Go to main content

#SlowDown : Handicap International sensibilise aux risques liés à la vitesse sur la route

Handicap International a participé à la Semaine mondiale de la sécurité routière, organisée du 8 au 14 mai par les Nations unies. L’association a organisé des activités de sensibilisation pour les usagers de la route, notamment au Cambodge, en Haïti et en République démocratique du Congo.

 

Laos_road safety

Handicap International travaille pour améliorer la sécurité routière au Laos en faisant la promotion du port du casque et des règles de la sécurité routière | © Tim Dirven - Panos / Handicap International

Un tiers des accidents liés à la vitesse

Chaque année, les accidents de la route tuent près d’un 1.25 million de personnes et blessent 50 millions d’individus à travers le monde. Première cause de mortalité pour les 15-25 ans, ces accidents ont lieu, dans 90 % des cas, dans les pays à revenu faible ou intermédiaire[1]. Et près d’un tiers des accidents de la route sont dû à la vitesse, parfois combinée à d’autres facteurs (alcool, etc.)[2]. « Ces accidents provoquent des handicaps physiques, ont des conséquences psychologiques et un impact économique considérable. Sensibiliser les populations au sujet des risques liés aux accidents de la route est une de nos priorités », explique Eric Remacle, expert en sécurité routière pour Handicap International.


#SlowDown 
La campagne #SlowDown a mis l’accent sur les dangers de la vitesse et sur les mesures contribuant à réduire le nombre de décès et de blessés liés aux accidents de la route. Durant cette campagne,  Handicap International a mené des activités de sensibilisation dans plusieurs pays où elle intervient. En Haïti, l’association a formé 100 chauffeurs du secteur des transports publics, notamment au sujet de la législation de la route, des signalisations et des accidents[3]. L’association a également réalisé des activités de sensibilisation[4]. En République démocratique du Congo, elle a sensibilisé les communautés et a présenté un mémorandum relatif à la réduction des limites de vitesse, adressé au Président de l’Assemblée provinciale de Kinshasa.

 

[1] Un Pays à revenu intermédiaire désigne un pays dont le produit national brut (PNB) annuel par habitant était supérieur à 765 dollars mais inférieur à 9 386 dollars en 1995.

[2] Selon le Global status report sur la sécurité routière 2015.

[3] En collaboration avec la police de la route.

[4] Voir film réalisé par HI Haïti, disponible sur ePhoto.

Publié le : 16 juin 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

De nombreuses victimes du tsunami restent inaccessibles
© AFP photo / Adek Berry
Urgence

De nombreuses victimes du tsunami restent inaccessibles

Les conséquences du séisme et du tsunami qui ont frappé l’Indonésie continuent de se faire sentir. Les phénomènes de liquéfaction*, notamment, entraînent l’engloutissement de villages entiers, portant à plus de 10 000 le nombre de blessés et à 800 celui des personnes portées disparues.

90 députés interpellent la France sur ses engagements contre les bombardements des civils
© D.R.
Mines et autres armes

90 députés interpellent la France sur ses engagements contre les bombardements des civils

À l’approche du Forum de Paris sur la Paix (11 au 13 novembre 2018), 90 députés interpellent la France sur sa responsabilité contre les bombardements en zones peuplées. Alors que 12 États* travaillent à l’élaboration d’une déclaration politique contre cette pratique, les parlementaires appellent la France à rejoindre ce processus en soutien à la campagne de Handicap International.

Tsunami : plus de 190 000 personnes ont besoin d’aide
© CIS-Timor / HI
Urgence

Tsunami : plus de 190 000 personnes ont besoin d’aide

Un séisme puis un tsunami ont violemment frappé le centre de l’archipel d’Indonésie le 28 septembre, causant plus de 1 400 décès et 2 500 blessés graves. Handicap International a envoyé une équipe d’experts urgentistes en renfort et coordonne sa réponse avec les organisations locales.