Go to main content
 
 

Sans vous, nous ne pourrions pas les aider

Appareiller et rééduquer Secourir les déplacés et/ou les réfugiés
Irak Jordanie Liban Syrie

Ils s’appellent Dia’a, Ammar, Saba, Mohammed, Aboud, Hala, Rajab, Mohamad, Bayan, Ahmad, Dalal, Zoher… et sont âgés de 4 à 63 ans. Ils ont en commun d’être victimes du conflit syrien qui dure depuis bientôt 5 ans et force les civils à quitter leur pays. Ils font partie des centaines de milliers de personnes vulnérables accompagnées par Handicap International. Une action rendue possible grâce au soutien indéfectible des donateurs de l’association.

Dia’a, 15 ans, et Loai pendant une session de kiné à l’hôpital. Blessé à la colonne vertébrale par des éclats d’obus lors d’un bombardement aérien, Dia'a est suivi par Handicap International afin de retrouver sa mobilité.

© C. Fohlen / Handicap International

Depuis le début de la réponse d’urgence de Handicap International dans le cadre de la crise syrienne, en 2012, l’association a soutenu directement ou par le biais de ses partenaires près de 367 000 personnes. Plus de 226 000 ont déjà été sensibilisées aux dangers des restes explosifs de guerre.

L’association mobilise 450 professionnels auprès des plus vulnérables dans 4 pays d’intervention (Liban, Jordanie, Syrie, Irak). Ils mènent plusieurs activités auprès des blessés, des personnes handicapées, des personnes âgées ou isolées, mais aussi au bénéfice des déplacés et des réfugiés regroupés dans les camps ou accueillis dans les communautés : prise en charge des blessés (appareillage/rééducation, aides à la mobilité, formations professionnelles), soutien psychosocial, inclusion et accessibilité, points relais « handicap et vulnérabilité » (dont équipes mobiles), aide financière pour le retour à l’autonomie, déminage et éducation aux risques, distributions de denrées alimentaires et d’articles ménagers, etc.

Notre action en chiffres* :
  • 5 575 personnes appareillées (prothèses et orthèses)
  • 73 903 aides à la mobilité et matériel spécifique distribués
  • 54 223 bénéficiaires de séances de rééducation physique et fonctionnelle
  • 9 545 bénéficiaires de soutien psychosocial
  • 141 341 récipiendaires de nourriture et articles ménagers essentiels
  • 9 079 familles bénéficiaires d’une aide financière
    * Données au 30 août 2015 pour les quatre pays d’intervention.

Toutes ces actions que nos équipes poursuivent encore aujourd’hui, ne seraient pas possible sans le soutien et la confiance de nos donateurs et de nos bailleurs de fonds. Merci à eux !
Découvrez ci-dessous un florilège de bénéficiaires de notre réponse d’urgence à la crise syrienne :

> Voir l’album de photos réalisées par Corentin Fohlen

Ils s'appellent Dia'a, Ammar, Saba, Mohammed, Aboud, Hala...et ont entre 4 et 63 ans. Tous victimes du conflit syrien...

Posté par Handicap International France sur lundi 23 novembre 2015
Publié le : 23 novembre 2015
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Handicap International dénonce le bombardement des zones peuplées d’Idlib
© HI
Mines et autres armes Urgence

Handicap International dénonce le bombardement des zones peuplées d’Idlib

Alors que les combats se sont intensifiés dans le Nord-ouest de la Syrie, en particulier sur la ville d’Idlib et le Sud de la province, Handicap International s’inquiète du sort des milliers de civils qui sont directement exposés aux bombardements.

Handicap International démine le Nord du Liban
© Oriane van den Broeck / HI
Mines et autres armes

Handicap International démine le Nord du Liban

Les démineurs de Handicap International interviennent désormais dans une zone contaminée par la guerre de 1975-1990. Objectif : soustraire les habitants à cette menace permanente.

Rabih, démineur : « Je ne pourrais pas envisager de faire un autre travail »
© Oriane van den Broeck / HI
Mines et autres armes

Rabih, démineur : « Je ne pourrais pas envisager de faire un autre travail »

Rabih est démineur pour Handicap International dans le Nord du Liban depuis 2013. Il travaille dans une région particulièrement contaminée par la guerre civile de 1975-1990. Témoignage.