Accès direct au contenu
 
 

Rosette, jeune démineuse

Déminer les terres
République démocratique du Congo

Dans le camp de démineurs de Handicap International à Mukuwanjama, tous surnomment Rosette Bwagwa,"Rosy". La jeune femme démineuse âgée de 31 ans vient de réussir la formation pour son nouvel emploi.

Rosette

© Till Mayer / Handicap International

Auparavant Rosette travaillait comme infirmière : elle a vu des patients blessés par des mines. Plus tard, elle a été touchée par un reportage télévisé sur le déminage et a voulu changer de métier. «Je veux contribuer moi aussi pour que les gens puissent vivre en sécurité dans leurs villages", dit-elle. Rosy est donc devenue démineuse.

Cela la rend triste de ne pas voir ses trois enfants parfois pendant plusieurs semaines. "Mais ma mère prend bien soin d'eux", ajoute-elle. Le père de la jeune femme a été bouleversé quand elle a décidé de faire ce travail dangereux. Maintenant, il accepte la décision de Rosette. «Je n'ai pas encore trouvé de mine. Quand j'en trouverai une, je sais que je n'aurai pas peur. Je suis bien préparée », dit fièrement la jeune femme.

Publié le : 30 janvier 2014
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Rencontre avec nos équipes et nos bénéficiaires en RDC Améliorer la santé mentale Réadaptation

Rencontre avec nos équipes et nos bénéficiaires en RDC

Notre collègue Elise Cartuyvels s'est rendue au Nord Kivu en République démocratique du Congo avant le début de la crise de Covid-19, accompagnée d’un cameraman/photographe professionnel, afin de produire des témoignages de bénéficiaires pour rendre compte des actions de Handicap International à ses donateurs et sympathisants. Elle s’est également filmée avec son smartphone, suivez-la sur place !

Au Nord Kivu, plus de 1 600 victimes de conflit ont bénéficié de réadaptation d'urgence
© Patrick Meinhardt / HI
Réadaptation Urgence

Au Nord Kivu, plus de 1 600 victimes de conflit ont bénéficié de réadaptation d'urgence

Pendant deux ans, les kinés et psychologues de Handicap International se sont rendus dans des zones du Nord Kivu où l'insécurité est très élevée afin de venir en aide à plus de 1 600 victimes de conflit. À Rutshuru, l'association était la seule ONG à proposer des soins de réadaptation d’urgence. Retour sur un projet d'envergure.

« Je fais de mon mieux, mais j'ai tellement peur »
© Patrick Meinhardt / HI
Réadaptation Urgence

« Je fais de mon mieux, mais j'ai tellement peur »

Jacquie, 32 ans, mère de sept enfants, raconte son histoire et celle de sa fille, qui a perdu une jambe dans des affrontements entre groupes rebelles au Nord Kivu en RDC.

*

(format: nom@fournisseur.com)

Je m'inscris