Go to main content

« Tout s’est évaporé devant lui, son corps ne l’a pas supporté »

Réadaptation
Syrie

Mohsen, 64 ans, a fui la guerre en Syrie avec sa famille. Très affecté par les évènements des dernières années et les conditions difficiles dans lesquelles il vit désormais, il a été victime d’un accident vasculaire cérébral qui l’a rendu hémiplégique. Handicap International (HI) l’accompagne avec des sessions de kinésithérapie, pour qu’il puisse retrouver un peu de sa mobilité. 

Mohsen avec ses petits-enfants Muqdad et Yasmine, dans leur abri à Arsal. | © E. Fourt / Handicap International

A Arsal, dans le nord du Liban, des dizaines de camps de réfugiés font partie du paysage ambiant, depuis le début du conflit dans le pays voisin. Les Syriens représentent ici plus de la moitié de la population. Sous chaque toile de tente ou toiture en tôle, ce sont des dizaines de milliers d’histoires de vie qui se juxtaposent. En poussant une petite porte en bois, l’équipe de l’association pénètre dans l’abri en briques de Mohsen, à qui elle rend régulièrement visite. Le grand-père syrien accueille Mariam, kinésithérapeute de Handicap International, avec un grand sourire. L’imposant trou dans sa gorge l’empêche d’émettre le moindre son, alors c’est Humam, son fils, qui traduit ses murmures pour lui.

« Mon père a souffert d’un cancer de la gorge, il y a plusieurs années. Il a perdu sa voix. Mais j’ai appris à lire sur ses lèvres avec le temps, à deviner ses chuchotements… » Humam est très présent pour Mohsen, il est le seul de ses fils qui a pu fuir avec lui au Liban. « Deux de mes frères ont disparu dans le conflit syrien, deux autres ont été tués par des bombardements… Alors, mes parents dépendent vraiment de moi : c’est mon rôle de m’occuper d’eux ».  Les petits-enfants de Mohsen l’aident aussi beaucoup au quotidien. « Muqdad, mon neveu, et Yasmine, ma fille, ont appris les gestes essentiels à faire lors des sessions de réadaptation pour améliorer la santé de mon père. Tous les jours, ils l’aident à faire ses exercices de kinésithérapie », explique Humam avec fierté. 

Les évènements des dernières années ont soudé cette famille en exil et l’entraide est le mot d’ordre, de génération en génération. « Je veux aider mon grand-père à aller mieux », commente doucement Yasmine, en s’asseyant à côté de lui. « L’implication des proches est essentielle », ajoute la kinésithérapeute de l’association. « Nos équipes ont malheureusement trop de cas à traiter et nous ne pouvons pas assurer des sessions quotidiennes pour chacun. Alors, le fait que la famille de Mohsen lui fasse faire des exercices tous les jours, ça l’aide vraiment à se rétablir. »

« Il y a trois mois, après son accident vasculaire cérébral, mon père ne pouvait plus du tout bouger », indique Humam. « Les mouvements sont tellement importants pour lui, car il ne peut pas parler. Ces séances de kinésithérapie lui ont permis de communiquer à nouveau et de retrouver le sourire. Il commence à bouger ses orteils et il peut s’asseoir seul maintenant. Ce n’est peut-être pas grand-chose pour nous mais pour lui, c’est important. Et cela nous encourage à  l’aider avec les exercices de réadaptation ».

 


 

Publié le : 19 octobre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !
© Elise Cartuyvels / HI

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »
© Elise Cartuyvels / HI

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »

Sudan Rimal, 29 ans, est kinésithérapeute pour Handicap International au Népal. Après le séisme qui a frappé le pays le 25 avril 2015, il a aidé des centaines de victimes en menant des séances de réadaptation et en leur apprenant à remarcher. Témoignage d’un professionnel qui a beaucoup appris de cette catastrophe.

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes
© Elise Cartuyvels / HI

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes

Le 25 avril 2015, la terre tremblait au Népal. Plus de 8 000 personnes perdaient la vie et plus de 22 000 autres étaient blessées. Handicap International est immédiatement intervenue auprès des personnes affectées. L’association a aidé plus de 15 000 personnes dont Ramesh, Nirmala et Khendo.