Go to main content

Sensibiliser à Ébola sans oublier les personnes handicapées

Secourir les victimes
Sierra Leone

Si la Sierra Leone a été déclarée libre d’Ébola le 7 novembre dernier, la population a payé un lourd tribut et a consenti des efforts considérables pour stopper la propagation du virus. Handicap International a contribué à cette victoire en sécurisant le transport des malades, en décontaminant les zones infectées et en sensibilisant les habitants aux gestes de prévention, en particulier les personnes handicapées n’ayant pas accès aux informations, comme les aveugles. À l’occasion de la Journée mondiale du braille, retour sur une mobilisation nationale sans précédent.

Des étudiants à l'École Maragai Milton pour les aveugles à Freetown, en Sierra Leone, lisent un guide de prévention d'Ébola en braille produit par Handicap International.

© M. Feltner / Handicap International

Le 7 novembre 2015, l’OMS annonçait officiellement la fin de l’épidémie d’Ébola en Sierra Leone. Une véritable libération pour toute la population après une lutte acharnée contre ce virus qui aura fait près de 4 000 morts dans le pays. Suite au premier cas officiel d'Ébola en Guinée en décembre 2013, la maladie s’était propagée dans tout le pays ainsi qu'au Liberia et en Sierra Leone voisins. En Sierra Leone, où Handicap International travaille depuis 1996, il n'y avait que très peu de connaissances sur la maladie ou sa transmission, car il n'y avait jamais eu d'épidémie d'Ébola dans cette région d'Afrique. Les autorités ont lancé une campagne de sensibilisation nationale pour apprendre à la population à prévenir la propagation de la maladie. Mais tout le monde n'a pas reçu le message.

16 877 personnes sensibilisées

« Les messages nationaux de prévention n'étaient pas inclusifs », explique Arthur Saidu, chef de projet Mobilisation sociale pour Handicap International. « Les personnes handicapées, telles que les aveugles qui ne peuvent pas lire les brochures ou les sourds qui n'entendent pas les messages à la radio, ne savaient pas comment se protéger. » En réponse, Handicap International a travaillé avec ses partenaires, les autorités locales, des bénévoles de la communauté et des associations pour élaborer et diffuser des messages de prévention adaptés aux besoins des personnes handicapées et de leurs familles. 

« Grâce aux 238 bénévoles de réadaptation communautaire intervenant dans les sept districts, nous avons pu sensibiliser 16 877 personnes, notamment des adultes et des enfants handicapés, leurs soignants et les membres de leur famille, ainsi que des acteurs locaux », poursuit Arthur Saidu. Handicap International a fait des efforts particuliers pour atteindre les amputés victimes de la guerre civile, qui habitent souvent des villages éloignés. La coopération avec les associations de personnes handicapées locales et nationales s'est avérée cruciale pour développer des messages appropriés et diffuser l'information. « Par exemple, pour atteindre les malvoyants, nous avons travaillé avec l'Association des aveugles de Sierra Leone, » déclare Arthur Saidu.

Brochures en braille et cassettes audio

« Avec l'aide de Handicap International, nous avons imprimé 300 brochures en braille sur la prévention d'Ébola et nous les avons distribuées dans tout le pays » explique Thomas Lebbie, président de l’Association des aveugles de Sierra Leone. « Mais nous ne nous sommes pas arrêtés là, car beaucoup d'aveugles ne savent pas lire le braille. Nous avons enregistré les messages sur des cassettes et nous les avons distribuées à nos membres avec des magnétophones pour qu'ils puissent avoir l'information et la partager avec d'autres aveugles. » 

« Nous avons eu de nombreux retours des bénéficiaires, qui nous ont dit que sans les actions de Handicap International, il y aurait eu plus de victimes au sein des groupes vulnérables », ajoute Arthur Saidu. « Notre travail a bénéficié à des personnes habituellement exclues des prises de décision. C'est réjouissant. À l'avenir, nous devons œuvrer à ce que les personnes handicapées soient mieux représentées au sein des structures gouvernementales. »

Publié le : 4 janvier 2016
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Daniel, 13 ans : « Je veux devenir enseignant ! »
© HI
Scolariser les enfants handicapés

Daniel, 13 ans : « Je veux devenir enseignant ! »

Daniel a dû être amputé suite à une blessure qui s’est aggravée rapidement. Privé d’école pendant un temps, il est de retour en classe avec une motivation exceptionnelle, soutenu par Handicap International qui favorise l’éducation pour tous.

Nos actions en 2017 Eduquer au danger des mines et des restes explosifs de guerre Secourir les déplacés et/ou les réfugiés Secourir les victimes

Nos actions en 2017

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre
© E. Fourt / HI
Lutter contre les mines, les BASM et restes explosifs de guerre Secourir les victimes

Mossoul, une contamination sans précédent par les restes explosifs de guerre

Un an après la libération de Mossoul, HI publie un mini-rapport sur la pollution phénoménale de Mossoul par les restes explosifs de guerre, consécutive à plusieurs mois de combats. Particulièrement en cause : les bombardements massifs et quasi quotidiens pendant l’offensive militaire entre octobre 2016 et juillet 2017.