Goto main content
 
 

Tensions à Gaza : éviter de nouveaux blessés avec des risques d’invalidité

Réadaptation Santé Urgence
Palestine

À quelques jours de l’anniversaire de la Grande Marche pour le retour, le 30 mars, Handicap International s’inquiète du regain de tension à Gaza ces dernières semaines. De nouvelles violences pourraient engendrer un flot de blessés, alors que les services chirurgicaux et de rééducation sont déjà débordés. L'association appelle toute les parties à la modération et à éviter des violences qui auraient des conséquences désastreuses pour la population civile.

Un kinésithérapeuthe de HI auprès d'un patient

Un kinésithérapeuthe de HI auprès d'un patient | © Oriane Van De Broeck / HI

Nombre vertigineux de blessés

Depuis mars 2018, 266 personnes ont été tuées et près de 30 000 blessées lors des manifestations (chiffres OMS). Parmi elles, plus de 6 500 personnes ont été blessées à balles réelles. 91 % d'entre elles ont des blessures aux membres.

Bruno Leclercq, chef de mission pour Handicap International (HI) en Palestine :

« Nous soignons beaucoup de personnes blessées à la jambe par des balles explosives et pour lesquelles la rééducation sera très longue ; elle peut durer plusieurs années. Ces blessures provoquent une invalidité temporaire, voire permanente. Cela a des graves conséquences sociales et professionnelles pour ces personnes qui ne peuvent plus travailler et dépendent de leur entourage pour se déplacer, sortir, etc. Elles doivent réapprendre à vivre avec cette perte de mobilité. Beaucoup d’entre elles font une dépression et nous devons également les soutenir sur le plan psychologique. En un an, le rythme des prises en charge n’a pas baissé ; tous les services médicaux confondus à Gaza sont surchargés par les besoins. »

Plus de 2 000 personnes soignées par HI

Depuis avril 2018, Handicap International et ses partenaires locaux ont délivré des soins de rééducation à plus de 2 000 personnes et leurs aidants grâce à 10 équipes composées de kinésithérapeutes, d'ergothérapeutes, d'infirmières, de psychologues et de travailleurs sociaux. En tout, plus de 55 personnes sont engagées sur le terrain au quotidien. L'association prévoit un renforcement de ses équipes dans les prochaines semaines pour accentuer la couverture des personnes blessées et anticiper de nouvelles victimes.

Publié le : 27 mars 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Handicap International aide les réfugiés Rohingyas frappés par une violente mousson
© HI
Distribuer de l’aide d’urgence Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Secourir les victimes Urgence

Handicap International aide les réfugiés Rohingyas frappés par une violente mousson

Suite à de terribles inondations et glissements de terrain survenus le 27 juillet 2021, HI aide les plus vulnérables dans les camps de réfugiés Rohingyas du district de Cox’s Bazar.

"J’ai l’impression que cette explosion, c’était hier"
© Tom Nicholson / HI
Urgence

"J’ai l’impression que cette explosion, c’était hier"

Un an après l’explosion du 4 août 2020 à Beyrouth, Nahed Mansour de l'équipe Handicap International revient sur les événements de ce jour tragique et leurs conséquences toujours palpables sur la ville.

Beyrouth : un an après l’explosion, le chaos
© Kate Holt / HI
Urgence

Beyrouth : un an après l’explosion, le chaos

En août 2020, Zeina était à la tête de l’équipe d’urgence de Handicap International à Beyrouth. Un an après l’explosion, elle décrit la situation actuelle dans la ville.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris