Go to main content

Sans vous, nous ne pourrions pas les aider

Appareiller et rééduquer Secourir les déplacés et/ou les réfugiés
Irak Jordanie Liban Syrie

Ils s’appellent Dia’a, Ammar, Saba, Mohammed, Aboud, Hala, Rajab, Mohamad, Bayan, Ahmad, Dalal, Zoher… et sont âgés de 4 à 63 ans. Ils ont en commun d’être victimes du conflit syrien qui dure depuis bientôt 5 ans et force les civils à quitter leur pays. Ils font partie des centaines de milliers de personnes vulnérables accompagnées par Handicap International. Une action rendue possible grâce au soutien indéfectible des donateurs de l’association.

Dia’a, 15 ans, et Loai pendant une session de kiné à l’hôpital. Blessé à la colonne vertébrale par des éclats d’obus lors d’un bombardement aérien, Dia'a est suivi par Handicap International afin de retrouver sa mobilité.

© C. Fohlen / Handicap International

Depuis le début de la réponse d’urgence de Handicap International dans le cadre de la crise syrienne, en 2012, l’association a soutenu directement ou par le biais de ses partenaires près de 367 000 personnes. Plus de 226 000 ont déjà été sensibilisées aux dangers des restes explosifs de guerre.

L’association mobilise 450 professionnels auprès des plus vulnérables dans 4 pays d’intervention (Liban, Jordanie, Syrie, Irak). Ils mènent plusieurs activités auprès des blessés, des personnes handicapées, des personnes âgées ou isolées, mais aussi au bénéfice des déplacés et des réfugiés regroupés dans les camps ou accueillis dans les communautés : prise en charge des blessés (appareillage/rééducation, aides à la mobilité, formations professionnelles), soutien psychosocial, inclusion et accessibilité, points relais « handicap et vulnérabilité » (dont équipes mobiles), aide financière pour le retour à l’autonomie, déminage et éducation aux risques, distributions de denrées alimentaires et d’articles ménagers, etc.

Notre action en chiffres* :
  • 5 575 personnes appareillées (prothèses et orthèses)
  • 73 903 aides à la mobilité et matériel spécifique distribués
  • 54 223 bénéficiaires de séances de rééducation physique et fonctionnelle
  • 9 545 bénéficiaires de soutien psychosocial
  • 141 341 récipiendaires de nourriture et articles ménagers essentiels
  • 9 079 familles bénéficiaires d’une aide financière
    * Données au 30 août 2015 pour les quatre pays d’intervention.

Toutes ces actions que nos équipes poursuivent encore aujourd’hui, ne seraient pas possible sans le soutien et la confiance de nos donateurs et de nos bailleurs de fonds. Merci à eux !
Découvrez ci-dessous un florilège de bénéficiaires de notre réponse d’urgence à la crise syrienne :

> Voir l’album de photos réalisées par Corentin Fohlen

Ils s'appellent Dia'a, Ammar, Saba, Mohammed, Aboud, Hala...et ont entre 4 et 63 ans. Tous victimes du conflit syrien...

Posté par Handicap International France sur lundi 23 novembre 2015
Publié le : 23 novembre 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI
© France 3 - mars 2018

Le voyage dans le passé de Gniep, une des premières bénéficiaires de HI

Gniep Smoeun avait 10 ans lorsqu'elle a eu la jambe arrachée par une mine antipersonnel au Cambodge en plein conflit khmer rouge. Aujourd'hui infirmière à Rennes, elle a voulu retourner sur place avec sa fille et le médecin qui l'a sauvée, un certain Jean-Baptiste Richardier, cofondateur de Handicap International. Découvrez le reportage diffusé sur France 3 fin mars.

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"
© Philippe de Poulpiquet / HI

Molham, 12 ans : "Je veux qu’on arrête de tuer les enfants syriens"

Molham avait à peine 9 ans lorsqu’il a été blessé par une balle perdue à Homs, en Syrie. Sa famille a fui les combats et s’est réfugiée en Jordanie. Handicap International fournit des séances de réadaptation au jeune garçon qui bénéficie également d’un soutien psychologique.