Goto main content
 
 

Soutien psychosocial et rééducation pour les enfants handicapés

Réadaptation Santé
Liban

Soutien psychosocial et rééducation vont de pair pour les enfants handicapés au Liban, grâce à un partenariat entre Handicap International et le Centre de rééducation Mousawat dans la vallée de la Beeka.

Aïsha, 8 ans, est atteinte de paralysie cérébrale. Elle bénéficie de séances d'ergothérapie et de kinésithérapie au centre de Mousawat avec le soutien de Handicap International.

Aïsha, 8 ans, est atteinte de paralysie cérébrale. Elle bénéficie de séances d'ergothérapie et de kinésithérapie au centre de Mousawat. | © Oriane van den Broeck / HI

Une approche globale 

Au centre de Mousawat, dans la vallée de la Bekaa, les travailleurs psychosociaux travaillent en collaboration avec des spécialistes de la rééducation. Chaque semaine, l’équipe discute des cas suivis et échange des conseils. Les enfants ont accès à un traitement de réadaptation complet comprenant kinésithérapie, ergothérapie, orthophonie et soutien psychosocial

300 enfants suivis dans la région 

Quelque 300 enfants sont traités chaque année gratuitement grâce au soutien de Handicap International. L’association se concentre principalement sur l'intervention précoce chez l’enfant et le suivi des parents d’enfants handicapés. Beaucoup de familles commencent à retourner en Syrie et il est important, par exemple, que les parents apprennent les exercices basiques de réadaptation nécessaires au traitement de leur enfant.

La notoriété grandissante du centre

La plupart des patients du centre viennent maintenant grâce à des amis, des membres de la famille ou des voisins qui leur ont recommandé les différents services offerts à Mousawat. Au moins un parent est présent à chaque séance de rééducation. Le centre offre également une prise en charge psychologique des parents et un groupe d’entraide a été créé pour les encourager à se soutenir mutuellement. Car avoir un enfant handicapé n’est pas sans répercussion psychologique pour les parents, surtout dans un environnement stigmatisant.

L’acceptation de la santé mentale 

Aux débuts du projet, par peur d’être stigmatisés par leur communauté, les parents étaient réticents à l’idée de consulter un psychologue. Aujourd’hui, il leur est devenu commun de faire la demande d’un tel service.


Lire également "Le groupe d'entraide me redonne espoir", témoignage d'Ibtissam, mère d'Abdel Kareem, 5 ans, souffrant de paralysie cérébrale

Publié le : 4 mars 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

"J’ai l’impression que cette explosion, c’était hier"
© Tom Nicholson / HI
Urgence

"J’ai l’impression que cette explosion, c’était hier"

Un an après l’explosion du 4 août 2020 à Beyrouth, Nahed Mansour de l'équipe Handicap International revient sur les événements de ce jour tragique et leurs conséquences toujours palpables sur la ville.

Beyrouth : un an après l’explosion, le chaos
© Kate Holt / HI
Urgence

Beyrouth : un an après l’explosion, le chaos

En août 2020, Zeina était à la tête de l’équipe d’urgence de Handicap International à Beyrouth. Un an après l’explosion, elle décrit la situation actuelle dans la ville.

Hervé, premiers pas vers un nouvel avenir
© A. Servant / HI
Réadaptation

Hervé, premiers pas vers un nouvel avenir

Un violent incident a coûté à Hervé sa jambe droite. Aujourd’hui, avec le soutien de Handicap International, le jeune homme de 26 ans se tient à nouveau debout.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris