Go to main content

Soutenir psychologiquement parents et enfants réfugiés

Réadaptation
Bangladesh

Ayesha Begum a 22 ans. Elle est réfugiée au Bangladesh depuis début septembre où, avec ses trois enfants, elle a rejoint ses frères dans un abri temporaire aux abords du camp de Kutupalong. Son mari a été tué. Elle participe au club des parents organisé par HI pour apporter un soutien psychosocial aux mères réfugiées.

Famille de réfugiés | © Muhammad Azharul Islam / HI

Une fois par semaine, Ayesha peut parler avec d’autres femmes dans la même situation qu’elle. Grâce au club de parents, elle fait part de son stress, de sa tristesse, se sent moins seule… : « Je n’ai plus de rêve. Je veux juste survivre, prendre soin de mes enfants. J’espère qu’on nous aidera. »

Les clubs de parents accueillent une fois par semaine une dizaine de mères, accompagnées pour certaines séances de leurs enfants. Les séances se tiennent simultanément dans plusieurs endroits : à Nayapara, dans le « méga camp » de Kutupalong et les bidonvilles alentour. 

« Pendant 45 minutes, on aborde les questions relatives à l’angoisse que vivent les mères réfugiées dans des groupes mêlant anciens et nouveaux réfugiés. Les nouveaux arrivants partagent leur traumatisme lié aux violences, leur stress causé par la fuite et la situation de réfugié. L'agent psychosocial de HI les incite à parler avec leurs amis, leurs proches, à partager leurs sentiments. Il demande également à ceux qui sont arrivés 20 ans auparavant comment elles ont surmonté leurs chocs... », explique le chef du projet Ahasan – Ud – Daula. 

Dans une culture où ces notions sont totalement étrangères, il faut expliquer que la souffrance mentale, la dépression, le traumatisme existent et que cela n’a rien d’honteux… Que des formes de soutien sont possibles. Sans aide, les conséquences de ces traumas sur la vie de ces adultes et de leurs enfants seront pires.

Le club de parents est aussi l’occasion d’informer ces mères sur les bonnes pratiques d’hygiène, sur la santé de leurs enfants, la vie du camp et l’aide humanitaire disponible… 

Séances récréatives avec les enfants

HI organise également des clubs pour enfants. On y mène des activités récréatives, beaucoup de séances de dessins. Les enfants qui traversent cette expérience bouleversante d’être réfugié, qui ont perdu leur maison, leur école, parfois des parents, ont besoin d’un espace et d’un moment pour redevenir des enfants : et ceci, en jouant. Et le dessin s’avère une très bonne thérapie.

On y règle aussi des problèmes de la vie quotidienne et parfois certains drames : « Récemment, les enfants ont été choqués par la noyade d’un de leurs camarades dans un étang à proximité. Un enfant qui avait été bousculé s’est noyé et d’autres qui avaient cherché à le secourir ont été sauvés de justesse par des adultes. Les enfants, choqués, ont demandé ce qui s’était passé, pourquoi il était mort, et comment ils pouvaient jouer en sécurité. », explique Ahasan – Ud – Daula.

S’exprimer sur ce drame les a aidés à le surmonter. Et de trouver des solutions pratiques pour éviter un autre incident. 

Ayesha Begum a perdu son mari lors des violences en Birmanie. Elle vit maintenant avec ses trois enfants dans le camp de réfugiés de Kutupalong au Bengladesh. 

Publié le : 20 novembre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relations donateurs
04 78 69 67 00

Relations presse

Nathalie BLIN
04 26 68 75 39 / 06 98 65 63 94
nblin@handicap-international.fr

 

 

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !
© Elise Cartuyvels / HI

Rien ne peut séparer Nirmala et Khendo !

Le 25 avril 2015, un violent séisme secouait le Népal. À des centaines de kilomètres l’une de l’autre, Nirmala et Khendo étaient ensevelies sous les décombres. Amputées d’une jambe, elles se rencontrent à l’hôpital, suivent de nombreuses séances de réadaptation avec les kinésithérapeutes de HI et réapprennent à marcher. Trois ans plus tard, elles sont devenues inséparables, vont à l’école ensemble et rêvent de danser.

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »
© Elise Cartuyvels / HI

« Je suis heureux d’avoir aidé ces enfants, ces adultes, ces victimes »

Sudan Rimal, 29 ans, est kinésithérapeute pour Handicap International au Népal. Après le séisme qui a frappé le pays le 25 avril 2015, il a aidé des centaines de victimes en menant des séances de réadaptation et en leur apprenant à remarcher. Témoignage d’un professionnel qui a beaucoup appris de cette catastrophe.

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes
© Elise Cartuyvels / HI

Trois ans après le séisme, Handicap International toujours aux côtés des victimes

Le 25 avril 2015, la terre tremblait au Népal. Plus de 8 000 personnes perdaient la vie et plus de 22 000 autres étaient blessées. Handicap International est immédiatement intervenue auprès des personnes affectées. L’association a aidé plus de 15 000 personnes dont Ramesh, Nirmala et Khendo.