syrie, presque entièrement détruite par l'utilisation d'armes explosives en zones peuplées. Photo d'archive Handicap International | © P. Houliat / Handicap International

Handicap International condamne cette opération militaire et rappelle que les attaques indiscriminées – voire délibérées – contre les civils constituent des violations du Droit international. Les armes explosives sont utilisées de façon massive dans les zones peuplées en Syrie avec un impact épouvantable sur les civils qui en sont les principales victimes. La communauté internationale doit agir pour mettre fin à cette pratique qui est la cause de lourdes pertes civiles également sur d’autres théâtres de conflits comme le Yémen, l’Ukraine ou l’Afghanistan. 

Utilisées dans les zones peuplées, les armes explosives tuent, provoquent des souffrances et blessures graves (brûlures, plaies ouvertes, fractures, etc.). Elles sont la cause de handicaps et de traumatismes psychologiques lourds. Elles détruisent des habitations et des infrastructures civiles essentielles comme les écoles et les hôpitaux et provoquent le déplacement forcé des populations.

Les restes explosifs de guerre qui demeurent sur les zones impactées génèrent une menace permanente pour les populations civiles longtemps après les combats, rendant la vie sur place impossible et le retour dans les quartiers extrêmement périlleux une fois l’attaque passée ou le conflit terminé. 

 Rejoignez-nous, signez la pétition contre l'utilisation des armes explosives en zones peuplées !

> Sur le même thème :

Publié le : 6 mai 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.

Bombardements des civils : à quand la fin des massacres ?
© Philippe de Poulpiquet / HI

Bombardements des civils : à quand la fin des massacres ?

Si les bombardements en temps de guerre ne sont pas interdits, cette pratique est inacceptable lorsqu’elle touche des civils, notamment les enfants. Morts, blessés, mutilés, atteints psychologiquement, ils sont les premières victimes des conflits en Syrie, en Irak, au Yémen… Dossier spécial à l’occasion du septième anniversaire de la guerre civile syrienne, le 15 mars.