Go to main content

-RÉSERVÉ COLLECTE NE PAS PUBLIER- Angie, démineuse de 20 ans : "Je continuerai jusqu’à ce que la Colombie soit libre de mines"

Mines et autres armes
Colombie

Angie, 20 ans, est démineuse pour Handicap International à Cajibío, en Colombie. Portrait de cette jeune femme engagée pour la liberté de son pays.

Angie sur le terrain, cherchant des mines pour Handicap International

© Jules Tusseau / HI

4h30 du matin : réveil dans le campement de Cajibío, dans le Cauca, un département colombien fortement touché par le conflit qui a affecté le pays durant une cinquantaine d’années. Les démineurs sortent de leur tente, enfilent leur combinaison et se regroupent. Petit déjeuner, rappel des consignes de sécurité, vérification du matériel de déminage. L’équipe est prête et se dirige vers la zone de La Venta, grande de 411 mètres carrés. Angie, 20 ans, met son casque, s’agenouille et creuse la terre, centimètre par centimètre. Le soleil se lève doucement sur la Colombie, deuxième pays le plus affecté au monde par les mines.

Lire également "La Colombie, un champ de mines : l’urgence de libérer les terres"

« Déminer ce terrain, qui est situé le long de l’autoroute panaméricaine, n’est pas évident. Des  déchets métalliques s’y amoncellent et il y a constamment du bruit. Il est donc impossible d’utiliser les détecteurs de métaux, qui n’arrivent pas à repérer les engins explosifs et dont on n’entend pas le signal. On doit donc procéder manuellement, ce qui engendre du stress, prend du temps et demande beaucoup de concentration. En trois mois, on a détruit un engin explosif improvisé. Ça ne semble pas beaucoup, mais c’est un engin qui peut faire des victimes et on a peut-être sauvé des vies. Pour moi, c’est énorme. »

Angie, 20 ans, démineuse pour Handicap International

"J'ai appris énormément"

Devenir démineuse n’a pas toujours été une vocation pour elle : « J’ai grandi comme beaucoup d’autres filles : j’aime ma famille, mes copines, faire du shopping. Je voulais travailler dans la police. Après mes études, j’ai obtenu mon diplôme de "criminalista"[1]. Je voulais assurer la justice, aider mon pays. Il y a dix mois, j’ai vu l’offre d’emploi de Handicap International, une révélation. J’ai postulé et passé une série d’examens : exprimer mes motivations, démontrer mon endurance physique (abdominaux, course, etc.). On m’a aussi demandé si j’étais capable de porter plus de cinq kilos en permanence (le poids de la combinaison) et si j’étais flexible concernant les déplacements. J’ai dit oui à tout, et j’ai été engagée ».

« On était plus de cinquante démineurs à suivre une formation intensive durant un mois à Cajibío : nuits à dormir sous la tente, apprentissage des techniques de déminage, etc. J’ai appris énormément », poursuit la jeune femme. Quand Angie aborde les risques liés à son métier, elle est lucide mais confiante : « J’ai peur, mais je pense que si je respecte les consignes de sécurité et que je garde mon casque, il ne m’arrivera rien. Aujourd’hui, ma plus grande motivation c’est de libérer ces terres ».

"Des nuits entières cachée sous le lit"

Toutes les six semaines, Angie rentre chez sa mère, Olga, qui tient un restaurant à Santander de Quilichao. Savoir Angie sur des terres minées tous les jours est une épreuve : « Nous vivons dans une zone qui a été fortement touchée par le conflit. J’ai des souvenirs de nuits entières cachée sous le lit, à sentir la présence d’hommes armés longer les murs de ma propre maison, et à entendre des grenades exploser. La maison des voisins a pris feu. J’ai perdu des proches. Cette guerre nous a profondément marqués. Alors, le jour où Angie m’a annoncé qu’elle voulait être démineuse, ça a été très dur. Mais je prends sur moi : elle fait ce qu’elle veut. Et je la confie à Dieu ».

Fin de la journée, Angie est allongée sur son lit dans la tente qu’elle partage avec Leonela, 19 ans, la benjamine de l’équipe. « J’aime bien la vie dans le campement, la collectivité, tout partager ; on est comme une famille. Je suis fière de contribuer à la paix de mon pays. Et je serai démineuse jusqu’à ce que la Colombie soit libre de mines », conclut-elle en souriant.


[1] Secteur de la police spécialisé dans les enquêtes criminelles.

Publié le : 1 décembre 2017
Nos actions
pays
par pays

Contactez-nous

Relation donateur :
Tél. : 04 78 69 67 00
Écrivez-nous

Relations presse :
Nathalie BLIN

Tél. : 04 26 68 75 39
Mob. : 06 98 65 63 94
n.blin@hi.org

Aidez-les
concrètement

Pour aller plus loin

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives
© Martin Crep / HI

Augmentation effrayante du nombre de victimes d’armes explosives

À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre les mines le 4 avril, Handicap International s’alarme de l’augmentation effrayante du nombre de victimes des armes explosives : 32 008 civils ont été tués ou blessés par ces armes en 2016, et le bilan s’annonce encore plus lourd pour 2017.

L’action contre les mines en 2018
© Elisa Fourt / HI

L’action contre les mines en 2018

Les évolutions du déminage tiennent beaucoup aux mutations récentes des contextes d’intervention. Thomas Hugonnier, responsable de l'action contre les mines au siège de Handicap International, explique les caractéristiques du déminage aujourd’hui.

+ 150 % de victimes de mines en trois ans : arrêtez le massacre !
© M. Ashraf / HI

+ 150 % de victimes de mines en trois ans : arrêtez le massacre !

Le rapport 2017 de l’Observatoire des mines rend compte de l’augmentation spectaculaire pour la troisième année consécutive du nombre annuel de nouvelles victimes de mines et restes explosifs de guerre. Entre 2013 et 2016, l’accroissement de 150 % du nombre de victimes s’explique par des bilans particulièrement lourds dans les zones de conflit en Afghanistan, en Libye, en Ukraine et au Yémen. Alors que la conférence des États parties au Traité d’Ottawa se tient du 18 au 22 décembre à Vienne en Autriche, Handicap International appelle les États à appliquer le Droit international humanitaire et à faire pression sur les belligérants pour arrêter d’utiliser ces armes barbares.