Goto main content
 
 

Séismes aux Philippines : 37 000 familles affectées, HI prête à intervenir

Urgence
Philippines

Handicap International a évalué les besoins des victimes des séismes qui ont frappé les Philippines entre le 16 et le 31 octobre dernier.

Handicap International a évalué les besoins des Philippins touchés par les séismes survenus entre le 16 et le 31 octobre 2019.

© HI

Plusieurs séismes ont eu lieu entre le 16 et le 31 octobre aux Philippines à Tulunan, dans le Nord de la province Cotabato. Ils ont provoqué la mort de 21 personnes, blessé plus de 400 autres et ont engendré de nombreux dégâts dans les écoles, maisons et centres de santé. Près de 231 000 personnes seraient affectées, et parmi elles, 36 000 personnes évacuées dans 32 centres. Plus de 1 000 écoles seraient endommagées, ce qui toucherait plus de 3 millions d’élèves.

Répondre aux besoins de base

Handicap International a mené une évaluation des besoins des victimes début novembre, en se concentrant sur les besoins des plus vulnérables. Reiza Dejito, directrice de Handicap International aux Philippines, témoigne :

« De nombreuses personnes handicapées n’ont pas accès aux sites de distribution (de nourriture par exemple), qui sont parfois éloignés. De plus, il y a souvent une longue file pour y accéder, ce qui rend l’accès très compliqué pour les personnes handicapées. Au-delà du manque d’accès à de la nourriture, les personnes affectées n’ont pas ou peu d’argent, et s’ils en ont, n’ont de toutes façons pas d’ustensile de cuisine. L’accès à l’eau potable est aussi un vrai problème. En outre, de nombreuses maisons ont été détruites ou endommagées, les habitants doivent donc dormir dans des centres d’évacuation, sous tente ou dans un abri temporaire qu’ils ont confectionné. La journée, il fait très chaud et la nuit, il pleut. Ils ont besoin de couvertures, de bâches, de moustiquaires, etc. Le fait que de nombreuses personnes vivent dehors entraîne aussi un problème de manque d’intimité : par exemple, une mère nous racontait qu’elle devait changer son fils handicapé dehors, devant tout le monde. Cela engendre des problèmes liés à la protection des plus vulnérables. »

Pour Handicap International, la priorité est de pouvoir répondre aux besoins de base des personnes affectées – accès à l’eau potable, à un abri, aux sanitaires, etc. – et par la suite, de permettre aux personnes blessées et traumatisées de bénéficier de soins de réadaptation et d’un soutien psychologique.

Publié le : 5 novembre 2019
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Handicap International aide les réfugiés Rohingyas frappés par une violente mousson
© HI
Distribuer de l’aide d’urgence Protéger les populations vulnérables Secourir les déplacés/réfugiés Secourir les victimes Urgence

Handicap International aide les réfugiés Rohingyas frappés par une violente mousson

Suite à de terribles inondations et glissements de terrain survenus le 27 juillet 2021, HI aide les plus vulnérables dans les camps de réfugiés Rohingyas du district de Cox’s Bazar.

"J’ai l’impression que cette explosion, c’était hier"
© Tom Nicholson / HI
Urgence

"J’ai l’impression que cette explosion, c’était hier"

Un an après l’explosion du 4 août 2020 à Beyrouth, Nahed Mansour de l'équipe Handicap International revient sur les événements de ce jour tragique et leurs conséquences toujours palpables sur la ville.

Beyrouth : un an après l’explosion, le chaos
© Kate Holt / HI
Urgence

Beyrouth : un an après l’explosion, le chaos

En août 2020, Zeina était à la tête de l’équipe d’urgence de Handicap International à Beyrouth. Un an après l’explosion, elle décrit la situation actuelle dans la ville.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris