Go to main content

Test Copier/coller

qseyhtykjguy

Bushra a 24 ans. Assise sur son lit de l’hôpital Al Thawra de Sana’a, son visage fermé et ses mains serrées témoignent des épreuves qu’elle a subies ces derniers mois. Originaire du gouvernorat de Dhamar, à quelque 120 kilomètres de Sana’a, la jeune femme a été blessée lors d’un bombardement qui a détruit la maison de son voisin. « Après le bombardement, j’ai eu très mal à la jambe, je n’arrivais plus à marcher. On m’a emmenée au centre de santé de Dhamar, mais ma blessure était trop grave ; mon père a décidé de louer une voiture pour me transporter d’urgence à Sana’a. »

À Sana’a, Bushra est orientée vers l’hôpital Al Thawra, l’une des trois structures de santé soutenues par Handicap International. Là-bas, elle apprend que son fémur est fracturé. Elle doit subir une intervention chirurgicale d’urgence pour éviter de perdre l’usage de sa jambe. Après cette première opération, Bushra reçoit un déambulateur de la part des équipes de Handicap International. « On m’a appris à m’en servir ; j’arrive de nouveau à me déplacer, même si je ne peux pas encore marcher normalement », explique-t-elle.

Afin de permettre aux blessés de retrouver une plus grande autonomie, l’association a offert plus de 1 327 aides à la mobilité (béquilles, fauteuils roulants et déambulateurs, entre autres) aux structures de santé qu’elle soutient. À ce jour, 713 personnes en ont bénéficié.

Soutien psychosocial aux victimes de guerre 

Test de Tyle 3 copier/coller

Toutefois, le traumatisme du bombardement et la solitude pèsent aujourd’hui sur le moral de Bushra. « Cela fait trois semaines que je vis à l’hôpital et ma famille me manque beaucoup. Mon père me soutient énormément, mais il a à peine les moyens de rester à Sana’a ; on ne connaît personne ici. »

Pour aider Bushra et son père, les équipes de Handicap International offrent un accompagnement régulier et des séances de soutien psychosocial. À ce jour, 1 613 personnes (les blessés et leurs proches) ont été soutenues à travers 949 séances. Ces dernières sont d’autant plus nécessaires que, même soignées, la plupart des personnes blessées par le conflit au Yémen ne sont pas épargnées par les souffrances invisibles.

Malikah, intervenante psychosociale pour Handicap International : 

« Les victimes de guerre se sentent souvent dévalorisées à cause de leurs blessures… Mais si quelqu’un écoute leurs problèmes, cela les aide à se sentir mieux. Ils méritent donc toute notre attention. » 

Malgré tout, Bushra ne peut cacher son inquiétude, à la veille d’une nouvelle intervention chirurgicale : « Je n’arrive à penser à rien d’autre pour le moment. Tout ce que je veux, c’est pouvoir marcher bientôt et retrouver une vie normale comme tout le monde ».

Conséquences humanitaires des hostilités
D’après l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), le conflit au Yémen a fait plus de 34 000 victimes (6 015 morts et 28 547 blessés). Selon l’OHCHR (l’Office du Haut-Commissaire pour les droits de l’Homme), une grande partie des victimes sont des civils (au moins 2 795 morts, dont 747 enfants). Près de 2,5 millions de personnes ont dû se déplacer pour fuir les combats. 21,2 millions de personnes ont besoin d’assistance, 1,8 million d’enfants sont à risque de malnutrition, 14,4 millions de personnes sont en situation d’insécurité alimentaire (OCHA, février 2016). En février 2016, l’OMS estimait que 25 % des structures de santé du pays – hôpitaux, cliniques, dispensaires, etc. – étaient partiellement ou entièrement détruites par le conflit. 14 millions de Yéménis n’ont pas un accès suffisant aux services de santé. 
L’action de Handicap International au Yémen
L’association intervient à Sana’a depuis juin 2015 pour répondre aux conséquences humaines du conflit. À ce jour, 41 collaborateurs sont mobilisés par l’association (31 personnes à Sana’a et 10 personnes en soutien à Amman en Jordanie). Handicap International est présente aux côtés de deux hôpitaux – Al Thawra, Al Jumhouri – et d’un centre de réadaptation (CALP), pour améliorer la prise en charge des patients blessés par le biais d’un don d’équipement (matériel de kinésithérapie et de réadaptation) et la formation de leurs personnels (kinésithérapeutes et assistants). À travers des structures de santé renforcées, Handicap International fournit des béquilles, des fauteuils roulants, des déambulateurs, entre autres aides à la mobilité, ainsi que des séances de soutien psychosocial pour les personnes affectées par le conflit.
Publié le : 7 avril 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !
© Elise Cartuyvels / HI

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »
© Elise Cartuyvels / HI

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »

Sudan Rimal, 29 ans, est kinésithérapeute pour Handicap International au Népal. Après le séisme qui a frappé le pays le 25 avril 2015, il a aidé des centaines de victimes en menant des séances de réadaptation et en leur apprenant à remarcher. Témoignage d’un professionnel qui a beaucoup appris de cette catastrophe.

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes
© Elise Cartuyvels / HI

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes

Le 25 avril 2015, la terre tremblait au Népal. Plus de 8 000 personnes perdaient la vie et plus de 22 000 autres étaient blessées. Handicap International est immédiatement intervenue auprès des personnes affectées. L’association a aidé plus de 15 000 personnes dont Ramesh, Nirmala et Khendo.