Accès direct au contenu
 
 

Signature de l’accord de paix : beaucoup reste à faire pour déminer la Colombie

Mines et autres armes
Colombie

À l’occasion de l’accord de paix historique entre le Gouvernement colombien et les Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC) signé le 26 septembre, Handicap International rappelle qu’il reste beaucoup à faire pour déminer le pays.

Handicap International intervient en Colombie en faveur des victimes de mines

© Gaël Turine / VU - Colombia 2008

Selon le rapport de l’Observatoire des mines, la Colombie était en 2013 le deuxième pays au monde en terme de nombre de victimes de mines, juste derrière l’Afghanistan. 50 années de guerre civile ont engendré la contamination de 31 des 32 départements du pays et généré des milliers de victimes de mines antipersonnel. Entre 1990 et 2013, plus de 10 000 victimes ont ainsi été recensées. Près de la moitié étaient des civils et 26 % étaient des enfants.

Handicap International intervient en Colombie depuis 1998, et depuis 2005 spécifiquement sur la question des mines et des restes explosifs de guerre. L’association soutient les victimes pour qu’elles aient accès à l’aide, notamment en les orientant vers les structures qui pourront leur apporter des soins, des séances de  réadaptation, un soutien psychosocial et un appui pour retrouver un emploi et une place dans la société.

Publié le : 26 septembre 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

« Je n’arrivais même plus à nourrir mes enfants »
© HI
Secourir les déplacés/réfugiés Urgence

« Je n’arrivais même plus à nourrir mes enfants »

Face à la crise économique qui sévit au Vénézuela, Milagros Chacin et sa famille se sont réfugiés en Colombie. Grâce au soutien financier apporté par Handicap International, ils ont pu acheter de la nourriture et payer leur loyer.

Le combat pour éradiquer les armes à sous-munitions est loin d'être terminé
© HI
Mines et autres armes

Le combat pour éradiquer les armes à sous-munitions est loin d'être terminé

Le Rapport 2020 de l’Observatoire des sous-munitions révèle de nouvelles attaques les utilisant en 2019. Handicap International poursuit son combat et appelle tous les États à condamner systématiquement l’utilisation de ces armes, dont 99 % des victimes sont des civils. L’association demande à tous les États qui ne l’ont pas encore fait de rejoindre la Convention d’Oslo.

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres
© D. Kremer / HI
Mines et autres armes

Sous-munitions : des armes faites pour provoquer des massacres

Les armes à sous-munitions ont été utilisées récemment dans la guerre entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie. Gary Toombs, spécialiste de la réduction de la violence armée à Handicap International, explique pourquoi elles sont interdites par la Convention d'Oslo.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris