Go to main content

Rwanda : « Avec Handicap International, je me reconstruis »

Améliorer la santé mentale Scolariser les enfants handicapés
Rwanda

Anne-Clarisse a frôlé la mort en avril 1994 quand des miliciens ont commencé à aiguiser une machette pour « la couper ». Des années plus tard, un groupe de parole de Handicap International lui a permis de se construire un avenir.

« Lorsque les événements ont commencé, en avril 1994, j'avais 7 ans. Les miliciens brûlaient nos maisons. Armés de machettes et de gourdins, ils cherchaient les personnes de notre origine pour les tuer. Après avoir changé plusieurs fois de cachette, nous nous sommes réfugiés sous un panier chez un de nos voisins. Au bout de trois jours, je suis sortie en quête de nourriture. Comme j'étais une enfant, j'étais certaine que les miliciens ne me feraient pas de mal... Mais ils m'ont attrapée. L'un des miliciens me plaquait au sol, tandis qu'un autre aiguisait sa machette par terre pour me « couper ». J'étais terrorisée. C'est alors qu'un passant m'a sauvé en leur donnant de l'argent pour m'épargner. Aujourd'hui encore, j'entends le grincement du métal sur le sol.

Avec mon frère et ma belle-mère, nous sommes parvenus à gagner la frontière du Congo. Ma belle-mère voulait nous cacher dans sa famille. Mais celle-ci, d'origine différente de celle de mon père, s'était mise en tête de nous tuer. Alors, nous nous sommes cachés dans la cave d'une voisine.

Anne-Clarisse
© S.Mazoyer/Handicap International

Après le génocide des Tutsis, je suis retournée à Kigali. L'ensemble de ma famille élargie a été massacrée, et nous avons tout perdu.

A 18 ans, j'ai été violée et je suis tombée enceinte. Je n'avais aucune ressource, et j'étais désespérée. C'est à ce moment là que j'ai rencontré les professionnels de Handicap International. Ils m'ont intégrée dans un groupe de parole et j'ai bénéficié de séances individuelles de soutien psychologique. L'association m'a également accompagnée dans les démarches pour engager un procès contre mon violeur. Elle a avancé les frais du test ADN pour la reconnaissance de paternité, et j'ai eu gain de cause !

Aujourd'hui, à 27 ans, je vais mieux. Je fais du petit commerce, et grâce à ces revenus, je peux louer la maison où je vis désormais avec ma fille, Mugisha Mbasi Esther. Si je n'avais pas rencontré l'association, je serai tombée dans la folie comme beaucoup que l'on voit aujourd'hui dans les rues. Avec Handicap International, je me reconstruis.»

Publié le : 23 avril 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Campagne #school4all : améliorer l’accès des enfants handicapés à l’école
© Lucas Veuve / HI
Scolariser les enfants handicapés

Campagne #school4all : améliorer l’accès des enfants handicapés à l’école

Alors que l’éducation est un droit universel, 32 millions d’enfants handicapés dans le monde ne sont pas scolarisés. Handicap International lance ce 5 juillet la campagne mondiale #school4all (école pour tous) afin de leur ouvrir les portes de l’école. Une priorité pour l’association qui agit dans 31 pays afin de permettre à plus de 144 000 enfants de recevoir une éducation.

Aicha, 10 ans : le bonheur simple de s’amuser avec ses copains
© Marta Moreiras / HI
Droit Scolariser les enfants handicapés

Aicha, 10 ans : le bonheur simple de s’amuser avec ses copains

Âgée de 10 ans, Aicha vit en Guinée-Bissau. Grâce à Handicap International, elle peut maintenant aller à l’école, un changement qui l’a transformée : cette petite fille très vivante fait désormais la joie de son village. Plus de 70 000 enfants vulnérables et handicapés bénéficient de l’aide de l’association pour faire valoir leur droit à l’éducation.

Santé mentale : les séquelles du génocide rwandais
© Handicap International
Santé

Santé mentale : les séquelles du génocide rwandais

Handicap International intervient au Rwanda dans le domaine de la santé mentale depuis juillet 1994, au lendemain du génocide qui avait fait près d’un million de morts et traumatisé la population toute entière. Augustin Nziguheba, coordinateur technique psychosocial et protection, explique les activités actuelles de l’association qui bénéficient à plus de 6 000 personnes.