Go to main content

Typhon Haiyan : des milliers de victimes

Secourir les victimes
Philippines

Le typhon le plus violent de l'année frappe les Philippines : Handicap International se mobilise.

© B. Blondel / Handicap International

Annoncé comme le cyclone plus violent de l'année dans le monde, le super typhon Haiyan commence à balayer les côtes Est de l'archipel des Philippines ce vendredi 8 novembre, tôt le matin. Les vents soufflent par rafales jusqu'à 315 km/h, selon l'agence météo des Philippines. Ils causent d'énormes ravages. Un premier bilan fait état de trois morts et de 687000 déplacés, selon l'Agence philippine des secours. Les autorités philippines préviennent que plus de 12 millions de personnes pourraient être menacées par ce typhon géant.

« Nous essayons depuis ce matin de joindre nos partenaires dans les zones touchées, mais toutes les lignes sont coupées. Aucune communication n'est possible», informe la directrice du programme, Edith Van Wijngaarden.

Il est donc pour l'instant extrêmement difficile d'obtenir des informations concrètes sur place.

« Afin de pouvoir lancer rapidement un plan d'action, Handicap International envoie sur place une équipe de quatre personnes, en collaboration avec d'autres ONG internationales. Cette délégation, chargée d'évaluer les besoins urgents dans cette zone, se rendra dans la ville de Tagloban».

L'archipel des Philippines est l'un des pays les plus exposés aux catastrophes naturelles. Les typhons sont une menace récurrente. Ils causent fréquemment des glissements de terrain, des inondations et des crues subites de grande ampleur. Leurs conséquences sont terribles pour les populations. Mais ils ne sont pas les seuls à ravager le pays, comme l'explique Edith Van Wijngaarden :

« Nous sommes encore en train de mener des évaluations suite au séisme qui a frappé l'île de Bohol le 15 octobre dernier. Le typhon d'aujourd'hui est un nouveau coup dur pour les Philippines ».

Au cours des vingt dernières années, les catastrophes naturelles ont tué plus de 31000 personnes aux Philippines.

Handicap International, présente dans le pays depuis 1985, intervient dans les régions les plus pauvres, exposées à ces catastrophes et aux conflits armés, où les services publics de base font défaut. L'association développe notamment un projet de réduction des risques de catastrophes. Le travail est mené en collaboration avec les acteurs régionaux (organisations de solidarité et services gouvernementaux locaux) chargés de réduire l'impact des catastrophes sur la population. Ensemble, ils mettent au point des mécanismes de réponse à l'urgence pour que les personnes handicapées et les plus vulnérables soient mieux prises en compte dans les mécanismes d'évacuation et de distribution d'aide.

Publié le : 8 novembre 2013
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Typhon Haiyan, 5 ans après
© Till Mayer / HI
Urgence

Typhon Haiyan, 5 ans après

Le 8 novembre 2013, le typhon Haiyan frappait les Philippines et affectait plus de 15 millions de personnes. Cinq ans après le début de son intervention, Handicap International soutient toujours les victimes de la catastrophe.

Aider les Philippins touchés par le typhon à se relever
© HI
Urgence

Aider les Philippins touchés par le typhon à se relever

Le typhon Mangkhut, qui a frappé les Philippines le 15 septembre dernier, a affecté plus d’un million de personnes. Handicap International soutient les populations touchées. Plus de 1 500 travailleurs ont nettoyé des routes encombrées par les gravats et ont reçu une aide financière. Au total, quelque 40 000 personnes ont bénéficié de l'action de HI à ce jour.

Mangkhut : "Quand le typhon est arrivé, c’était la panique"
© HI
Urgence

Mangkhut : "Quand le typhon est arrivé, c’était la panique"

Le typhon Mangkhut, qui a frappé le Nord des Philippines, a fait perdre la vie à plus de soixante personnes, en a affecté près d’un million et a détruit de nombreuses cultures. Des experts urgentistes de Handicap International rencontrent des victimes afin d’identifier leurs besoins. Florabel, 37 ans, témoigne.